Sarkozy fait appel à un avocat de Gbagbo pour le sauver

Lundi 7 Juillet 2014 - 09:59


Les voies du Seigneur sont insondables. Qui avait pensé qu’un jour, les chemins des président Laurent Gbagbo et Nicolas Sarkozy se rencontreraient de si tôt, après l’épisode dramatique de la crise post-électorale de 2011, à Abidjan, instrumentalisée et exécutée par le second nommé et qui aura finalement conduit l’ex- chef de l’Etat ivoirien devant le tribunal de la Cour pénale internationale où il attend de passer en procès ? Nourrissant une antipathie mutuelle, les deux personnalités partagent en plus, aujourd’hui, hasard du destin, des soucis judiciaires : Gbagbo pour un complot international ourdi contre lui, à la Haye alors que Nicolas Sarkozy, lui doit montrer patte blanche au sujet « d’un trafic d’influence actif, corruption active et recel de violation du secret professionnel » pour lequel il vent d’être mis en examen. Une véritable déchéance pour l’ancien locataire du palais de l’Elysée, qui au moment où il orchestrait, le 11 avril 2011, l’arrestation de son homologue ivoirien, était loin de s’imaginer qu’il perdrait l’année d’après, le pouvoir pour se retrouver, trois petites années plus tard, mis en examen puis inculpé par la justice de son pays. Une première dans l’histoire de France pour une personnalité ayant présidé aux destinées du pays du Général De Gaulle. Assurément une mauvaise passe dont veut se sortir au plus vite, l’ex n°1 français. Et pour y arriver, l’homme ne lésine sur aucun moyen. Grande gueule et adepte du jeu de la victimisation, Nicolas Sarkozy s’est ainsi invité mercredi dernier au JT de 20 heures de TFI, pour dire sa part de vérité sur cette affaire peu honorable et qui menace son grand retour sur la scène politique. « La si- tuation était suffisamment grave pour que je dise aux Français ce qu’il en était de l’instrumentalisation politique d’une partie de la justice aujourd’hui (…) Dans mon pays, il y a des choses qui en train d’être organisées. Les Français doivent les connaitre et en leur conscience et en toute liberté, doivent juger de ce qu’il en est. (…) Je ne demande aucun privilège. Et si j’ai commis des fautes, j’en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités », a soupiré Sarkozy espérant ainsi attendrir ses compatriotes. L’homme ne s’est pas arrêté là, car il vient de confier sa défense à Me Pierre Haik, un ténor du barreau parisien et qui, ironie du sort, a déjà défendu les intérêts du président Laurent Gbagbo, dans une affaire l’opposant à feu Ibrahim Coulibaly dit ‘IB’.
Un procès remporté du reste brillamment par le dirigeant ivoirien. Une fois de plus, on l’observe, les sentiers de Sarkozy et Gbagbo se croisent sur la voie judiciaire. En attendant que les spécialistes décryptent tous ces signes et toutes ces similitudes,  notons qu’avant de s'occuper des intérêts des grands de ce monde, Me Pierre Haik s'était spécialisé, avec son confrère Thierry Herzog,-avocat de Nicolas Sarkozy et également inquiété dans le même affaire-, dans les affaires de stupéfiants. «On a longtemps été les marginaux de la profession, les extraterrestres qui osaient aller voir leurs clients en prison», racontait l'avocat en juin 2010 dans Challenges. Marginal, Me Haik ne l'est plus depuis long- temps. En vingt ans, il a vu dé- filer dans son bureau, Charles Pasqua, Laurent Gbagbo, Xavière Tiberi ou encore l'ex-patron de Vivendi Jean-Marie Messier. Son carnet d'adresse compte depuis 24 heures un nouveau client: Nicolas Sarkozy, mis en examen mardi dans l'affaire des écoutes. Réputé de droite, Haik a fait ses armes en défendant des dealers. Avec Herzog, il a été au début de sa carrière, le défenseur de la «pègre», du gang des postiches et des braqueurs de l'UBS. Dans les années 90, le duo devient trio, avec leur confrère Hervé Témime. Sur- nommés les «trois H», ils deviennent pionniers dans le pénal des affaires et sont les premiers à faire tomber des pans entiers de procédure. Pierre Haik passe alors des trafiquants de drogues à des clients plus connus: Laurent Gbagbo dans l'affaire IB, Louis Schweitzer dans celle du sang contaminé, Alfred Sirven dans le dossier Elf, Arcadi Gaydamak dans l'Angolagate ou plus récemment, Patrice de Maistre, le gestionnaire de for- tune de Liliane Bettencourt. Une évolution singulière que l'avocat tentait d'expliquer il y a quatre ans dans Challenges : «On s'est imposé peu à peu, par un regard différent des avocats classiques, notre connaissance des juges et du parquet», estimait l'homme, marié par ailleurs à l'avocate Jacqueline Laffont. «Le tournant, ça a été quand Michel Roussin (l'ex-directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris, ndlr) m'a choisi. Un procureur lui a de- mandé pourquoi il ne prenait pas un bâtonnier, comme c'est la tradition. Roussin a répondu: ‘On me traite comme un voyou, je prends un avocat de voyous'.» En s'attachant aujourd'hui les services de Pierre Haik, Nicolas Sarkozy a sur- tout choisi le double de son fidèle avocat Thierry Herzog, dont le cabinet est situé à 200 mètres du sien, dans le Ve ar- rondissement de Paris. Décrit comme un homme au caractère vigoureux, voire éruptif, Pierre Haik avait théorisé dans Challenges sa vision du métier d'avocat: «Chaque affaire est un combat, qu'il faut mener comme un boxeur. Identifier le point faible d'une accusation, injecter le doute, lui frayer un chemin au forceps. Je ne suis jamais arrivé à un procès sans l'angoisse au ventre», assurait ce ténor du barreau de Paris. Un caractère entier qui lui fait redouter l'échec, comme il le confiait en juillet 2010 à Paris Match : «Les échecs, c'est ce qui reste ancré dans ma mémoire, même si j'ai le senti- ment d'avoir tout donné, assurait-il. On a en permanence comme locataires l'angoisse, le doute, la remise en cause. L'optimisme n'est pas de notre cité». Cette science et cette foi suffiront-elles à sauver des eaux, le soldat Nicolas Sarkozy ? Pas évident, vu d’Abidjan et en se référant surtout à la prophétie du pasteur Koné Malachie qui a pré- dit depuis belle lurette, une triste fin à l’ex-chef d’Etat français. ■

Géraldine Diomandé
Source : 20 minuteS.Fr
Aujourd’hui / N°678 du Vendredi 04 au Samedi 05 Juillet 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !