Santé du chef de l’état : Un maquillage qui coûtera cher

Mardi 4 Mars 2014 - 07:53


L’interruption brutale de la convalescence du chef de l’Etat après l’intervention chirurgicale liée à la sciatique qu’il a subi en France, peut avoir des effets incalculables sur sa santé.
Alassane Ouattara est rentré, le dimanche 02 mars de Paris. Encore mal en point. Alors que rien de fondamental ne l’y oblige. Le maquillage orchestré par ses partisans pour donner de lui, une image rassurante, s’avère plus maladroit que judicieux. Le chef de l’Etat, sous l’influence de ses partisans, a interrompu la convalescence que nécessite l’intervention chirurgicale qu’il a subie pour rentrer précipitamment à Abidjan. Devenu acteur principal d’une mise en scène montée par les siens, le président de la République a offert au peuple, un spectacle émouvant, dépourvu de toute gaité. La ‘’canne émergente ‘’ retirée par son aide de camp, juste avant d’amorcer la descente de l’escalier de l’échelle de coupée, il n’a pu dissimuler totalement la douleur qui le tenaillait, accroché au bras de son épouse. Le romantisme de la scène n’a pu malheureusement voiler le drame qui s’offrait avec insistance. Des efforts presqu’inutiles arrachés au chef de l’Etat pour les besoins de la communication. Juste pour mettre fin à des rumeurs. Soit ! Ouattara est rentré, accueilli au son des trompettes et des hourras ! Les Ivoiriens l’ont vu et ont admis qu’il est bel et bien vivant. Qu’il n’est pas non plus sur une civière. Il est débout et non couché. La conséquence immédiate de cette généreuse action médiatique, c’est l’arrêt immédiat de la folle rumeur sur son prétendu décès. Une opération réussie. Mais au-delà du vernis que représente cette belle scène, se cache en dessous, des perspectives non heureuses. En effet, des spécialistes affirment qu’une opération liée à la sciatique n’est pas un jeu d’enfant. La réussir sans causer des dommages au patient relève d’un exploit. Et les médecins du chef de l’Etat l’ont brillamment réussi. Alors, pourquoi le remettent-ils en danger en se prêtant au jeu de ses partisans qui, sans doute, n’ont pas suffisamment évalué les conséquences ? Loin de vouloir jouer les oiseaux de mauvais augures, l’on peut légitimement s’inquiéter des effets néfastes que cette mise en scène peut avoir, dans un avenir proche, sur la santé du chef de l’Etat. Une rechute par la faute de ses ‘’adorateurs ‘’serait vraiment dommage.

U. M


Publié le mardi 4 mars 2014  |  Le Figaro d`Abidjan




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !