S'adressant aux structures du Fpi de Guiglo Affi N’Guessan : « Ouattara est fini, il n'a plus de cartouche »

Le président du Fpi a tenu le dimanche dernier en fin de journée une réunion de remobilisation avec les structures de son parti à Guiglo. Nous vous proposons ici l'intégralité de son intervention.

Mercredi 13 Novembre 2013 - 11:53


«Ouattara est fini. Il n'a plus de cartouches. C'est pourquoi ses hommes et lui font ce qu'ils font, c'est-à- dire user de la violence pour se donner encore un peu de contenance. C'est par pur méchanceté qu'ils ont fait ce qu'ils ont fait pour parvenir au pouvoir. Sinon ils n'ont aucun plan, aucune stratégie, aucun programme pour les ivoiriens. Même ceux qui les ont aidés pour arriver au pouvoir se sont rendu compte qu'ils n'ont aucune ambition pour le peuple de Côte d'Ivoire et qu'ils ne sont remplis que de haine. Mais comme c'est eux qui les ont mis là, ils ne vont pas l'enlever comme ils l'ont fait pour le président Gbagbo. C'est la première fois que notre pays va emprunter à un autre pays pauvre. Je ne sais même pas s'ils ont dit à ceux les ont mis là avant d'aller prendre crédit au Congo. Je suis sûr qu'ils se sont cachés pour aller prendre l'argent des Congolais. Ils sont donc finis et ils vont tomber d'eux- mêmes. C'est donc à nous de nous déployer sur le terrain. Ils voulaient tuer le Fpi, mais ils ont échoué. Ils ne peuvent plus nous freiner. Réorganisez-vous sur le terrain. Quand on sort d'une situation comme celle que nous avons connue, la première des choses c'est de faire l'état des lieux. Ici je me rends compte que le parti est là puisque les hommes sont là.  Et ce sont les hommes qui font le parti. Il suffit maintenant de vaincre la peur pour vous organiser. Ils sont finis, ils ne peuvent plus nous freiner. Et si on nous a mis en liberté, c'est parce que ceux qui les ont mis là veulent donner au pouvoir Ouattara l'image d'un pouvoir qui a une opposition. C'est pourquoi ils font tout pour que nos activités se tiennent. L'affaire d'Oumé a fait le tour du monde. Le patron de l'Onuci dans la zone nous a presque suppliés pour que notre meeting se tienne. Et quand nous avons décidé de le délocaliser, il a poussé un ouf de soulagement. Mais ces genres de réactions sont les derniers soubresauts d'un régime qui est en déclin. Organisons- nous donc sur le terrain rapidement pour que nous puissions reprendre le pouvoir pour sauver le pays et les ivoiriens.»
Propos recueillis par Boga Sivori Envoyé spécial à Guiglo

Source: Notre Voie N°4566 du mardi 12 novembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !