Rififi à Lider: les défections continuent dans le parti de Mamadou Koulibaly

Mercredi 8 Avril 2015 - 10:09


Mamadou KOULIBALY
Mamadou KOULIBALY
Depuis le 8 novembre 2014, date du dernier Congrès de Liberté et démocratie pour la République (Lider), des défections ne cessent de s’enregistrer dans ce parti politique créé par le Professeur Mamadou Koulibaly. Après le Dr Prao Séraphin qui avait présidé le Comité scientifique de ce Congrès, Dopa Kouakou Donacien de la Commission d’arbitrage et du contrôle financier (Cacf) de Lider a annoncé depuis quelques jours son départ du parti présidé par Mamadou Koulibaly. Tous les deux ont rejoint l’équipe d’Essy Amara, candidat déclaré à la présidentielle d’octobre 2015. Mais Dapa Donacien soutient qu’il n’est pas le seul à avoir démissionné de Lider. « En lieu et place, l’opinion nationale et internationale est informée de ce que les 7 membres de la Cacf ont déposé (le) 2 avril 2015, au siège de Lider, leur lettre de démission en bloc », a-t-il ajouté dans une correspondance dont nous avons reçu copie. Cette démission qu’il assume fait par ailleurs l’objet de polémiques. Selon Dapa Donacien en effet, Monique Gbékia nommée par Mamadou Koulibaly au poste de déléguée générale, tend à faire passer son départ volontaire comme une décision d’exclusion du parti. « Aucune séance du Cabinet n’a prononcé l’exclusion de qui que ce soit. Selon des informations de sources concordantes, la séance du 21 mars 2015 du Cabinet a décidé de “prendre acte de la démission de fait de monsieur Dapa Donacien’’. Ce qui est différent d’une décision d’exclusion. (…) A qui fera-t-on croire ou avaler une telle plaisanterie de mauvais goût de ce que le Cabinet aurait exclu Dapa Donacien, là où Monique Gbékia en son âme et conscience, sait très bien qu’elle n’a reçu d’instruction dans ce sens par le Cabinet. (…) Incontestablement, Monique Gbékia a eu vent de ma décision ferme et imminente de démissionner du parti. Dès lors, elle se devait de se débrouiller comme elle peut pour s’attribuer l’initiative de mon départ, comme si la longue liste des démissions en cascade (conférant à Lider l’image d’un récipient percé par le bas) ne suffisait pas à sonner l’alerte. (…) Au moment où je pars, j’ai la conscience tranquille d’avoir créé le rapprochement entre le candidat Essy Amara et Mamadou Koulibaly dans un but précis et très clair dès le départ. J’ai pris le soin de m’entendre avec le président Mamadou Koulibaly le 13 janvier 2015 sur le résultat qui pourrait être attendu d’une part pour le candidat Essy Amara et d’autre part, pour le président de Lider », a-t-il expliqué. La réaction de Monique Gbékia, la déléguée générale de Lider Monique Gbékia a apporté la réplique à la correspondance de Dapa Donacien dans un courrier qui nous est également parvenu. Elle indique qu’à travers plusieurs publications dans les journaux, Dapa Donacien a informé l’opinion nationale et internationale de son soutien au candidat Essy Amara pour les élections de 2015, alors que le 2e Congrès ordinaire de Lider a désigné un candidat pour ces mêmes élections. De plus, poursuit-elle, il est important de relever que Dapa Kouakou Donacien se revendique depuis quelques mois, comme Secrétaire général d’un mouvement de soutien à Essy Amara (Mnsea) tout en étant membre de la Cacf de Lider. Monique Gbékia précise en outre que le Cabinet de Lider, en sa séance du 21 février 2015 présidée par Mamadou Koulibaly l’a instruite d’adresser un courrier à Dapa Donacien pour lui demander des explications écrites sur ses agissements. En réponse, ajoute-t-elle, Dapa Donacien leur a renvoyé à un mail de 5 pages daté du 22 janvier 2015 qu’il a adressé au président de la Cacf pour expliquer sa position. Elle en donne l’extrait suivant : « Je milite ouvertement afin qu’Essy Amara ne se présente point sous la bannière du Pdci encore moins celle du Rhdp (…) pour que mon parti puisse être à l’aise pour envisager un accord avec lui, et en sortir avec une place de choix, c’est-à-dire le poste de Premier ministre (…) ». Elle souligne par la suite, que la direction du parti qui a jugé le document scandaleux, a envoyé un second courrier en date du 2 mars 2015 à Dapa Donacien pour lui signifier entre autres que le Congrès ne lui a pas donné mandat pour créer une coalition. « Dapa Kouakou Donacien n’a pas daigné répondre au second courrier, refusant du coup la procédure contradictoire prévue par les textes. (…) le Cabinet, en sa séance du 21 mars 2015 a fait le constat qu’il s’agit là d’une faute de 3ème classe (…) et a prononcé l’exclusion de Dapa Kouakou Donacien par courrier daté du 27 mars 2015 », a-t-elle fait savoir. Et de préciser concernant les défections : « Au demeurant, les militants de Lider doivent savoir que quatre (4) membres sur les six (6) démissionnaires ne pouvaient statuer sur l’exclusion d’un des leurs, conformément à l’article 28, alinéa 6 du Règlement intérieur, puisque depuis le 31 mars 2015, ils ne sont plus militants du parti, faute d’avoir renouvelé leur adhésion et payé leurs cotisations mensuelles. Ils sont forclos pour parler en qualité de militants du parti. La porte de salut qui leur restait pour tenter de sauver la face était de démissionner d’une instance à laquelle ils n’appartenaient de facto plus, faute d’avoir eux-mêmes respecté les obligations prévues par les textes. Par conséquent, il ne faut pas s’émouvoir de la démission de deux personnes en réalité ».


A.A

Publié le mercredi 8 avril 2015  |  L’intelligent d’Abidjan

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !