Réveillon de la Saint sylvestre : 60 morts et 200 blessés au Plateau. Comment le drame est arrivé

Mercredi 2 Janvier 2013 - 05:12


une image du lieu du drame
une image du lieu du drame
Des Ivoiriens venus célébrer, au Plateau, l’avènement de la nouvelle année 2013 y ont péri.

En effet, après le gigantesque feu d’artifices qui a illuminé le ciel d’Abidjan, à partir de la baie lagunaire, peu avant 2h du matin, le 1er janvier, une bousculade survenue au moment où des milliers d’individus (hommes, femmes et enfants) descendaient la petite côte entre l’Assemblée nationale et le stade Houphouët-Boigny (entrée principale) a fait 60 morts et 200 blessés, selon le premier bilan fait par le Lieutenant-colonel Issa Sakho, Commandant en chef du Groupement des sapeurs pompiers militaires (Gspm). Parmi ces blessés, 49 dont l’état était jugé grave ont été conduits au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Cocody.
A en croire le commissaire Touré Mabonga du commissariat du 1er arrondissement, le feu d’artifices a regroupé près de 50 mille personnes au Plateau. Au terme du spectacle, à 0h45, un groupe d’individus descendait la côte de l’hôtel Tiama quand un autre, ivre de joie et criant, « c’est le groupe d’Abobo », faisait mouvement dans le sens inverse, en venant du côté de l’Assemblée nationale, au moment où venait d’être rouvert à la circulation, le boulevard lagunaire, fermé pendant une trentaine de minutes. Il y a eu un choc au niveau de l’entrée principale du stade Félix Houphouët Boigny, endroit mal éclairé où il y avait des troncs d’arbre au bord de la rue. Les bousculades ont fait tomber les plus fragiles dont certains ont été piétinés.
Ceux-ci, suffocant, ont été mis à l’écart. Mais en raison des embouteillages, les sapeurs pompiers n’ont pu arriver à temps. 60 parmi les victimes ont alors trouvé la mort. Sur les antennes de la première chaîne de télévision, à 13h, hier, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, qui a confirmé l’information, a indiqué que les circonstances exactes du drame faisaient l’objet d’une enquête de la Police. Il a laissé entendre qu’une cellule de crise a été mise en place dans les locaux de l’Office national de la protection civile (Onpc) à la Riviera.

M’BRA Konan

Publié le 02 janvier 2013 par Soir info
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !