Réveille-toi Houphouët-Boigny.

Mercredi 6 Avril 2016 - 01:41


Triste jour, triste période. Ce fut le 11 avril 2011. La France a débarqué le président élu des Ivoiriens. Pour eux, le monde s’est arrêté ce jour-là. Pourquoi dors-tu encore Vieux Houphouët-Boigny  ?
- Moi, je ne dors pas, je regarde le régime en place en «  Côtevoire  ». Je soupire à longueur de journée, crois-tu que je dors ainsi  ? Regarde le «  gouerment  » dans sa composition...hum, j’étouffe, mon petit. Mais dis-moi, pourquoi le fils de Koudou n’est pas dans le «  gouerment  », lui qui m’a traité de voleur?
- Eh vieux Houphouët, tu penses encore à cela, tu n’as donc pas pardonné  ?
- Oh que si, j’ai tout pardonné. D’ailleurs, lui c’est mon fils préféré, parce qu’il me ressemble.
- Parce qu’il est frondeur  ?
- Non, il n’est pas frondeur, mais plutôt «   reponsable  »
- Eh bien, ton fils préféré et responsable a été déporté à La Haye. Tu n’as plus d’héritier politique.
- Mais pourquoi  ? Qui l’a-t-il déporté  ?
- La France de Sarkozy.
- C’est qui ce Sarkozy  ?
- Le président français de l’époque, c’est un jeune Youpin.
- Non, je ne le connais pas. Laurent a-t-il déclaré la guerre à la France  ? Pourtant je le connaissais francophile comme moi.
- Non, rien de tout cela. Il est toujours resté francophile, mais la France voulait installer Alasko, l’ami de Sarkozy. D’ailleurs la France gaullienne ne voulait pas d’un socialiste au pouvoir en Côte d’Ivoire. Pour comploter contre ton héritier politique, il a fallu l’intervention de Jacques Chirac pour que l’opposition ivoirienne crée le mouvement des Houphouétistes dit RHDP. Il comprenait les leaders de quatre partis à savoir le PDCI, ton parti, le RDR celui de Djéni Kobenan et même un petit parti dirigé par Anaki Kobenan et enfin le parti du général Guéi. Ce sont tous ces gens qui se sont coalisés contre Laurent Gbagbo. Malgré cela, il avait remporté les élections présidentielles
- Et Bêgnin, où est-il  ?
- Il est là, c’est lui qui dirige ton parti  !
- Tous ces gens n’ont rien compris à mes doctrines politique et économique.
- Ah bon, mais pourtant ils sont dits politiquement tes héritiers et forment tes successeurs.
- Moi, je voulais que mon pays soit un pays stable et économiquement fort. Au début, j’ai été frondeur, mais n’ayant ni cadres ni classe bourgeoise nationale, j’ai été obligé de m’accommoder de l’impérialisme et surtout pratiqué la politique de la main tendue vers l’endettement. Mais aujourd’hui, les cadres foisonnent en  «  Côtevoire  ». Les nouveaux riches sont légions et peuvent se constituer en bourgeoisie nationale. Ce pays n’a vraiment plus besoin d’être sevré à la mamelle de la France, comme de mon temps  !
- Ah, vieux Houphouët, ton unique premier ministre ne connaît en économie que la dette  ; tout comme son grand frère  Aimé Henri Konan Bêgnin. Même Alasko, le magicien en économie, dit qu’il n’y a pas de honte à endetter un pays. Il a été fier de trouver que Laurent ait opté pour le point d’achèvement de pays pauvre très endetté (le PPTE). Il en a profité pour relancer encore l’endettement au risque de subir les fourches caudines des institutions de Brettons Wood.  Tu sais, sous le règne Bédié, ces mêmes institutions avaient rompu les amarres avec la Côte d’Ivoire. Mais avec le travail acharné du gouvernement des professeurs, Paul-Antoine Bohoun Bouabré, alors ministre de l’économie et des finances, ayant inventé la notion de budget sécurisé, elles (institutions de Brettons Wood) sont revenues.
- C’est triste tout ça. Et comment doit-on faire pour faire revenir Laurent  ? Il ne faut pas le supplicier comme ce fut le cas de Samory Touré et consorts  ! Je connais les combines de la France.
- Tu sais, ces derniers temps, Alasko et Fanta Gbê sont tout temps entre deux avions. On espère qu’elle, en tant que femme et surtout ayant souffert de l’ostracisme fait à son mari pendant près de vingt ans, elle le poussera à plaider en faveur du Woudy Gbagbo  !
- C’est qui Fanta «  Bêh  »  ?
-  «  Gbê  » ce n’est pas «  Bêh  ». C’est l’ex-Madame Nouvian  F.  !
- Celle-là est encore en «  Côtevoire  »  ?
- A ton avis le vieux, elle est première dame, où veux-tu qu’elle aille  ? En tout cas, réveille-toi pour dire à tes faux héritiers présomptifs de faire revenir le woudy dans son Mama natal.
- Oui, absolument, je dois le faire, ces salauds salissent ma politique. Jeune homme, sois gentil, appelle-moi Wêgnin, je vais l’envoyer en mission...
                                                                                                               


 Julius Blawa Aguissoh.
                                                                                                                     (Mon poisson d’avril)
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !