Retour des refugiés ivoiriens du Togo vers la Côte d'Ivoire: Un grossier mensonge de Ouattara. Des révélations sur le complot.

Mardi 21 Mai 2013 - 06:33


La mise à feu du camp de refugiés ivoiriens d'Avépozo
La mise à feu du camp de refugiés ivoiriens d'Avépozo
La situation des réfugiés ivoiriens au camp d’Avepozo au Togo est devenue plus critique et précaire depuis quelques semaines.
Des abris tentes brulées, des soldats togolais aux prises avec la population réfugiée, des réfugiés ivoiriens blessés et les autres dormant sur des abris de fortunes dans la ville de Lomé et ses alentours.
4 femmes leaders du mouvement  de protestation et 2 hommes sont incarcérés à la maison d’arrêt de Lomé depuis le vendredi 3 mai 2013 suite au mouvement de revendication de l’amélioration de leurs conditions de vie.

Ce qui se passe au Togo, dévoile le jeu trouble de quelques personnes, des gens qui autre fois se revendiquaient des espaces de libres expressions, sont devenus des bourreaux de leur compatriotes ivoiriens au pays du Président FAURE. Depuis deux ans déjà, ce groupe d’espions à la solde de OUATTARA et de son pouvoir d’Abidjan, avaient été soupçonnés de jouer un jeu trouble contre leurs camarades de lutte au Togo.

Leur train de vie témoignait de l’entretien dont ils étaient objet de la part du gouvernement Ivoirien. Ce qui autre fois n’était qu’un soupçon est devenu vérité aujourd’hui. Ce sont eux qui conduisent à visage découvert ce vendredi 3 mai 2013 à 4 heures du matin, les gendarmes Togolais sur le camp de réfugiés. Les Ivoiriens sont réveillés par des gaz lacrymogènes et des tirs d’armes automatiques, de bastonnades de toutes sortes, on dénombre des blessés graves. Les réfugiés qui ont eu plus de chance se sont sauvés dans plusieurs directions surtout dans les pays limitrophes du Togo. Des Ivoiriennes dorment dans des abris de fortune ou à la belle étoile. C’est devant ce triste constat que les espions ou bourreaux des Ivoiriens vont constituer une équipe, à l’invitation d’Hamed BAKAYOKO et ses amis d’Abidjan. Objectif, trouver des plans diaboliques pour expulser de force les réfugiés ivoiriens du Togo. Cette opération conduite par OKON Agoua Depancome alias JACK BAUER, du parlement de Yopougon SIDECI, et qui vendait autre fois des CD gravés et piratés, et GBAHOU Adonis  se disant chef miliciens ayant à sa solde 5400 éléments dont 200 au Togo, 200 au Ghana et 5000 autres dans sa région d’origine à Bangolo à l’ouest de la Côte d’Ivoire, avec comme communicateur principal NADEAU Clément ancien Président de la Sorbonne solidarité au Plateau, ex passager du train du Premier Ministre BANNY. De source concordante cette opération aurait été pensé par KOKO Kuyo Jean Didier alias Deschamps Côte d’Ivoire, ex agent de l’Agence Nationale de la Stratégie et de l’Intelligence (ANSI), une structure spécialisé dans le renseignement et rattaché à la Présidence de la république, avec la collaboration du gouvernement Togolais, du HCR Togo, le gouvernement Ivoirien et de TRAORE Clément, ancien agent du GSPR sous le Président Laurent GBAGBO. La somme de 5 millions a été remise à ces réfugiés spécialisés dans l’espionnage sur leurs compatriotes au Togo sur un montant global de 80 millions de Francs CFA promis par les autorités ivoiriennes. Ces bourreaux des Ivoiriens auraient confectionnés une liste de leurs compatriotes qui refusent de les suivre dans leur bêtise et qu’ils auraient mise à la disposition des autorités Togolaises et Ivoiriennes. Leurs têtes sont donc mises à prix.

Le Témoignage d'un refugier




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !