Retour des exilés: Un débat inutile

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:20


Des populations fuyant la guerre à Abidjan en 2011, dont certains ont pris le chemin de l'exil
Des populations fuyant la guerre à Abidjan en 2011, dont certains ont pris le chemin de l'exil
Le débat sur le retour ou non des exilés est ouvert depuis l'annonce de l'accord conclu le 19 décembre dernier entre le gouvernement Ouattara et le Front populaire ivoirien sur les modalités de leur retour sécurisé en Côte d'Ivoire. Un débat qui, à mon avis, bien que légitime, n'a vraiment aucune raison d'être. Simplement parce qu'un homme / femme politique en exil est toujours appe- lé(e) à rentrer pour conduire la bataille pour la prise du pouvoir. Les militants et sympathisants du Fpi et les pro Gbagbo dans l'ensemble ont mis leur confiance en la direction du parti conduite par le président Affi N'Guessan pour:
1- discuter avec le régime d'Abidjan afin d'obtenir la libé- ration des prisonniers poli- tiques en Côte d'Ivoire, celle du Président Gbagbo en Hollande et  garantir le retour sécurisé des exilés,
2- restaurer les acquis démocratiques et prendre le pouvoir aux futures élections pour renforcer l'Etat de Droit en Côte d'Ivoire. L'impression que j'ai, c'est que nous nous accordons tous plus ou moins sur la première mission. A ce niveau, nous savons ce que nous voulons, nous avons même des stratégies communes pour y parvenir. Mais sur la deuxième mission de la direction, il me semble que beaucoup d'entre nous n'ont aucune stratégie. Bien que cer- tains d'entre nous veulent que Ouattara parte du pouvoir, ils n'ont élaboré aucun plan pour y arriver. Ils veulent un changement de régime, mais comment y arriver demeure à ce jour une question sans réponse pour ceux parmi eux qui y pensent. Peut-être qu'ils ne trouvent réalistes que les "méthodes Ouattara" d'accession au pou- voir que tout le monde connait. Mais que ceux-là sachent que pour vaincre une dictature comme celle de Ouattara, il faut plusieurs scénarii, y compris les élections. Je n'en dirai pas plus. Sinon comment comprendre que ces camarades-là soient opposés, systématiquement, au retour, même sécurisé, des exilés politiques. Je dis "systématiquement" parce que ceux qui pen- sent que le moment n'est pas encore venu disent souvent: " Ouattara doit mettre tout en œuvre pour que nous puissions partir".Pourtant, nous sommes tous d'accord que le retour des cent mille refugiés et exilés en Côte d'Ivoire n'est pas au bénéfice du locataire du Palais, Place de la République, à Abidjan, pour la simple raison que ces personnes-là n'ont pas voté pour lui en 2010 et ne le feront pas en 2015 ou l'année où des élections crédibles seront organisées. Je suis entièrement d'accord avec eux quand ils disent que sans les reformes consignées dans le cahier de revendications du Fpi, il ne peut y avoir d'élections crédibles en Côte d'Ivoire auxquelles le Fpi devra participer. Ils rappellent que l'attitude du gouvernement ivoirien sur ces points importants inquiète. On n'est d'accord là-dessus, mais là où nous ne partageons pas leur avis, c'est la conclusion préliminaire à laquelle ils parviennent; "...il n'y aura donc pas d'élections en 2015",soutiennent-ils.  C'est vrai qu'à l'allure où Ouattara fait avancer les discussions, les craintes des amis sont motivées. Cependant, entre nous, si on continue d'être d'accord que le régime dictatorial en place ne satisfera pas librement les revendications du Fpi et ne le fera surtout pas pour manifester sa volonté d'ouvrir le jeu démocratique, sur quels moyens nous accordons- nous pour contraindre Ouattara à satisfaire les revendications du Fpi? Bien attendu, nous éloignerons l'idée inappropriée de demeurer en exil jusqu'à ce que Ouattara ou son successeur accepte, un jour, librement, les reformes du Fpi. Pour ma part, je pense que ce sont les cent mille pro Gbagbo en exil qui iront soutenir les actions de mobilisation du parti sur le terrain. Il est vrai que sans eux le travail se fait déjà, mais imaginons l'effet de leur appui aux tournées, futures marches, sit-in, conférences, etc...du parti dans toutes les régions du pays. Phénoménal, n'est-ce pas? Surtout qu'avec la  décrispation qu'apportera la présence des exilés sur le terrain, les résistants de la diaspora pourront eux- aussi envisager rentrer pour apporter leurs contributions significatives à la lutte. Nous voulons juste faire com- prendre que le régime Ouattara ne mérite certes pas la confiance des pro Gbagbo, mais nous devons reconnaitre que les lignes bougent depuis la libération du président Affi. Et nous sommes persuadés que les choses iront encore mieux dès que le Président Gbagbo recouvrera la liberté dans les mois à venir, tout cela grâce à notre mobilisation qui n'a jamais faibli depuis son arrestation, le 11 avril 2011. Ne pas soutenir les avancées de la direction du Fpi sur le terrain serait renier les retombées de notre propre mobilisation. Chers amis, si nous voulons sauver notre pays, commençons à cultiver plus de tolérance envers ceux qui ont pris en otage la Côte d'Ivoire et qui nous persécutent depuis 2011 et réarmons notre foi en une Côte d'Ivoire libre. C'est possible. Du côté d'Abidjan, on le voit bien, nos bourreaux sont affaiblis, usés par le temps, le mensonge, la haine et la vengeance. Abandonnés par leurs parrains qui ont fini par découvrir leur supercherie, ils vont continuer de céder sur beaucoup de points qu'ils rejetaient hier s’ils veulent partir dans la dignité. De là où nous sommes, observons, avec une foi inébranlable en la Côte d'Ivoire, les retombées de trois ans de notre mobilisation exceptionnelle à travers le monde. Ne crachons donc pas sur ce nouveau deal, c'est l'un des fruits de notre détermination à remettre les choses à leur place en Côte d'Ivoire. Laissons la direction du Fpi finaliser les aspects pratiques, s'il y a des raisons de reculer, ils aviseront. Soyez-en sûrs. Mais sachez surtout, chers amis, que personne ne sera forcé par le Fpi à mettre fin à son exil car c'est avant tout une question de sécurité individuelle. Même si toutes nos conditions de retour sont entièrement réunies, les départs se feront par catégories et par vagues successives. La méthode pratique sera rendue publique ultérieurement, mais sachez que l'Association des refugiés ivoiriens de la diaspora (Arid), la Coordination Fpi en exil et la Direction du Fpi examineront chaque fois tous les risques liés à ce retour des exilés en Côte d'Ivoire. Par ailleurs, sachez surtout qu'il est temps que la lutte que nous menons avec détermination de l'extérieur soit enfin conduite sur le terrain, en Côte d'Ivoire, où se jouera la finale en 2015 ou le moment venu. C'est pourquoi, nous devons réaffirmer, chaque fois qu'il est possible, notre soutien  à la Direction du Fpi dans ses perspectives politiques et dans ses prises de décisions en rapport avec ses objectifs intermédiaires et immédiats à atteindre. Sans être parfaits, Affi et ses camardes sont aguerris par plusieurs années de crise. Et vous le savez bien. Quant à nous, maintenons notre cohésion, réarmons-nous davantage de courage et de détermination pour vaincre la haine et l'esprit de vengeance qui dominent les victimes en pareilles circonstances. Nos adversaires ploient chaque jour, ils titubent constamment, ils vont bientôt s'écrouler et nous allons,  à nouveau, comme entre octobre 2000 et le 19 septembre 2002, savourer l'air de la liberté et de la démocratie. La haine et la vengeance du camp Ouattara vont faire place à l'amour et au pardon qui caractérisent le camp Gbagbo. Nous allons, bientôt et même très bientôt, revivre dans la patrie de la vraie fraternité. Oui, tous ensemble, les Ivoiriens réconciliés autour de Woody de Mama, dans une Côte d'Ivoire  réunifiée et désormais indivisible, se retrouveront à la place de la République pour fêter la Nouvelle Côte d'Ivoire; celle où règnent l'amour et le pardon. Dieu vous bénisse.

 Une contribution d'Arsène Dogba (Politologue ivoirien)
Source: LG Infos  N°620 DU JEUDI 26 DÉCEMBRE 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !