Résurgence d'un atiavisme anti-démocratique en Côte d'Ivoire.

Mardi 23 Avril 2013 - 12:48


Félix Houpouët Boigny, père fondateur du PDCI-RDA, premier président de la Côte d'Ivoire
Félix Houpouët Boigny, père fondateur du PDCI-RDA, premier président de la Côte d'Ivoire
La Côte d'Ivoire deviendra-t-elle un jour un pays démocratique, un pays dans lequel des élections peuvent se tenir sans violence, librement et dans la transparence totale, conformément aux lois qui les régissent?
Sans vouloir manifester un certain ivoiro-pessimisme, nous posons simplement une question que suscite notre regard sur les différentes élections en Côte d'Ivoire depuis plus de deux décennies.
Le retour au multipartisme en1990 marquait l'entrée de la Côte d'ivoire dans l'ère de la démocratie. La démocratie ne pouvant se réduire au  multipartisme, il restait cependant à opérer une démocratisation de la politique par des règles du jeu transparentes, acceptées par tous, à défaut par la majorité, et auxquelles tous se conforment scrupuleusement. Hélàs! Plus de 20 ans après, la Côte d'ivoire continue d'être en travail pour enfanter la démocratie. Le travail perdure, la douleur qui l'accompagne aussi. Chaque échance électorale est source de nouvelles inquiétudes, de nouvelles angoisses. Car la violence dans le pays est aussi devenue fille d'élection. Que chaque élection enfante la violence, c'est cela réalité tragique de la politique ivoirienne. Tricherie de toutes sortes, refus de reconnaître sa défaite, vol de la victoire du vrai gagnant par inversion ou falsification des résultats, sont autant de raisons qui conduisent à la violence politique post-électorale. Mais qui sont les responsables de cette violence politique, ces vrais ennemis de la démocratie en Côte d'Ivoire?
Gbagbo a été indexé par la communauté internationale comme l'ennemi de la démocratie. Elle faisait ainsi fi de cette réalité selon laquelle l'homme Gbagbo a mené durant toute sa vie le combat pour une alternance pacifique et démocratique en Côte d'ivoire, refusant de choisir la voie des armes pour réaliser ses ambitions politiques. Gbagbo, "l'ennemi de la démocratie" a été renversé par le coup d'Etat du 11 avril 2011, parce qu'"il a refusé de reconnaître sa défaite électorale" proclamée par la CEI (Commission électorale Indépendante) au QG d'Alassane Ouattara, à l'Hôtel du Golf. Une proclamation de résultats contraire à la Constitution ivoirienne faisant du Conseil constitutionnel l'unique institution en matière électorale habilité à proclamer les résultats définitifs de l'élection présidentielle. Gbagbo, "l'ennemi de la démocratie", arrêté, emprisonné à Korhogo, puis déporté à La Haye, est depuis lors en marge de la politique ivoirienne. Son parti le FPI n'a pris part ni aux dernières législatives ni aux élections municipales et régionales qui viennent de se dérouler. Et pourtant à ses différentes élections entre démocrates du RHDP, la fraude électorale et la violence ont été au rendez-vous! D'où la question " qui sont les responsables de cette violence politique, les vrais ennemis de la démocratie en Côte d'Ivoire?" Quand le vol se poursuit dans la maison, alors que le principal accusé en a été expulsé et est frappé d'ostracisme, il y a bien nécessité de se poser la question de savoir qui est le véritable voleur dans la maison.
Point besoin d'aller consulter le marabout du quartier pour identifier les vrais fossoyeurs de la démocratie en Côte d'Ivoire!
Le RHDP est le véritable ennemi de cette démocratie en Côte d'Ivoire, référence faite au passé et au présent de ce groupement politique en matière électorale. Le RHDP (PDCI, RDR, UDPCI, MFA), c'est le PDCI des origines à la mort d'Houphouët Boigny, son père fondateur. Le RHDP, coalition politique, est un éclatement du PDCI. Cette coalition a été en partie possible par la mêmeté de la culture politique qui unit la majorité des partis qui la composent. Pour comprendre les agissements du RHDP actuel, il faut remonter aux agissements du PDCI.
Le PDCI a consacré 30 années de parti unique en Côte d'Ivoire, alors qu'il continue  de s'appeler depuis sa création parti démocratique de Côte d'ivoire. Sous la dictature d'Houphouët Boigny, ce parti a règné sans partage, au mépris des règles élémentaires de la démocratie. Au lendemain de l'avènement du multipartisme, ce parti refuse de jouer le jeu de la démocratie. C'est par la fraude qu'Houphouët Boigny parvient à se maintenir au pouvoir à la suite de la présidentielle de 1990. Fort de l'expérience de 1990, le Front populaire exige, dans le cadre de la présidentielle de 1995, des conditions d'un scrutin libre, transparent et démocratique (Vote à 18 ans, urnes transparentes, Procès verbaux multiples des résultats du vote, Commission électorale indépendante, etc...). Le refus du PDCI de céder à ces exigences démocratiques, après avoir rusé avec l'opposition, eut pour conséquence le boycott actif décrété par le Front républicain (FPI et RDR).
A l'approche de la présidentielle de 2000, le PDCI ne donne aucune assurance quant à sa volonté de jouer le jeu de la démocratie en en créant les conditions dans un contexte de multipartisme.  Il apparait donc comme naturel que le  PDCI et ses démembrements au sein du RDHP soient incapables de produire le miracle de la démocratie en Côte d'Ivoire. Ils font preuve d'un atavisme anti-démocratique. De la présidentielle du 28 novembre 2010 aux élections municipales et régionales du 21 avril 2013, en passant par les législatives du 11 décembre 2011, le RHDP a fait montre de sont refus de la démocratie, d'en épouser les méthodes et de respecter ses règles. Quand des fraudeurs électoraux et des fauteurs et soutiens de rébellion se retrouvent opposés au cours d'une élection, la violence qui s'ensuit reste pour eux la chose la mieux partagée. Avec un atavisme anti-démocratique du RHDP si profond, il y a bien raison de se demander quand la Côte d'Ivoire parviendra-t-elle à accoucher la démocratie et à la faire prospérer pour les générations futures!
Quand le voleur crie au "au voleur!", cela crée naturellement la confusion. Mais il faut savoir être lucide pour identifier le voleur et ne pas se tromper de cible. Ainsi, nos "démocrates ivioiriens", amis de la communauté internationale, laissent-ils découvrir à chaque occasion leurs vrais visages de "démocraticides" hantant l'espace poltique en Côte d'Ivoire.

ZEKA TOGUI.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !