Rencontre Macky Sall et le Fpi à Dakar le 13 décembre 2012: Ce qui n’a pas été dit

Deux principales raisons ont amené le président sénégalais Macky Sall à accepter de jouer le rôle de médiateur entre le Front populaire ivoirien (Fpi) et le régime Ouattara, dont les rapports tendus jusque-là ont crispé la vie politique en Côte d’Ivoire.

Lundi 24 Décembre 2012 - 03:13


Rencontre Macky Sall et le Fpi à Dakar le 13 décembre 2012: Ce qui n’a pas été dit
La première, c’est qu’il compte des amis dans la classe politique ivoirienne. Nos sources confient que l’homme fort du pays de la Teranga a pour ami Stéphane Kipré, président de l’Union des nouvelles générations (Ung) et par ailleurs gendre du président Laurent Gbagbo (ancien chef d’Etat ivoirien, détenu à la Haye). Les deux hommes, sous le règne de Gbagbo, ont entretenu de bonnes relations.
Depuis son exil, l’époux de Laurence (une des filles jumelles de Gbagbo) a joint son ami sénégalais pour lui demander de faciliter le retour en Côte d’Ivoire des personnalités de l’ancien régime et de bien d’autres Ivoiriens qui, actuellement, sont loin de leur terre natale. Macky Sall n’y a trouvé aucun inconvénient. Le président de l’Ung en a soufflé mot aux responsables du Fpi, aussi bien à Abidjan qu’au Ghana, terre d’accueil des pro-Gbagbo. L’idée de constituer une délégation pour aller rencontrer le président sénégalais a germé.
Ainsi, le 13 décembre 2012, Miaka Oureto président par intérim du Fpi ; l'ex ministre Amani N’Guessan Michel, Assoa Adou, Odette Sauyet, Don Mello ; Stéphane Kipré ; Richard Dacoury sont reçus à Dakar. La deuxième raison, le président sénégalais a estimé qu’il y avait là une intéressante carte politique à jouer, en ce début de mandat à la tête de son pays, entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire.
Evidemment, s’il réussit cette médiation, politiquement ce serait un gain important, au-delà de la simple satisfaction morale qu’il pourrait ressentir d'avoir contribué à la réconciliation des Ivoiriens… A Dakar, selon des sources bien introduites, la délégation ivoirienne et Macky Sall ont longuement échangé sur tous les sujets politiques. Les pro-Gbagbo ont fait comprendre à leur hôte que la vie politique en Côte d’Ivoire ne sera véritablement apaisée que si le régime Ouattara met fin aux « arrestations arbitraires » ; à « l’emprisonnement sans raison de ses cadres». Ils ont également expliqué que la libération de Laurent Gbagbo de la Cpi serait la clé de la réconciliation en Côte d’Ivoire.
Le successeur de maître Abdoulaye Wade a rassuré la délégation ivoirienne des efforts qu’il entreprendrait pour que les préoccupations qui lui ont été soumises soient satisfaites. Cependant, il a suggéré au Fpi de participer au jeu politique. « Pour l’heure, Dakar cherche surtout à amener le Fpi à plus de souplesse. Et, pourquoi pas, à revenir dans le jeu institutionnel, en participant aux élections municipales et régionales de février 2013 », croit savoir La Lettre du Continent, dans sa parution du 19 décembre 2012.
Mieux, ce périodique livre à ses lecteurs un secret. « En contre partie de ce coup de pouce, Alassane Ouattara tente de jouer les bons offices entre Macky Sall et Abdoulaye Wade. Les relations entre l’ancien et le nouveau président sénégalais sont extrêmement tendues », rapporte le journal qui indique, par ailleurs, que l’objectif du président ivoirien est de convaincre Macky Sall de régler le différend qui l’oppose à son prédécesseur « à l’africaine ».
 
A.BOUABRE
 
Par Alain Bouabré
Publié le 24 décembre 2012
 
Source: Soir info




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !