Règlement du contentieux électoral de 2010 Bédié : «Le recomptage des voix paraissaient indiqué…»

Dans son discours d’orientation hier jeudi 3 octobre 2013 à l’ouverture du 12ème congrès du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié s’est décidément révolté contre Alassane Ouattara. Le président du PDCI a estimé que sa victoire lui a été volée lors du premier tour de la présidentielle de 2010. Aussi, poursuit-il, le recomptage des voix aurait du être fait. Il a également dénoncé un découpage électoral favorable au RDR d’Alassane Ouattara et réclamé un remaniement du gouvernement. Extrait d’un discours au vitriol contre son allié Alassane Ouattara.

Samedi 5 Octobre 2013 - 10:01


Règlement du contentieux électoral de 2010 Bédié : «Le recomptage des voix paraissaient indiqué…»
Bédié soutient avoir été spolié de 600 000 voix
 
« Tout comme le roseau, le PDCI-RDA plie et ne rompt pas. Et ceci, malgré les menaces, les saignées, les achats de conscience et le fait de trop, nos militants qui aiment bien sécher leur linge là où brille le soleil. A la suite du premier tour de l’élection présiden - tielle de 2010, il est bon de rappeler que le rang que j’ai occupé n’était pas le mien. Malgré la mauvaise organisation de la direction de ma campagne, j’ai pu noter preuves à l’appui que j’avais été spolié d’au moins 600 000 voix. Et j’en ai informé différentes chan - celleries y compris l’Onuci, le conseil constitutionnel et la Commission électorale indépendante qui ont été saisis. Mais vous conviendrai avec moi que les dés étaient déjà pipés. Le recomptage des voix paraissait indiqué dans la circonstance, la menace que nous sentions déjà venir, l’accusation de mauvais perdant dont je serais l’objet nous ont emmenés à ne pas poursuivre d’autant plus que mon jeune frère le président Alassane Ouattara était arrivé en seconde position et était par conséquent le mieux placé d’entre nous conformément à ce que nous avions convenu au niveau du RHDP. Nous devons donc le soutenir et c’est ce que j’ai fait en demandant aux militants du PDCI- RDA de porter leurs voix sur Alassane Ouattara au second tour».
 
Bédié dénonce un découpage électoral fantaisiste
 
« La liste électorale, la composition de la Commission électorale indépendante (CEI), le mode de scrutin n’ont pas été modifiés. En revanche la carte des circonscriptions a été densifiée surtout dans les campagnes. Ce qui a amplifié la sous-représentation des grandes villes et notamment de la capitale économique. Le ministère de l’intérieur est passé de 174 à 205 circonscriptions et de 225 à 255 sièges de députés à l’Assemblée nationale. La moyenne nationale est de 22 453 électeurs pour un député. Elle varie de 107 000 à Cocody à 207 000 à Gbélégban. On remarque également que sur les 30 nouveaux sièges, 21 ont été créés dans le nord du pays favorable au RDR. Sur les 1 160 candidats enregistrés par la CEI pour se dispu - ter les 205 circonscriptions, on comptait 227 PDCI, 231 RDR et 498 indépendants s’affi- chant sous les couleurs de 34 formations relevant souvent des dissidences au sein des principaux partis. Sans grande surprise, le RDR a raflé la mise au soir du 14 décembre 2011».
 
Présidentielle de 2015, Bédié réclame des réformes institutionnelles en profondeur
 
« La constitution de l’an 2000 qui doit être revue de sorte à rééquilibrer le pouvoir exécutif par la création d’une vice-présidence, rééquilibrer le pouvoir législatif par la création du Sénat. La fixation d’un délai pour la nomination des membres du Conseil économique et social et sa mise en place effective. La restructuration de la Commission électorale indépendante a été suggérée car sa configuration actuelle est dépassée et il convient de tenir compte de la nouvelle donne. S’agissant de la réforme administra - tive, la réduction du nombre de régions pour les ramener de 31 à 12 a été suggérée, toute comme a été souhaité que le découpage soit revu sans tenir compte des préoccupations électoralistes, politiques et tribales. Par ailleurs, les dénominations des régions doivent être débarrassées de connotation ethnique».
 
Bédié demande un remaniement du gouvernement
 
« Il faut des réglages pour pouvoir gouverner ensemble. A cet effet, il faut que les prési- dents des partis membres de l’Alliance engagent des actions vigoureuses tendant à réaménager le gouvernement pour tenir compte de l’équilibre entre régions et les partis membres. Le découpage électoral manifestement trop favorable à certaines régions, le nord en particulier, en dépit de leurs poids démographiques dans la nation mérite d’être corrigé. Enfin, ouvrir les emplois de la présidence de la république aux cadres des partis membres du RHDP ».
 
Propos recueillis par Anderson Diédri
 
Le Nouveau Courrier N° 895 Du Vendredi 04 Octobre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !