Régionales d’avril prochain: Le Pdci accuse déjà le Rdr de frauder

Victoire assurée pour le Rdr aux élections couplées d’avril. Normal. Car les cadres composant certaines listes du parti de Ouattara sont aussi membres de la Cei.

Jeudi 28 Mars 2013 - 09:48


Régionales d’avril prochain: Le Pdci accuse déjà le Rdr de frauder
Au-delà de la rupture, les alliés du Rhdp sont désormais dans une logique d’ad - versité déclarée. Et la commune d’Attécoubé ouvre le champ d’expérimentation des contentieux ouverts entre le Rdr et le Pdci. Le 22 mars dernier, Danho Paulin Claude, candidat sur la liste du Pdci à l’élection municipale prochaine dans la commune d’Attécoubé, a engagé une procédure contre la liste Rdr pour fraude. Son action est une lettre «en contesta - tion de candidature» adressée au président de la Cei. Dans la correspondance, il conteste «l’inscription de deux candidats figurant sur la liste «Vivre ensemble» du Rassemblement des Républicains (Rdr) à l’élection municipale du 21 avril 2013 dans la circonscription d’Attécoubé». Il s’agit de Koné Zié Siriki, commissaire à la Cei, représentant le chef de l’Etat, et d’Atchan Awo Léon, commissaire à la Cei représentant les Forces nouvelles. Le candidat Pdci soutient sa procédure en «contestation de candidature» par une disposition du code électoral établissant une incompatibilité. «…Conformément à l’article 154 du code électoral, la fonction de conseiller municipal est incompatible avec celle de membre de la commission chargée des élections», écrit le maire Pdci sortant. Ces deux personnalités étant toujours en fonction à la Cei, il estime que maintenir leur inscription constitue « une violation grave du code électoral et entacherait la transparence des élections municipales du 21 avril 2013 ».  En engageant de façon courageuse et frontale cette action, le maire Danho Paulin met le pied dans le plat. Il refuse d’être de ceux qui se « gardent de dénoncer la fraude », sous prétexte que « le Rdr est un parti violent ».

D’autres cas de triches

A l’instar de celle d’Attécoubé, existent bien d’autres listes du Rdr illé - galement constituées, dans plusieurs autres circonscriptions. Selon des informations recoupées, c’est le cas à Duékoué. En effet, après l'affichage par la Cei, de la liste des candidats retenus, des personnes intéressées par les régionales ont signalé « des anomalies inacceptables ». Celles-ci font état de ce que Kalo Kelifala figure sur la liste Rdr. Selon une source fiable, « Kalo Kelifala fait partie de l'équipe régionale de la Cei qui a organisé les élections partielles du 3 février dernier à Bangolo et Facobly et n’a pas encore démissionné », rapporte la source. A Duékoué, mais aussi dans beaucoup d’autres localités, le Rdr est en violation flagrante des dispositions du code électoral. Mais les personnes qui ont qualité pour agir et engager ces con - tentieux d’avant scrutin « se gardent de le faire » estimant que dénoncer « le Rdr un parti violent » équivaut à signer son arrêt de mort ». Ce qui fait que des contentieux restent certainement non engagés. Mais il n’en demeure pas moins qu’ils constituent des violations au sens de l’article 154 du code électoral cité par Danho Paulin. Outre les problèmes de droit, la fraude du Rdr inclue aussi le bon sens.

Au-delà du droit

Selon  la loi portant sa création, la Cei a en charge l’organisation du scrutin. C’est- à-dire qu’elle en contrôle la régularité, collecte les procès verbaux et proclame les résultats. Par conséquent être candidat alors qu’on est membre de la Cei, c’est comme si on était « juge et partie ». Cela participe du bon sens. Et on peut soutenir que les membres  de la Cei, qui figurent sur les listes en tant que candidats, ont clairement conscience qu’ils veulent tricher. Et ce n’est pas acceptable. Selon des personnalités qui ont requis l’anonymat, la Cei non seulement doit annuler les inscriptions de ces tricheurs, mais elle doit aussi engager des poursuites contre ces personnes pour « abus de position ». Dans cette logique, l’action de Danho Paulin lève le lièvre, sur cette opération de fraude manifeste. Elle doit être une perche pour les candidats qui n’avaient pas le courage de saisir la Cei. « Si tous ceux qui sont concernés ne s’activent pas, disons si le Pdci ne se mobilise pas, il risque d’accompagner et au-delà, de légitimer le Rdr », avertit un cadre du Pdci. Par ailleurs, l’opinion regarde aussi et surtout le président de la Cei, Youssouf Bakayako. Et se pose de multiples questions. Elle se demande « si au moins il aura le courage de regarder en interne, dans ses placards ». Les Ivoiriens s’interrogent surtout s’ils peuvent attendre quelque chose d’une personnalité qui est capable de s’exiler dans le QG d’un candidat pour le proclamer vainqueur. En tout cas, si Youssouf Bakayoko ne fait rien, le Pdci de Bédié n’aura que ses yeux pour pleurer. Mais le Rdr aura prouvé qu’avec lui, il est impossible de « vivre ensemble », de « gouverner ensemble » et de solliciter des suffrages au même titre.

Armand Bohui

bohuiramand@yahoo.fr

Source: Notre Voie N°4378 du mercredi 27 mars 201 3




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !