Réforme du code électoral, enrôlement des électeurs, CEI locales…15 organisations de la société civile interpellent Ouattara

Jeudi 19 Février 2015 - 00:39


Réforme du code électoral, enrôlement des électeurs, CEI locales…15 organisations de la société civile interpellent Ouattara
A huit mois de la présidentielle, les signaux émis par le gouvernement dans le cadre de la tenue du scrutin, ne sont pas de nature à rassurer les acteurs et autres observateurs de la scène politique nationale. Au nombre de ceux-ci, la plateforme de la société civile pour l’observation des élections (Poeci), qui comprend 15  organisation. Dans une déclaration dont nous avons reçu copie, le groupement, qui bénéficie de l’appui technique du National democratic institute (NDI), s’inquiète des conditions de préparation des élections d’octobre 2015, par le gouvernement et son mandant, la Commission électorale indépendante (Cei). Au constat, la plateforme note que pour l’heure, aussi bien la question de la réforme du code électoral que l’enrôlement des électeurs ou encore, l’installation des CEI locales, reste la seule affaire du camp présidentiel. Ce qui selon la Poeci, n’augure rien de bon pour les joutes électorales à venir car se souvient-elle, la violente crise postélectorale de la fin 2010, l’a été en raison des divergences profondes entre différents acteurs du marigot politique ivoirien. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, C’est pourquoi, ces 15 organisations de la société civile souhaitent que « les échéances électorales soient préparées de façon consensuelle et inclusive, afin qu’elles se déroulent dans un climat apaisé et que leurs résultats soient acceptés de tous. » Aussi, la Poeci fait-elle observer « qu’avec le dialogue politique qui prévaut par la recherche de consensus pour des élections apaisées, inclusives et transparentes, il est important, pour l’élaboration du code électoral et du découpage des circonscriptions électorales que la CEI mène des consultations auprès des parties impliquées dans le processus électoral notamment les organisations de la société civile qui disposent d’une proposition de modification du code électoral. » De même, la plateforme s’inquiète que l’exigence de la carte d’identité nationale comme seul document à fournir pour l’enrôlement des lecteurs, ne constitue un frein à la participation de milliers d’Ivoiriens vu les délais de délivrance des cartes qui selon, le groupement de la société, dépassent largement les 30 jours indiqués officiellement et le nombre réduit des lieux de confection de la CNI, surtout que « la CEI, elle-même, a annoncé le chiffre de 3 millions de citoyens concernés par cette opération. » De plus, relève l’organisation, « à la faveur de la crise post électorale, des milliers d’Ivoiriens ont perdu, lors des déplacements massifs, leur carte nationale d’identité. Cela vient donc augmenter le nombre des demandeurs. » C’est pourquoi, elle interpelle les autorités compétentes à l’effet de corriger les dysfonctionnements indiqués plus haut pour des élections acceptables par tous. Notons que la Poeci compte une quinzaine d’organisations, dont l’Ascad, l’Ugtci, l’Unjci et le Wanep-CI, pour ne citer que les plus connues.


Géraldine Diomandé

Source: Aujourd’hui / N°829




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !