Réconciliation nationale: le FPI invite la CDVR à organiser les Etats Généraux de la République

Mercredi 19 Mars 2014 - 05:59


M. Laurent Akoun, Secrétaire général et porte-parole du Front populaire ivoirien (FPI)
M. Laurent Akoun, Secrétaire général et porte-parole du Front populaire ivoirien (FPI)
Déclaration du FPI sur le processus de réconciliation nationale conduit par la CDVR

Depuis l’accord de Linas Marcoussis consécutif à la tentative de coup d’Etat du septembre 2002 qui s’est muée en rébellion faisant de nombreuses victimes et portant gravement atteinte à la cohésion nationale, un processus de réconciliation a été engagé et conduit pendant dix (10) ans par le président Laurent GBAGBO pour mettre fin à la crise.

La guerre électorale et le renversement du président Laurent GBAGBO ont mis en évidence l’échec de ce processus malgré les énormes sacrifices consentis par Laurent GBAGBO et ses partisans.

Dès son installation au pouvoir, le régime OUATTARA s’est livré à la persécution des pro-GBAGBO avec une violence inouïe se traduisant par des violations graves et constantes des droits humains. La terreur et la désolation se sont abattues sur les partisans du président Laurent GBAGBO ou supposés comme tels et sur des nombreuses populations innocentes. Le bilan est très lourd : pillages, destructions de biens, expropriations, réfugiés, exilés, prisonniers, blessés, morts, etc.

Sans doute sur conseils de ses soutiens à l’intérieur ou à l’extérieur, le régime Ouattara, parallèlement à cette entreprise de persécution des opposants, a décidé de créer la « Commission Dialogue Vérité Réconciliation » présidée par M. Charles KONAN BANNY, en proclamant de manière répétitive son engagement en faveur de la réconciliation nationale.

Cette initiative a suscité l’espoir des Ivoiriens qu’un processus qui userait de méthodes appropriées susceptibles d’aboutir à une réconciliation vraie démarrait.

Alors qu’on s’attendait à ce que la CDVR associe les vrais protagonistes de la crise, les partis politiques, la société civile et les victimes, au processus de réconciliation nationale, celle-ci a choisi de mener ses activités de manière solitaire, à l’insu des populations et des belligérants.

Bien entendu, les résultats des recherches de la commission « heuristique » ne manquent pas d’intérêt, notamment en ce qui concerne l’identification des causes profondes de la crise telle que proposée par le FPI. Mais ces données demeurent nécessairement insuffisantes eu égard à la non implication des acteurs de la crise et à l’insuffisance de lisibilité et de crédibilité des conditions dans lesquelles elles ont été obtenues. De plus, la suite réservée aux résultats laisse perplexe.

Aujourd’hui la CDVR est déjà passée à l’étape des auditions des victimes malgré nos réserves. Alors questions : Qui conduit l’opération sur le terrain ? Qui témoigne ? Comment, quand et où témoigne-t-on ? Même s’il ne s’agit que de séances pilotes, elles sont prématurées, compte tenu du climat de méfiance et d’insécurité permanente qui prévaut encore sur toute l’étendue du territoire et qui peut constituer de toute évidence un obstacle à la libre expression des victimes qui sont de différents groupes politiques et ethniques et dont un grand nombre réside à l’heure actuelle hors du pays. La procédure retenue va de ce fait privilégier les pro-Ouattara qui n’auront aucune crainte à s’exprimer et compromettre la valeur des résultats comme ce fut le cas de la commission nationale d’enquête.

Depuis toujours, le FPI affiche son engagement pour une réconciliation vraie, inclusive, sincère et durable dans un climat de confiance et de tolérance mutuelle. La méthode de la CDVR qui allie réconciliation, justice des vainqueurs, exclusion des vrais protagonistes et catégorisation des victimes n’est pas de nature à favoriser l’adhésion des populations ivoiriennes à cette noble ambition de réconciliation nationale. Il est donc nécessaire, urgent et indispensable de recourir à une méthode qui rassure et qui mette en présence et publiquement tous les acteurs de la crise et toutes les victimes pour rechercher ensemble la vérité et proposer les modes de réparation et de repentance. D’où la proposition du FPI d’organisation des «Etats Généraux de la République» (E.G.R). Nous invitons la CDVR à organiser dès maintenant ce forum qui sera salutaire pour tous, d’autant plus qu’il nous semble utopique de vouloir organiser des élections justes, transparentes, inclusives, apaisées et crédibles sans un minimum de consensus national. La démarche de la CDVR doit donc être globale et non sectaire, partielle et partiale.

Les Etats Généraux de la République que suggère le FPI offriront cette démarche, puisqu’il s’agira de résoudre tous les problèmes : ceux liés aux conséquences de la crise et ceux liés à ses causes.

Afin de permettre des débats approfondis sur toutes les questions d’intérêt national liées à la réconciliation nationale et de légitimer les décisions qui en découleront, le FPI propose que les EGR s’organisent autour de six (6) commissions composées des représentants des Partis Politiques, de la société civile, des communautés et des régions, des confessions religieuses, des organisations syndicales et patronales, des corps constitués, de la diaspora, des victimes etc. Ces commissions seront les suivantes :

· Commission «vérité, justice et réparation des préjudices» ;
· Commission «réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales» ;
· Commission «Etat de droits, libertés et démocratie» ;
· Commission «laïcité, éthique républicaine, cohésion sociale et conscience nationale» ;
· Commission «réforme du secteur de sécurité (RSS)" ;
· Commission «administration du territoire et décentralisation».

Le FPI est disposé à participer pleinement à toute concertation, toute séance de travail en vue de l’organisation des Etats Généraux de la République qui constituent à l’heure actuelle une urgence au regard de la dégradation constante et dangereuse de la cohésion sociale et l’approche des échéances électorales.

La CDVR doit prendre à présent ses responsabilités et s’engager résolument dans cette voie. Il y va de l’intérêt des Ivoiriens et de l’avenir de la Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan, le 18 mars 2014
Laurent AKOUN

Secrétaire Général & Porte-parole


Publié le mardi 18 mars 2014  |  Partis Politiques




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !