Réconciliation/ Affi N’guessan au gouvernement Duncan : ‘‘Se réconcilier avec Affi, Gossio, Amani est certes important, mais cela ne sert à rien si on ne se réconcilie pas avec Gbagbo’’

Lundi 17 Février 2014 - 00:49


Pascal Affi N'Guessan, président du Front Populaire ivoirien
Pascal Affi N'Guessan, président du Front Populaire ivoirien
Place Ernesto Djédjé de Treichville, quatrième meeting du président du FPI dans le cadre de sa tournée dans le district d’Abidjan, le dimanche 16 février 2014.

Devant une foule de militants et en présence de certains cadres du Front populaire ivoirien qui ont décidé de mettre fin à leur exil, dont Firmin Krékré, ex-secrétaire général de l’ANSI et Alphonse Voho Sahi, Pascal Affi N’guessan a rappelé au régime Ouattara les enjeux de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

«On ne peut réussir le dialogue que si le président Laurent Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire. Qu’on soit FPI, PDCI ou RDR, on doit comprendre que le temps de l’enfermement de Laurent Gbagbo est fini, le temps où on a affrété un avion pour transférer Laurent Gbagbo à La Haye est passé, on a vu que cela n’a pas fait avancer la Côte d’Ivoire, mais qu’au contraire cela nous maintient dans la division.

Comment peut-on faire la réconciliation si celui qu’on a affronté est en prison quelque part ? Nous avons des responsabilités dans la crise, mais le rôle que nous avons joué n’a rien à voir avec le rôle que Gbagbo a joué.

C’est lui qui était candidat à l’élection présidentielle en 2010, ce n’est pas moi, ni Gossio Marcel ni Amani N’guessan. Pourquoi se réconcilier avec moi alors que celui contre qui vous vous êtes battu est à La Haye ? Se réconcilier avec moi est important certes, mais se réconcilier avec le candidat contre lequel on s’est battu en 2010 est fondamental. C’est pour cela qu’il faut que Laurent Gbagbo revienne si on veut vraiment la réconciliation pour la Côte d’Ivoire.

Les Blancs attendent que nous soyons tous d’accords pour que Gbagbo revienne parce qu’ils n’ont pas de preuve contre lui (…) Son parcours montre que tout ce dont on l’accuse ne peut pas être vrai, parce que tout le monde le connaît», a insisté Pascal Affi N’guessan. Le président du Front populaire ivoirien a aussi lancé un appel à l’ensemble des militants de son parti, afin qu’ils restent dans la ligne de la réconciliation, avant de se prononcer sur l’arrestation et la détention de Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président ivoirien.

«Laurent Gbagbo défend à La Haye le fait qu’il soit un homme de paix et nous qui sommes ses disciples, nous devons rendre son discours crédible en restant dans cette ligne (…) Michel Gbagbo s’en va en France, on l’arrête à l’aéroport.

Les autorités actuelles ne comprennent pas que la Côte d’Ivoire a besoin de paix, de réconciliation et de sagesse. Or malheureusement, beaucoup parmi ceux qui sont à la tête du pays manquent de sagesse et ils posent des actes qui fragilisent et détruisent le pays. Nous devons tout faire pour leur arracher le pays avec intelligence», a conseillé Affi N’guessan aux militants de son parti.

Olivier Dion


Publié le lundi 17 fevrier 2014  |  L’intelligent d’Abidjan




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !