Qui veut mourir pour ressusciter avec Lazare ?

Lundi 24 Mars 2014 - 09:22


Lazare Koffi Koffi
Lazare Koffi Koffi
L’une des plus célèbres histoires que nous découvrons dans la Bible est sans conteste celle relative à la résurrection de Lazare, un ami de Jésus.Frère de Marthe et de Marie,cet homme vivait avec ses deux soeurs à Béthanie, un village situé sur le versant Est du mont des Oliviers.Tombé gravement malade et décédé, Lazare fut ressuscité et sorti du tombeau par Jésus.Le texte sur la résurrection miraculeuse de Lazare est le dernier avant l'entrée dans la Pâque qui se terminera par la Passion du Christ comme nous le voyons dans Jean 11, 47-53.De l’avis de tous les analystes bibliques, c’est à partir du miracle de la résurrection de Lazare que le complot visant à faire disparaître Jésus a véritablement commencé à prendre forme dans l’esprit des comploteurs.

Autre temps, autre époque,un autre Lazare, en exil au Ghana celui-là,une autre histoire donc.Nous revoilà alors dans la Côte D’Ivoire toujours assombrie par les graves séquelles de la crise politico-militaire provoquée par Alassane Dramane Ouattara et ses rebelles avec aujourd’hui un processus de réconciliation totalement bloqué,un régime dictatorial et imprésentable qui continue de violer les droits et les libertés des citoyens, de mettre en oeuvre diverses initiatives engageant la vie de la Nation sans tenir compte des réserves pertinentes émises par l’opposition démocratique.

Dans la matinée du jeudi 20 mars 2014, Pascal Affi N’Guessan, le Président du FPI, a ainsi animé une importante conférence de presse au QG Laurent Gbagbo sis aux II Plateaux-Attoban pour demander aux militants de ce parti et à tous les Ivoiriens de boycotter l’opération de Récensement Général de la Population et de l’Habitant (RGPH) initiée par le Gouvernement et les activités de la CDVR dirigée par Charles Konan Banny.Dès le lendemain de cette conférence de presse et des mots d’ordre absolument clairs et concis qui furent donnés et bien accueillis par tout le monde, voilà (ou revoilà) l’ex-Ministre Lazare Koffi Koffi qui, perché sur sa branche d’exil à Accra au Ghana, va emboucher encore une fois sa trompette des fausses alertes pour chanter sa chanson préférée, clamant haut et fort que Affi et le FPI sont totalement passés à côté du sujet, que la conférence de presse elle-même est un coup d’épée dans l’eau, un aveu flagrant d’impuissance, du vrai médecin après la mort qui démontrerait, selon lui, une complicité manifeste avec le régime sanguinaire d’Alassane Dramane Ouattara.

Pour Lazare (deux fois Koffi), il aurait été mieux indiqué et plus efficace <d’imposer l’ordre du peuple à Ouattara>, de susciter la révolte et d’inviter en quelque sorte à un embrasement populaire qui emporterait directement Dramane et son régime criminel.Si les Ivoiriens, dans leur immense majorité, souhaitent aujourd’hui la disparition pure et simple de ce tyran ubuesque (peu importe la manière dont ceci peut arriver), il reste cependant très curieux et même absolument étonnant qu’un grand intellectuel et un militant accompli comme le Ministre Lazare Koffi Koffi puisse verser dans une telle tentation guerrière et vouloir aussi maladroitement occulter son attachement aux idéaux démocratiques prônés par le FPI, son parti.

Ex-Directeur de Cabinet du Ministre Justin Koné Katinan avant d’être nommé lui-même Ministre sous le régime Laurent Gbagbo, Lazare Koffi Koffi sait plus que quiconque pourquoi et comment l’ex-Président ivoirien a été combattu et renversé. Acteur et observateur de la dramatique situation socio-politique imposée à la Côte D’Ivoire, il n’ignore point les douloureuses épreuves que le peuple ivoirien continue de traverser depuis 2002 et surtout depuis 2011. Ancien professeur d’Histoire et de Géographie au Lycée moderne d’Adzopé, il sait aussi comment l’un de ses élèves, en l’occurrence le jeune Edouard Kpéa Domin, a succombé sous les balles assassines d’un gendarme fou lors d’une tragique manifestation scolaire au début des années 90, manifestation et mort d’homme qui ont fait très peur au Président Félix Houphouët-Boigny et qui, ajoutées à divers autres évènements marquants, l’ont poussé, quelque temps après, à autoriser le multipartisme dans notre pays, mettant ainsi fin à plusieurs décennies de règne du parti unique.

Le Ministre Lazare Koffi Koffi est donc loin d’être n’importe qui dans l’arène politique ivoirienne.Il reste un témoin involontaire du drame qui a accéléré et surtout déclenché l’instauration du multipartisme en Côte D’Ivoire.Est-ce cependant là une raison solide pour souhaiter, d’une manière aussi irresponsable, que le sang continue d’être versé afin de nous permettre d’aller au-délà de la simple multiplication et diversification des partis politiques pour obtenir la démocratie réelle?Pourquoi ce brillant professeur d’Histoire veut-il aujourd’hui sauter du coq à l’âne, sauter par dessus son statut de témoin privilégié de l’Histoire et les nobles valeurs défendues par le FPI pour chercher à entrer dans l’Histoire en cherchant inutilement des histoires?

Tout semble surtout révéler aujourd’hui au grand jour que nous n’avons pas seulement ni même essentiellement perdu le pouvoir d’état par une supposée faiblesse de nos institutions étatiques mais aussi et surtout par la grande naïvété et même l’absurdité flagrante de certaines stratégies et idéologies tordues qui laissent croire à longueur de journée que toutes les occasions sont toujours bonnes pour qu’une foule en colère se transforme en un peuple libre et souverain.Ce serait une très grave erreur de notre part d'oublier qu'au sens propre comme au sens figuré, notre pays est encore et toujours en guerre.Toute initiative irréfléchie pourrait amplifier le martyre de ce peuple ivoirien qui a tant souffert.La meilleure stratégie est de maintenir le cap et de suivre notre voie.

Pourquoi devrions-nous aujourd’hui tourner le dos à notre idéal de transition pacifique à la démocratie, à notre engagement pour la conquête du pouvoir d'état par les urnes? Quel intérêt réel avons-nous aujourd’hui de briser la dynamique insufflée au FPI par Affi et son équipe?En quoi la remobilisation et la fierté de militer qui se réinstallent au FPI,le retour du Parti sur la scème internationale et le rétablissement progressif de nos relations internationales et stratégiques avec la grande famille socialiste dans le monde provoquent-ils le courroux du Ministre Lazare Koffi Koffi dans son exil ghanéen?Aucune raison objective ne justifierait actuellement une remise en cause de la stratégie de reconquête du pouvoir d’état mise en oeuvre par le FPI depuis la libération de son président.

Très malade mais faisant tout pour faire croire qu’il va parfaitement bien, Alassane Dramane Ouatttara est désormais un fruit mûr qui ne redeviendra jamais vert mais dont le destin reste de tomber et de pourrir.Non, le FPI ne mettra pas en péril la vie d’un seul Ivoirien dans une hypothétique insurrection pour renverser Alassane Dramane Ouattara.Le dictateur sera battu de manière transparente et démocratique dans les urnes l’année prochaine.C'est ce que le peuple attend du FPI, pas une guerre aveugle de libération qui a tant péché par sa cruauté inévitable et sa longueur sous d'autres cieux partout dans le monde. Les gesticulations et les vociférations du Ministre Lazare Koffi Koffi semblent surtout être les signes extérieurs d’un complot interne sournoisement ourdi pour tenter de décapiter une nouvelle fois le FPI et priver ainsi la Côte D’Ivoire d’une alternative démocratique et crédible.Tout porte en effet à le croire.

Excellence Monsieur le Ministre Lazare Koffi Koffi, la Côte D’Ivoire est aujourd’hui exténuée, pressurée, éborgnée, affreusement balafrée.Notre mère Patrie est fatiguée de pleurer ses morts, de gémir dans les sous-sols de la République avec ses enfants torturés, de crier sa douleur avec ses filles violées, de gémir avec les femmes enceintes éventrées, les bébés découpés à la machette ou jetés dans les puits perdus, les personnes fusillées, égorgées, pendues ou enterrées vivantes.Malgré nos coeurs qui saignent de douleur dans cette situation abominable et désastreuse, le FPI, notre Parti, ne se laissera cependant pas entraîner dans le piège grossier de la violence, de la mort et de la destruction.Les Ivoiriens veulent vivre.Ils n’ambitionnent pas de mourir pour ressusciter avec Lazare.

Libre opinion, une contribution de:
Océane Yacé,Politologue,Monaco.
oyace84@gmail.com




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !