Putschtape/ Christian Vabé: « Soro doit démissionner ».« Ouattara doit rencontrer Roch urgemment »

Lundi 7 Décembre 2015 - 06:27


Importante déclaration à la Nation du RPCI-AC concernant le scandale des écoutes téléphoniques entre Guillaume Soro et Djibrill Bassole
 
Le rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (RPCI-AC) exige la démission immédiate et sans délai du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, car son implication dans le coup d’Etat manqué du Général Dienderé est avérée.
En effet, l’implication de notre pays apparaît dans le rapport de la Commission nationale d’enquête du Burkina Faso.
Pour le RPCI-AC, l’heure est grave car les écoutes téléphoniques Soro/Bassolé viennent d’être authentifiées par le Premier Ministre Isaac Yacouba Zida. Le Burkina Faso vient donc d’accuser officiellement la Côte d’Ivoire et son président de l’assemblée  dans le putsch manqué du général Dienderé.
 L’heure n’est plus aux  lourds soupçons contre le Côte d’Ivoire, mais aux accusées ouvertes.
Le Président Alassane Ouattara et son gouvernement doivent prendre  toutes leurs responsabilités en produisant dans l’urgence une déclaration à la nation afin de clarifier la situation, dégager sans ambiguïté la responsabilité de la Côte d’Ivoire et de ses dirigeants dans le coup d’Etat du 16 septembre 2015 perpétré contre les autorités de la Transition du Burkina Faso.
Le RPCI-AC demande de toute urgence la convocation d’une session extraordinaire du parlement pour entendre son président Guillaume Soro  sur ces graves accusations désormais officielles du Burkina.
Guillaume Soro doit faire la preuve de ses capacités d’homme d’Etat, en démissionnant de son poste de président de l’Assemblée nationale pour préserver l’honneur du peuple ivoirien et de l’auguste Institution qu’il préside, et se donner ainsi les moyens d’assurer sa défense.
Pour le RPCI-AC, le Président Ouattara et son gouvernement ne peuvent plus se  réfugier dans un silence assourdissant, étonnant, et injustifié.  
Le RPCI-AC constate malheureusement que ce scandale ternit encore plus l’image de la Côte d’Ivoire et sa réputation, et fait passer notre pays pour un Etat voyou, qui passe son temps à déstabiliser ses voisins, comme en témoigne la couverture de cette affaire par les médias internationaux prestigieux comme Mediapart, Le Monde, Jeune Afrique, IvoireBusiness, etc…
Le RPCI-AC constate que cette affaire qui enfle de jour en jour, avec les dernières révélations du Premier ministre Isaac Zida qui vient d’authentifier les écoutes téléphoniques, plombe durablement le deuxième mandat du Président Alassane Ouattara.
 Depuis près de deux mois, il n’est question que des écoutes téléphoniques entre Guillaume Soro et Djibrill Bassolé, et non de programme de gouvernement et de développement.
Tout se passe comme si le « Putsctape » ou le SoroGate était devenu le nouveau programme de gouvernement du Président Ouattara, lequel garde depuis le déclenchement de cette affaire, un silence assourdissant.
Le RPCI-AC exige que le chef de l’Etat fasse une déclaration à la nation sur cette affaire afin de rassurer l’opinion et situer les responsabilités.
Le RPCI-AC exige la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale pour clarifier cette affaire.
Le RPCI-AC pense qu’il est de la responsabilité du Président Ouattara de rencontrer le nouveau  Président du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré, car avec l’authentification des écoutes par le Premier Ministre Isaac Zida, la Côte d’Ivoire est officiellement accusée.
Guillaume Soro doit sans délai rendre sa démission pour se consacrer à sa défense au lieu de traiter le Premier ministre burkinabé de « commanditaire des écoutes téléphoniques sortant enfin du maquis de la manipulation ».
Cela montre que le président de l’assemblée nationale a depuis longtemps délaissé son rôle de second personnage de l’état pour s’abonner à la rubrique des « faits divers » et des injures publiques.
De plus, dans l’affaire Michel Gbagbo, Guillaume Soro montre qu’il est peu soucieux des lois car il a à plusieurs reprises refusé de se rendre aux convocations de la juge française  Kheris, en charge de l’enquête.
Que Dieu bénisse et protège la Côte d’Ivoire

Fait à Rome le 04 décembre 2015

Pour le RPCI-AC
ChristianVabé
Président




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !