Projet de répression des manifestants pacifiques du FPI: Les pro-Ouattara veulent narguer la CPI

Vendredi 4 Avril 2014 - 06:56


Affi N'Guessan, président du FPI, lors d'un meeting
Affi N'Guessan, président du FPI, lors d'un meeting
Très indigné face à la dictature d’Alassane Dramane Ouattara et désormais décidé à se faire  entendre autrement, le FPI, suite à la réunion de son Comité Central tenue le samedi 29 mars 2014, vient d’annoncer sa décision d’organiser partout en Côte D’Ivoire des manifestations éclatées faites de meetings et de sit-in.Le Comité Central du FPI a en effet constaté qu’il n’existe aucune volonté réelle du régime Ouattara à mettre en oeuvre  le processus de réconciliation nationale, à libérer les détenus politiques, à mettre fin à l’insécurité et à l’impunité, à permettre un retour sécurisé des réfugiés et des exilés, à restituer les biens meubles et immeubles séquestrés, bref à prendre toutes les mesures idoines pour restaurer la paix, la sécurité et la stabilité dans notre pays.

Depuis donc cette annonce, les pro-Ouattara sont entrés en transe dans nos villes et dans nos villages, vociférant injures et menaces, organisant diverses réunions secrètes pour planifier des agressions physiques, des violences, des destructions, des viols et des assassinats.Pour ceux qui connaissent bien le RDR depuis sa sanglante tentative de coup d’état du 19 septembre 2002 et depuis les douloureux évènements de 2011 qui ont tracé des sillons de sang dans l’histoire de la Côte D’Ivoire, rien ne peut étonner dans le triste comportement de ce parti qui a toujours combattu la démocratie et les libertés avec les armes de la haine et de la barbarie.

 L’on en est cependant à se demander si vraiment il existe des esprits sains et lucides dans cette secte satanique abusivement appelée Rassemblement des Républicains, pour avertir la meute sauvage sur les énormes risques encourus en ces temps de spéculation et d’extrême angoisse au sein du régime d'Abidjan avec la CPI qui s’apprête à lancer cette fois des mandats d’arrêt contre de nombreux pro-Ouattara soupçonnés de crimes contre l’humanité.Il s’agirait notamment de Soro Guillaume et de ses cruels Com’Zones.

A cette liste provisoire pourraient aussi s’ajouter à tout moment  de nombreux autres noms.En effet, selon certaines sources très crédibles et généralement bien informées, la décision aurait déjà été prise depuis quelque temps par les autorités judiciaires internationales de frapper enfin dans le camp Ouattara.La mise en oeuvre de cette décision serait très imminente et pourrait s’accélérer avec l’éclatement de nouvelles violences occasionnées par les partisans du chef de l’état imposé par la France.

La CPI qui tient à préserver l’image de juridiction impartiale qu’elle se donne et le peu de crédibilité qui lui reste, saisirait ainsi une occasion en or pour prendre les pro-Ouattara en flagrant délit.Au moment où les populations ivoiriennes et toute la communauté internationale aspirent aujourd’hui à une décrispation totale et réelle du climat socio-politique en Côte D’Ivoire après la meurtrière tourmente post-électorale qui a balayé tout le pays, il serait absolument inconcevable qu’elle ne sévisse pas contre les auteurs d’une nouvelle tuerie quelque soit le nombre de morts et de blessés.

Ouattara lui-même est conscient du danger qu’une éventuelle attaque des futures manifestations pacifiques du FPI ferait peser sur son camp. L’empressement de son homme de main, l’ex-premier ministre Jeannot Ahoussou à convoquer le mardi 1er avril 2014 le Cadre Permanent de Dialogue (CPD) à une rencontre extraordinaire démontre la grande panique qui s’est emparée brusquement du régime et sa volonté manifeste de d’essayer de dissuader le président Pascal Affi N’Guessan et ses camarades.Peine perdue, pourrait-on dire, car le FPI qui de façon très claire a dénoncé les graves dérives totalitaires du régime Ouattara et l’a qualifié de “dictature” au “visage hideux” a  répondu qu’il attend des actions fortes et concrètes pour renouer le fil rompu du dialogue.

Tout est en effet  accompli aujourd’hui en Côte D’Ivoire.Le FPI a très largement démontré sa bonne foi et son entière disposition à aller à la normalisation totale de la situation socio-politique dans notre pays.Le ras-le-bol du principal parti d’opposition en Côte D'Ivoire,sa décision d’organiser très bientôt et dans une logique de ripostes graduées de vastes actions de masse, restent donc le fruit du cynisme et de la politique de la sourde oreille du régime Ouattara.

Fidèle à sa ligne et aux valeurs nobles qu’il défend, le FPI a toujours organisé des manifestations pacifiques.Après les horribles et très nombreux crimes qu’ils ont commis depuis 2002, s’activer encore aujourd’hui à préparer d’autres répressions sanglantes en dépit de l’épée de Damoclès des poursuites judiciaires qui plane déjà sur leurs têtes, c’est tout simplement pour les pro-Ouattara vouloir se moquer de la communauté internationale et surtout narguer la CPI. Une très grave erreur qu’il ne faut surtout pas commettre.

 
Libre opinion, une contribution de:
Océane Yacé, Politologue, Monaco;

oyace84@gmail.com




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !