Privatisation: Voici les quinze sociétés que veut brader Ouattara

Mardi 24 Décembre 2013 - 09:37



Ça y est. La décision du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, de privatiser les sociétés d’Etat est en train de prendre forme. D’ici peu, le comité de privatisation va se mettre au travail. Déjà, les sociétés qui passeront sous administration du secteur privé viennent d’être listées. Il s’agit en ce qui concerne le secteur de la téléphonie, de Côte d’Ivoire télécom. Fleuron de la téléphonie, cette société est passée sous la coupole du groupe France Télécom, il y a de cela quelques années, mais avec une participation de l’Etat de Côte d’Ivoire. L’Etat entend céder 28% de sa part pour se retrouver à 20%. Au niveau de l’agro-alimentaire, ce sont quatre grandes sociétés qui sont visées. Ce sont la Société sucrière de la Comoé (Sosuco) et Sucrivoire. Il en est de même pour la Société ivoirienne d’abattage et de charcuterie (Sivac). Palmafrique où l’Etat détient 30% des actions contre 70% pour la société Safipar est également sur la liste des entreprises à privatiser de même que Nei-Ceda et l’Agence de développement industriel (Ips-wa) Côte d’Ivoire. Dans le secteur bancaire, il y a la Banque internationale pour l’Afrique occidentale (Biao-ci), la Société ivoirienne de banque (Sib), la Banque pour le financement de l’agriculture (Bfa) et Versus Bank. Le secteur minier n’est pas en reste de cette vague de privatisation qui s’annonce. Il y a, à ce niveau, la Société de développement minier (Sodemi), la Société des mines d’Ity (Smi) et la société Tropical Rubber Côte d’Ivoire (Trci), spécialisée dans le commerce de gros de produits agricoles bruts et d’aliments pour animaux. S’agissant du secteur des infrastructures ou des grands travaux, il y a la Société nationale ivoirienne de travaux (Sonitra), tandis que dans le domaine des Télécom, se trouve Côte-d’Ivoire Télécom dont l’Etat détient 48,47% des parts contre 51% pour le groupe français Orange (ex- France Télécom) et 0,53% pour des employés de la compagnie. Le capital social de ces entreprises à privatiser, s’élève à 94 milliards de Fcfa. La part détenue par l’Etat s’élève à 34,2 milliards de Fcfa. Cette manne va apporter un plus au nouveau budget estimé à plus de 4200 milliards de Fcfa. Budget que l’Etat arrive difficilement à boucler même si cela est déjà fait sur du papier.

Maw

Source: LG Infos N°618 DU LUNDI 23 DÉCEMBRE 2013





Dans la même rubrique :
< >

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !