Preuves des actes de maltraitance sur Blé Goudé et Dibopieu: Ces images qui font trembler la République

Jeudi 13 Mars 2014 - 00:36


Panique au sommet du régime dictatorial d’Abidjan. Des images de la maltraitance carcérale qui montrent une tragédie que le pouvoir cachait au peuple. Charles Blé Goudé va mal et très mal. L’ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, ex- leader de la galaxie patriotique, arrêté au Ghana et extradé illégalement à Abidjan en janvier 2013, est soumis à une maltraitance des plus déshumanisantes dans son lieu de détention. Il en est de même pour Jean-Yves Dibopieu, ex-secrétaire général de la Fesci. En lieu et place, ou à l’intérieur d’une « résidence protégée » , il y a la pire des souffrances. Et on constate que, si la résidence même est protégée, pour ne pas que quiconque y ait accès, le détenu à l’intérieur, subit une vie comme au camp Boiro, sous Sekou Touré. Ces images d’un Blé Goudé au visage tuméfié, au corps crasseux, dans un lieu malpropre et d’Yves Dibopieu au regard ha- gard, ne sont pas de nature à attirer des compliments au régime Ouattara. Et la peur au ventre, les griots complices de la dictature du bord de la Lagune Ebrié lui volent au secours. Ainsi, le confrère L’Expression qui affiche à sa Une, de lundi 10 mars 2014 : « Une grotesque mise en scène comme en 1999 » , redoute déjà la chute de Ouattara à cause de ces images. Et toute honte bue, parce que connaissant bien les auteurs de coups d’Etat et du faux en Côte d’Ivoire, le confrère attribue la chute de Bédié à l’image de Blé Goudé enchaîné sur son lit d’hôpital en 1999 : « Ces images, à l’époque, ont fait le tour du monde et ont précipité la chute  du régime Bédié » . En clair, L’Expres- sion est persuadé que ces images de Blé Goudé et Yves Dibopieu peuvent emporter le pouvoir de Ouattara à cause de leur gravité. D’où la contre-attaque et la mauvaise foi. Le confrère doit être remercié pour avoir pris, tout de même, la juste mesure du drame. Mais lorsqu’il écrit que « Gbapê revient à la charge et se fait photographier  dans sa cellule de prion dans des conditions  qui vont forcément susciter des réactions dans l’opinion » , il nie aux détenus leurs souffrances, et tente de cacher les marques de la dictature. Ceux qui parlent de montage en voyant ces images, devraient bien réfléchir et penser à l’avenir. La roue tourne et ils peuvent bien se retrouver (eux-mêmes ou des proches au cœur de la dictature) dans les conditions actuelles de ces prisonniers. Ils comprendraient alors, si l’on niait ou banalisait le drame qu’ils vivent en disant qu’il s’agit d’une mise en scène pour attendrir l’opinion. Ils comprendraient la cruauté de leur position. Ils sont libres de soutenir une dictature, de pousser le cynisme jusqu’à soutenir que les prisonniers torturés sont mieux que les morts. Comme si les milliers de personnes tuées par les rebelles et les pro-rebelles depuis 2002 à nos jours, étaient du fait de Blé Goudé et de Dibopieu. Qu’ils se souviennent que demain juge toujours. Aucune preuve, à part les ouï-dire anonymes sans valeur remis à Fatou Bensouda, n’a été apportée de ce que Blé Goudé serait l’auteur de «l’article 125 ». Et c’est parce que tout cela est du « vide » que Bensouda peine à convaincre les juges de la Cpi. L’autre complice de la dictature, Le Nouveau Réveil, écrit, lui : « Campagne d’intoxication du Fpi/ Blé Goudé, en cellule, le gros montage ». Mais si ces images sont du montage, où sont les vraies ? Et qui a pu prendre ces photos, avec « un arrangement » du concerné, dans une « résidence protégée » où ni les parents et amis, ni les avocats de Blé Goudé n’ont accès ? Qui en veut au régime Ouattara pour réaliser ce coup de maître ? Tout ceux qui auraient appelé pour dire que Gbapê ne dort pas au sol, font de la diversion, la manipulation sous le coup de la panique. Selon ce confrère également désemparé et en mission de diversion, «l’objectif recherchées est manifestement de créditer la thèse d’un traitement inhumain et dégradant infligé à ces deux « patriotes » pro-Gbagbo, tristement célèbres pour leur implication dans la rédaction des pages les plus sombres du règne de leur mentor et de la crise post électorale. Mais également de présenter le régime en place comme un vaste cimetière des libertés publiques et des Droits de l’Homme ». En réalité, il ne s’agit pas d’objectif poursuivi par qui que ce soit, mais d’un constat amer « d’un traitement inhumain et dégradant infligé à ces deux « patriotes » pro - Gbagbo » et « d’un vaste cimetière des libertés publiques  et des Droits de l’Homme » établi par des images inédites. Le confrère a trouvé les mots justes qui font trembler la République : « traitement inhumain et dégradant » et « vaste cimetière des libertés publiques et des droits de l’homme » . Voilà la triste réalité qui assombrit la Côte d’Ivoire dite émergente. Si Blé Goudé est effectivement traité avec dignité comme le soutient L e Nouveau Réveil , alors pourquoi ces images ? Et ceux qui estiment que, parce qu’il est à côté des bouteilles d’eau minérale, l’ancien ministre de la Jeunesse est bien traité, seraient-ils eux-mêmes heureux avec le visage tuméfié, en consommant de l’eau minérale, en se couchant à même le sol ? Il faut arrêter de faire de la sorcellerie ! Selon un observateur, «les détenus de la Dst ne mangent qu'un seul repas par jour, servi entre 15h00 et 16h00, Pis, ils ne se lavent qu'une seule fois par jour.» Le régime a peur. Ces images de Blé Goudé et Jean-Yves Dibopieu l’exposent, montrent la face cachée et hideuse de l’émergence. Alors, il appelle nos confrères au secours pour es- sayer de distraire l’opinion. Pour ce faire, ceux-ci choisissent des photos des deux prisonniers qu’ils commentent à l’envers de la réalité. Mais le constat du traitement inhumain est établi et le message de la panique reste bien perçu.


Germain Séhoué     g s 0 5 8 9 5 4 4 @ y a h o o.fr

L e Temps  N ° 314 5  d u  m a r d i  11  m a r s  2 014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !