Présidentielles de 2015: Selon un sondage américaine, Ouattara tombe au 1er tour face au PDCI

Si les élections présidentielles de Côte d’Ivoire se tenaient avec face à Ouattara, un candidat du PDCI et un autre du Front Populaire Ivoirien, (FPI) le verdict serait sans appel pour l’actuel chef d’Etat. Selon les termes d’un sondage confidentiel d’une importante administration occidentale qui ont fuité, Ouattara arriverait en troisième position. Loin derrière le PDCI 1er et le FPI 2ème.. Une catastrophe pour le clan Ouattara…

Jeudi 21 Août 2014 - 08:38


Ouattara sorti dès le premier tour de la présidentielle ? Quelles en seraient les rai- sons ? En dehors des différents rangs des protagonistes, l’administration Obama qui a commandité ce sondage discret n’a pas laissé filtrer les motivations profondes des sondés. Toutefois, en analysant bien les développements de la situation socio-politique de Côte d’Ivoire après trois ans de gouvernance Ouattara, on peut aisément deviner les motifs du recalage de l’actuel chef d’Etat. Primo, c’est un secret de polichinelle de dire que Ouattara a perdu le sou- tien inconditionnel de sa base. En effet, depuis un peu plus de trois ans que le RDR est aux affaires, la direction du parti et ensuite le président Ouattara lui-même, se sont coupés de leur base. Arrogance, morgue et mépris sont les ingrédients qui ont été servis aux militants. Au point où, une militante du parti s’est immolée en désespoir de cause devant le palais présidentiel pour mettre le holà. Du jamais vu en Afrique. Mais pour les ivoiriens et les militants du RDR, le gros de la grogne contre le régime se résume en réalité, aux promesses de campagne non tenues, à la pauvreté galopante, à la cherté de la vie, aux soins de santé quasi inaccessible, et à l’insécurité alarmant due la recrudescence du banditisme amplifiée par les FRCI et au phénomène des «microbes».

POURQUOI LES CHOSES SE DÉGRADENT POUR OUATTARA

Rien que pour ces faits, le président Ouattara pourrait ne pas compter à 100/100 sur l’électorat de son parti. Car là où en 2010, mystification aidant, les militants du RDR s’étaient mobilisés pour empêcher les autres citoyens de voter en paix espérant donner enfin un mandat à celui qu’il considérait comme le messie, ils n’ont bénéficié au final que d’une énorme désillusion. Pour résumer leur frustration, les militants du RDR ont fait naître un slogan qui agace fortement Ouattara : « Gbagbo kafissa !!! » pour dire en d’au- tres termes, « Gbagbo était mieux ». Secundo, la plus grande hantise de Ouattara est celle que le PDCI de Bédié fait courir sur sa candidature unique au compte du RHDP. Sur ce sujet politique sensible, la position d’Henri Konan Bédié, son allié au sein de ce regroupement des Houphouétistes est désormais intenable. Les militants du parti crée par Houphouët Boigny sont de plus en plus opposés à une candidature unique du leader du RDR. Ils exigent en effet le positionne- ment d’un candidat du PDCI. « Le Pdci-Rda aura bel et bien son candidat à l’élection présidentielle de 2015. Il le désignera en son sein », déclarait dernièrement, le député du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) Kouadio Konan Bertin dit (KKB) chef de file de cette croisade contre Ouattara. Outre l’honorable député, de nombreuses autres voix s’élèvent désormais au PDCI pour dire non à Ouattara. Une situation qui met le président Konan Bédié en minorité dans son propre camp. Au point où Isolé et inaudible, on se demande bien comment Bédié pourrait donner dès le premier tour, une consigne de vote en faveur de Ouattara, alors qu’il n’aurait pas aligné au départ un candidat du PDCI. D’ailleurs, en faisant ses propres comptes, Ouattara a com- pris qu’il ne pourrait compter au final que sur le seul Mabri Touakeuse de l’UDPCI qui continue par cette posture à entretenir son fauteuil minis- tériel. Et c’est tout. Car du côté de la France, des Etats Unis et de l’Union Européenne, on est totalement opposé à l’idée d’une candidature unique en 2015. « Ce serait un recule inacceptable de la démocratie en Côte d’Ivoire » fait savoir un diplomate français. C’est d’ailleurs le sens des assurances que  le président Affi N’guessan auraient reçues de François Hollande afin d’engager le FPI à la Commission Electorale Indépendante et à participer à la présidentielle de 2015. Ajouté à tout cela la difficile santé du président Ouattara et les menaces de mort que font planer le régime sur la veuve de Houphouët Boigny, au point de braquer définitivement certains caciques du PDCI, on comprend désormais pour- quoi la sérénité n’est plus de mise au RDR■
AUGUSTIN Djédjé djedjenet64@yahoo.fr

Source: Aujourd’hui / N°707




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !