Présidentielles 2015 : De fortes pressions sur Bédié pour désigner un candidat du PDCI

Mardi 19 Août 2014 - 00:46


Konan Bédié, président du PDCI
Konan Bédié, président du PDCI
Les partisans de la thèse favorable à l’alignement d’un candidat PDCI, pur jus, à la prochaine présidentielle ivoirienne, ont poussé, samedi dernier, un pas supplémentaire dans leur quête. Ils viennent de mettre sur pied, un nouveau mouvement dénommé « Coalition des militants du PDCI pour la sauvegarde des résolutions du 12ème congrès ». La présentation officielle du groupement s’est faite lors d’une conférence de presse animée par ses principaux promoteurs que sont Williams Koffi, Juvénal Kouakou et Clément Adjourouffou, tous membres du bureau politique du PDCI. A  en croire le premier cité, la coalition se donne pour objectif principal, de respecter à la lettre, la résolution du 12ème Congrès du parti, relative à la désignation d’un candidat de la maison PDCI, à la présidentielle de 2015. Dans ce cadre, ils ont décidé d’entrer en campagne, les prochains jours, pour le choix « transparent » de la personnalité qui dispose des  meilleurs atouts pour faire triompher le parti doyen au  prochain scrutin prési- dentiel. L’opération est baptisée « initiative pour la victoire du PDCI en 2015 » et qui devra tenir compte, non seulement,  des aspi- rations de la base mais aussi, avoir l’aval des sages du parti, a précisé Williams Koffi, soutenu par Clément Adjourouffou qui, s’appuyant sur les propos de François Hollande,-lors de sa ré- cente visite à Abidjan, indiquant « qu’un parti politique qui refuse d’aller aux élections est condamné à mourir »-, a déclaré que le PDCI ne peut pas se permettre d’être  absent à la prochaine présidentielle au risque d’engager dangereusement sa survie. A la question de savoir si la nouvelle coalition avait des chances de faire entendre raison au président Henri Konan Bédié, le grand manitou du sérail, les promoteurs rétorqueront que : « c’est une résolution du Congrès et le président Bédié n’est pas au- dessus des dispositions du PDCI. Par conséquent, il ne peut qu’aller dans le sens du Congrès au risque décrédibiliser lui-même son élection à la tête du parti ». Ces jeunes membres du bureau poli- tique sont d’autant plus confiants qu’ils disent être en phase avec la base sur le sujet. Surtout qu’à leurs yeux, l’idée d’une candidature unique au RHDP  « est une chose grave pour la Côte d’Ivoire, un pays qui a fait la guerre en 2010, pour la démocratie ». Fait notable, les conférenciers ont annoncé qu’à l’issue de leur casting, ils déposeront le résultat de leurs consultations sur  la table du président Bédié pour décision finale. Ainsi donc, après KKB, voici un nouveau mouvement qui vient enfoncer, un peu plus, le clou, s’agissant de la désignation d’un candidat en propre, du vieux parti. Ce qui n’est pas fait pour donner du plaisir aux partisans du chef de l’Etat qui rêvent d’une candidature unique au RHDP, au profit de leur champion. Aussi, collant à l’actualité, les promoteurs de la coalition, ont-ils décrié la composition de la nouvelle commission électorale indépendante (CEI) avec  notamment la présence au sein  de l’institution, de Youssouf Bakayoko, qui pour eux, « est au plan de l’éthique et de la responsabilité, un mauvais exemple pour les jeunes générations ». Ils s’étonnent qu’une telle personnalité qui a ouvert la porte au chaos de la fin 2010, en Côte d’Ivoire, ait pu être reconduite dans l’équipe actuelle, faisant ainsi courir, à nouveau, de graves dangers au pays, en 2015. Dernier point abordé au cours de la conférence, la récente sortie, face à la presse, du ministre Innocent Kobenan Adjoumani, porte-parole du PDCI. Une prestation que les conférenciers ont trouvé désastreuse  car à leurs yeux, le porte- voix officiel du parti doyen n’a pas rendu service au président Bédié qu’il a plutôt présenté comme un « égoïste qui touchait 22 millions sous Gbagbo pendant que les militants du PDCI broyaient du noir ». Autre mala- dresse reprochée au ministre de la production animale et des ressources halieutiques, « la divulgation d’un secret d’Etat », relativement aux  supposés dix millions de Fcfa mensuels versés par Bédié à Laurent Gbagbo, sous la présidence du premier cité. Dernière dérive et non des moindres, celle d’avoir présenté ce jour-la, le président du PDCI comme « un manipulateur, un prestidigitateur plutôt qu’un homme d’Etat». Il n’en fallut pas davantage pour que Williams Koffi et les siens, demandent purement et simplement, la démis- sion du ministre Adjoumani, qui à leurs yeux, a suffisamment fait la preuve de son incapacité à assurer la charge à lui confiée. L’ancien enseignant de collège, à Bondoukou, appréciera certainement. ■

Source: Aujourd’hui / N°705 du 18 août 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !