Présidentielle de 2015: Les inquiétudes de l’ambassadeur des Etats Unis

A l’occasion de la célébration du Martin Luther King day, l’ambassadeur des Etats Unis en Côte d’Ivoire a prononcé une conférence devant les étudiants de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody.

Samedi 25 Janvier 2014 - 07:06


Terence McCulley, Ambassadeur des Etats Unis en Côte d'Ivoire
Terence McCulley, Ambassadeur des Etats Unis en Côte d'Ivoire
Les inquiétudes exprimées par le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan quant à l’incertitude qui plane sur la présidentielle ont un fondement. En effet, alors qu’il était face aux étudiants de la faculté d’anglais de l’Université Félix Houphouët Boigny, l’ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Terence McCulley a abondé dans le même sens. Cette inquiétude, le diplomate la fonde sur l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Sur cette base et vu que nous sommes à 20 mois de la présidentielle de 2015, soutient-il, «on ne peut s‘empêcher de nourrir quelques inquiétudes quant à l’avenir». Il relève par ailleurs que ce passé ne doit pas pour autant constituer un blocage, étant donné que «l’avenir est devant» les Ivoiriens. Si le régime Ouattara qui feint d’ignorer que beaucoup de réglages restent à faire ne veut pas replonger la Côte d’Ivoire dans un chaos, des actions urgentes sont à mener. «Il est à présent urgent de changer les schémas du passé et créer un environnement où les gens ne prennent pas les armes après une élection, mais plutôt l’étendard de l’espoir et de la paix», a prévenu le diplomate américain. Terence McCulley a cependant rappelé au régime Ouattara l’importance d’avoir des élections apai- sées, «la construction et la consolidation des institutions démocratiques nécessitant plus que des élections paisibles, transparentes et crédibles en 2015».
Combattre l’impunité S’il est un fait qui attire l’attention de quiconque foule le sol ivoirien, c’est l’impunité criarde dont le régime Ouattara se rend coupable. Ce fait, bien heureusement, l’ambassadeur des Etats-Unis Terence McCulley l’a relevé alors qu’il s’adressait aux étudiants de la faculté d’Anglais de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, hier jeudi 23 janvier. Il a rappelé les déclarations du chef de l’Etat, qui étaient que «les responsables de crimes graves doivent répondre de leurs actes et qu’il n’y aurait pas une justice des vainqueurs en Côte d’Ivoire». Un peu plus de deux ans de mandat et aucun signe de cette justice n’est perceptible. Pis la justice n’est appliquée qu’à un seul camp, celui de Laurent Gbagbo que le régime accuse de tous les péchés d’Israël. De son avis donc, il est temps d’aller de l’avant et il sera essentiel dans ce cadre «de s’attaquer à la culture croissante de l’impunité». Vu que la Côte d’Ivoire est engagée dan un processus de réconciliation qui peine à décoller le gouvernement gagnerait à tenir ses promesses. «Le gouvernement devrait tenir ses engagements afin de démontrer sa détermination à rechercher la justice pour tous les abus commis». Tout en restant convaincu qu’il ne saurait  «y avoir un état de droit dans un pays lorsque sa population se rend compte que la loi n’est pas équitablement appliquée». Même si l’ambassadeur se réjouit de la volonté des autorités d’aller à la paix, il confie que «beaucoup reste encore à faire». Notamment dans le sens de la réconciliation pour lequel il a invité les acteurs politiques, les chefs traditionnels, la société civile et les populations en général «à se mettre ensemble pour décider qu’il est temps de regarder vers l’avenir et non vers le passé».

Par Hermann Djea

 Source: Le Nouveau Courrier N° 982 Du Vendredi 24 Janvier 2014  





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !