Présidentielle 2015: Un des ténors du RHDP annonce de grandes surprises

Pour lui, la présidentielle de 2015 va réserver de grosses surprises. Le chef de l’Etat aurait déjà eu un avant-goût de ce qui l’attend de la part du parti démocratique de Côte d’Ivoire qui a payé cher son actuelle organisation. Et si Bédié se trompait malgré tout, alors émergerait une candidature indépendante.

Mardi 12 Août 2014 - 11:25


Image d'archives: Les leaders du RHDP
Image d'archives: Les leaders du RHDP
Et celle-ci raflerait au minimum 75% de l’électorat du PDCI… Bref, pour dessiner l’avenir du rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), l’un des ténors de cette coalition tranche plutôt dans le vif. En effet pour lui, une grosse surprise du chef attend Alassane Ouattara. Principalement sur sa principale attente : briguer la candidature unique du RHDP. « Il y croyait au début, mais maintenant de moins en moins », explique cette source.
Avant l’arrivée de François Hollande à Abidjan, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara se sont pourtant rencontrés, mais de sources bien informées, le chef de l’Etat en est ressorti avec quelque doute. « Bédié n’a pas été inquiétant ni rassurant. Ce qui n’est pas une bonne chose », commentent d’ailleurs des pro-Ouattara divisés sur la stratégie de continuer à compter sur le vieux président ou se faire une raison et se préparer à affronter une partie du RHDP à la prochaine présidentielle. Le secrétaire général du RDR, lui, a clairement prévenu  ses militants. En 2015, dit-il, le parti doit faire comme s’il n’a pas d’allié.
Mais si le soutien du parti démo- cratique de Côte d’Ivoire devient de plus en plus illusoire, ce n’est pas en raison des discours du dé- puté de Port-bouët, Bertin Kouadio Konan, plus connu sous ses initiales KKB. En fait, le vieux parti a misé cher pour s’assurer une meilleure organisation. Conseillé par l’UMP en particu- lier, il s’est attaché les services d’une boîte de communication française. Et selon toute vraisemblance, est aujourd’hui mieux organisé qu’avant. D’ailleurs de l’avis de ce ténor du RHDP, « le PDCI d’aujourd’hui est beaucoup mieux organisé que sous Houphouët-Boigny. C’est une vraie machine de guerre », prévient-il.
En conséquence, il ne voit pas du tout ses responsables l’offrir, après tous ces efforts d’organisation, à Ouattara. « Si cela advenait, parce que Bédié l’aurait décidé, alors un candidat indé- pendant proche de ce parti se présenterait. Et majoritairement, c’est lui qui aurait la préférence des militants », analyse-t-il. Soit 75% des voix du parti échapperait ainsi à Alassane Ouattara qui fait du deuxième mandat une affaire d’urgence nationale. Suffit de se remémorer son interview du 7 août.
Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, le principe de la candidature unique ne semble plus faire l’unanimité. Même ceux qui l’avaient défendu, tel que président du Mouvement des forces d’avenir (MFA) Anaky Kobina, n’en parle même plus. Car politiquement, le RHDP est une mauvaise affaire pour ses initiateurs et un gouffre pour ceux qui n’y ont pas forcément puisé le meilleur parti durant le premier mandat de Ouattara. Mais, surtout, parce qu’en 2010, il s’agissait de collaborer à faire partir un adversaire ; ce qui n’est visible- ment plus le cas.
Cela dit, le RHDP est aussi dans de beaux draps parce qu’il s’est rapidement retrouvé pris en otage par les amis idéologiques du chef de l’Etat. Il a même fallu que le président du MFA ferraille dans les médias pour se faire recevoir, il y na de cela plusieurs années. Le MFA est aussi absente de l’os- sature de gouvernance de la ouattrandie. Alors que son chef Anaky Kobina s’était ouvertement plaint de la nomination de Philippe Légré sans son consentement, celui-ci a finalement quitté le gouvernement sans que ne soit renouvelé le quota du MFA.
Par contre, le meilleur soldat actuel de la ouattarandie reste l’UDPCI qui a déjà voté en faveur du soutien à Ouattara. Là ne serait donc pas la surprise mais bien au parti démocratique de Côte d’Ivoire où le député de Port-Bouët, KKB, critique de plus en plus ouvertement la politique de son allié du RDR. Pour neutraliser ses attaques, le régime s’est appuyé sur les réactions du ministre Adjoumani et celles du conseiller spécial à la jeunesse de Ouattara Touré Mamadou.
Le RDR devrait donc suivre avec une grande vigilance la rencontre de ce lundi à Daoukro entre Pascal Affi N’guessan et Henri Konan Bédié. Les deux hommes se rencontrent pour la deuxième fois après l’entrevue d’Abidjan qui n’avait laissé rien filtrer.■

SévéRine Blé
Source: Aujourd’hui / N°701




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !