Présidentielle 2015: La cacophonie au sommet de la CNC menace la survie de la coalition

La Coalition pour le changement (CNC) est depuis quelques jours dans la tourmente. Ses membres n’arrivent même plus à parler d’une même voix. Alors que certains demandent aux militants de descendre dans la rue et à y rester jusqu’à ce que Ouattara appelle l’opposition à la table de négociation, d’autres jugent cette décision prématurée et suicidaire.

Mardi 21 Juillet 2015 - 10:40


Les partisans du ‘’Oui’’ c’est-à-dire ceux qui sont pour que le peuple descende dans les rues à partir d’aujourd’hui sont conduits par David Samba de la coalition des indignées de Côte d’Ivoire et Sébastien Sanou, le représentant de Doumbia Major, tous deux membres de laCNC. Ils ont lancé, jeudi 16 juillet dernier, un appel à la mobilisation lors d’un point de presse qui s’est tenu au siège du Lider de Mamadou Koulibaly. Au cours de cette rencontre avec la presse, les deux conférenciers ont motivé leur appel par le fait que « depuis le mois de mai, la CNC a déposé un courrier au ministère de l’Intérieur et un autre à la présidence pour les informer de son existence et demander une rencontre pour discuter des conditions des élections. A trois mois des élections, à quelques jours du début de dépôt des candidatures, rien, aucune rencontre n’est en vue», déplorent-ils.
Mieux, après le meeting du 20 juin dernier, la CNC a rencontré le ministre Hamed Bakayoko. Et le ministre de l’Intérieur leur aurait fait savoir qu’il n’est pas certain que les préoccupations de la CNC trouvent un écho favorable auprès du président de la république parce que, dit-il, la CNC est une nouvelle coalition ; donc ce n’est pas à elle de chambouler ce que le cadre permanent de dialogue aurait mis sur pied », plaide David Samba.
Ceux qui par contre jugent ‘’cette action trop prématurée’’ ont donné de la voix, cette fois, chez le premier ministre Charles Konan Banny. Conduite par le professeur Tousséa, cet autre groupe de la CNC non seulement accuse les premiers de vouloir conduire les Ivoiriens dansune impasse mais affirme qu’aucune concertation préalable n’a eu lieu avec les autres membres du présidium avant de lancer un tel appel qui engage toute la CNC. Ce groupe taxe d’ailleurs les auteurs de cet appel d’être des solitaires. « Depuis le 15 mai 2015, à aucune réunion, notamment, à aucune de ces trois dernières réunions qui se sont tenues les 12, 15 et 16 juillet, la conférence des présidents et candidats déclarés (CPCD), organe suprême de décision, n’a pris la résolution de demander au peuple de Côte d’Ivoire de descendre dans la rue pour demander le départ du président Ouattara», a déclaré son porte-parole, le Pr Toussea. Pour eux, ces appels qui invitent les Ivoiriens à descendre dans la rue à partir d’aujourd’hui ne viennent donc pas de la CNC et n’engagent que leurs auteurs.
Aussi appellent-ils les Ivoiriens à se désolidariser de cette manœuvre tendant à discréditer leur mouvement et à jeter l’opprobre sur leurs actions.
Car pour eux, « les défis auxquels le peuple de Côte d’Ivoire se trouve actuellement confronté obligent la CNC à avoir une communication cohérente, claire ainsi que des mots d’ordre responsables et sans équivoque ».
Aux questions de savoir s’ils n’étaient pas en train de jouer ainsi avec les militants à travers cette cacophonie qui règne au sein de cette CNC en laquelle les Ivoiriens ont fondé tout leur espoir, d’une part, et pourquoi tous les membres du présidium n’étaient présents à cette rencontre, d’autre part, le Pr.
Toussea a rétorqué que « la CNC continue de travailler sans relâche, avec méthode et n’est pas arrivée aux conditions de lancer un tel appel et demande au peuple de Côte d’Ivoire de rester vigilant et mobilisé contre tout acte de déstabilisation de sa dynamique ». Ils ont confié que leur présence à ce point de presse a requis approbation de la quasi-totalité des autres membres du présidium qui, selon le chronogramme mise en place par la CNC, sont présentement en tournée à l’intérieur du pays et ne pouvaient pas être présents, vu l’urgence. Toutefois, les interlocuteurs du jour promettent une conférence de presse de tous les membres signataires de la charte dans les tout prochains jours pour mettre fin définitivement à ce désordre. « Ce n’est pas le message véhiculé par deux personnalités de la CNC qui, somme toute n’a fait l’objet d’aucune décision commune, pose problème en soi mais c’est la manière et l’indiscipline au sein de la structure qui met à mal la choésion au sein de l’union», a conclu Soro Kélofoa, au nom du FPI.
Comme on le voit, la CNC n’échappera pas au syndrome de la scission qui a été érigée en mode de fonctionnement au sein des groupements politiques à cause de la cupidité de certains hommes politiques. Après le désordre semé au FPI et la tentative de division du MFA et du PIT, l’on tente maintenant de briser la coalition pour le changement qui constitue aujourd’hui le seul espoir de dégager démocratiquement Ouattara du pouvoir. Le ‘’diviser pour mieux régner, pour mieux arnaquer le peuple de Côte d’Ivoire’’, comme pour paraphraser le célèbre chanteur ivoirien Alpha Blondy, tourne à plein régime !
Georgette Afi
Source: Aujourd’hui / N°932




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !