Préparatifs de la visite d’Alassane Ouattara dans l’ouest de la Côte d’Ivoire: Pour les honneurs et la sécurité du Moro Naba, les FRCI continuent de tuer les Wê à Duékoué.

Jeudi 19 Avril 2012 - 07:24


Des FRCI en action
Des FRCI en action
Nous avons appris la nouvelle depuis hier de notre correspondant sur place à Duékoué. La barbarie et la cruauté des rebelles devenus FRCI n’ont pas cessé dans ce département de l’ouest de la Côte d’Ivoire. Avant la visite officielle du Moro Naba dans la région, prévue pour ce samedi, les FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) s’adonnent à leur activité macabre favorite. Ils investissent les villages de Duékoué pour tuer les paisibles villageois qui refusent de se rendre en ville pour réserver un accueil chaleureux et honorable au Moro Naba. En manque de popularité dans ce département martyrisé depuis les évènements du 19 septembre 2002 en passant par le génocide de mars 2011, Dramane Ouattara n’y veut pas d’un accueil glacial ou d’une indifférence de la part des autochtones lors de sa visite. Alors, des FRCI ont été commis pour sillonner et investir les villages, comme dans une razzia. Le but étant de convoyer vers la ville, de gré ou de force, les villageois. Il est question de parquer ces derniers à Duékoué, comme un troupeau, jusqu’au jour de la visite de Dramane Ouattara. La pratique vise deux objectifs: le premier est de contraindre le «troupeau» parqué à offrir au Moro Naba en visite des tonnerres d’acclamations. Il s’agit de montrer par ce moyen que l’accueil chaleureux et enthousiaste réservé à Dramane Ouattara prouve bien que les fils et filles de Duékoué ne lui reprochent rien quant à la tragédie qu’ils vivent depuis plus d’un an, et, par voie de conséquence, qu’il n’ en est pas responsable. Il s’agit également de montrer que Dramane Ouattara jouit d’une popularité à Duékoué, contrairement à ce que certains tentent de faire croire. Le second objectif est d’avoir un bon contrôle des populations villageoises, de crainte que des hommes armées ne viennent des villages pour troubler la visite du Moro Naba.
Mais le malheur est que ceux qui refusent de se rendre en ville, sous les ordres, sont immédiatement exécutés par les FRCI devant leurs parents. Cette pratique cruelles des FRCI a créé la panique dans les villages. Pris de peur, de nombreux villageois Wê du département ont pris les chemins des forêts pour se mettre à l’abris de ces tueries. Ainsi va la Côte d’Ivoire sous le despotisme et le totalitarisme dramaniens. En mars 2011, les rebelles, devenus FRCI, ont massacré plus de 1000 Wê à Duékoué. Un massacre qui fut un véritable génocide. Duékoué fut martyrisée, opprimée, persécutée, violée, spoliée, etc… Ceux qui croyaient que ces pratiques inhumaines, gravissimes et attentatoires aux droits de l’homme, sont désormais loin derrière eux, ne sont pas encore au bout de leur peine. Jusqu’à quand va-t-on continuer de tuer les Wê à Duékoué au nom du Moro Naba. Jusqu’à quand va-t-on continuer de tuer à Duékoué pour spolier les Wê? Jusqu’à quand Duékoué continuera-t-il de pleurer ces fils et ses filles victimes de la cruauté du régime d’Alassane Ouattara. Qui arrêtera cette machine à tuer? Des questions qui, pour l’instant, restent sans réponses.
 

ZEKA TOGUI.
 

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !