Pourquoi le RHDP doit subsister

Samedi 18 Mai 2013 - 07:34


Pourquoi le RHDP doit subsister
C’est comme dans un ménage, les scènes n’y manquent pas. Ce qui se passe actuellement au RHDP se comprend aisément. Depuis un certains temps, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix est secoué par des convulsions. Avant-hier, c’étaient les grognements dus à la course aux postes dans le gouvernement et l’Administration. Hier, ce furent les tiraillements fraternels dus au choc des ambitions. Aujourd’hui, ce sont des critiques plus ou moins acerbes de certains cadres à l’égard du directoire du RHDP, dont le député Kouadio Konan Bertin a décidé d’être le porte-voix. Dans le fond, ces récriminations mues par l’envie de voir la grande alliance des Houphouétistes tendre vers l’idéal qu’il s’est donné dès sa création sont, somme toute, légitimes. Mais c’est la forme qui laisse à désirer. Ce n’est pas en lavant le linge sale sur la place publique que l’on arrivera à régler durablement les imperfections que l’on constate au sein de cette alliance. Encore moins en cherchant à la fragiliser ou à la faire disparaitre. Ceux qui pensent que la mort du RHDP fera leur lit, se trompent lourdement. Car en l’état actuel des choses, seul l’Alliance des Houphouétistes peut sauver la Côte d’Ivoire. Les petits calculs que font en ce moment certains cadres de la majorité présidentielle pour 2015, sont basés sur des paramètres erronés. Croire qu’une autre alliance, en dehors du RHDP, peut résoudre le problème de la crise ivoirienne, relève du rêve éveillé. Pis, penser que l’on peut s’en sortir autrement, c’est se méprendre sur les vraies causes qui ont plongé la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny dans la guerre. La Côte d’Ivoire, comme tout le monde le sait, est un savant dosage ethnique. Une mosaïque d’ethnies basée sur le respect mutuel, dans la diversité. Or que nous proposent ceux qui appellent à la mort du RHDP ? Une alliance avec justement les ennemis de ce beau compromis sans compromission, qui a tenu la Côte d’Ivoire pendant plus de trois décennies, loin des vicissitudes aventurières qui ont secoué les autres pays de la sous-région. La Côte d’Ivoire est aujourd’hui de retour sur la voie de la stabilité. Beaucoup ne se demandent pas pourquoi. Parce que tout simplement les enfants de Félix Houphouët-Boigny ont décidé de fuir les chants de sirènes pour faire la paix entre eux. Aujourd’hui, des enfants égarés du père de la Nation, dévorés par leurs ambitions démesurées, se croient obligés de tuer son héritage pour se faire une place au soleil. Que les gens ne se méprennent pas. Le procès d’intention fait en ce moment au RDR et au président Alassane Ouattara ne vient pas d’un souci de sauver la Côte d’Ivoire, comme le prétendent leurs instigateurs. Mais de la logique: « Ôte-toi de là que je m’y mette ». Car certains cadres du PDCI-RDA et des autres partis politiques qui estiment avoir été mal récompensés ou lésés après la conquête du pouvoir, espèrent qu’ils seront mieux servis en étant eux-mêmes au pouvoir. Pour cela, tous les moyens sont bons pour atteindre cet objectif. Même s’il faut s’allier au diable. Mais ici, il ne s’agit pas d’individus. Il s’agit de la Côte d’Ivoire. En quoi est-ce que ceux qui s’agitent dans le noir peuvent être meilleurs que le président Alassane Ouattara ? Que ceux qui s’excitent en ce moment nous montrent celui qui peut mieux faire que le Dr Alassane Ouattara ? Qui peut actuellement hisser la Côte d’Ivoire au niveau où le chef de l’Etat l’a mise ? Si on trouve des réponses à ces questions, alors le débat aura le mérite d’être mené. Si ce n’est pas le cas, qu’on arrête de jouer avec la vie des Ivoiriens. La Côte d’Ivoire qui sort d’une longue et meurtrière crise de plus d’une décennie a besoin de sérénité et de stabilité pour se reconstruire. A force de se bagarrer pour le fauteuil présidentiel, le pays de Félix Houphouët-Boigny, qui était un pays à revenu intermédiaire au milieu des années 90, fait aujourd’hui partie des pays les plus pauvres de la planète. Pis, elle occupe en ce moment la 168 ème place sur 180 pays. Cela doit amener les uns et les autres à saisir, une fois pour toute, que l’avenir de cette Côte d’Ivoire, qui est en train de remonter la pente, est dans le RHDP qui a déjà fait ses preuves. Mieux, le PDCI-RDA et le RDR qui sont les deux têtes de pont du RHDP, ont un destin commun. Il ne peut en être autrement. Car, ce sont deux partis complémentaires qui ont la lourde responsabilité historique de préserver l’héritable du président Félix Houphouët-Boigny. Heureusement, pour les Ivoiriens que les présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ne sont pas dans la logique de ce divorce qu’appellent de tous leurs vœux les chantres du retour en arrière. Les deux leaders ont, à vrai dire, compris que le RHDP doit subsister. Pour l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire. Toute autre option ne sera que suicidaire.

Jean-Claude Coulibaly



Publié le samedi 18 mai 2013  |  Le Patriote




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !