Pour un véritable débat sur les causes et les enjeux de la crise ivoirienne.

Mercredi 14 Octobre 2015 - 20:49


Sous la domination française, la Côte-d’Ivoire fut une colonie prospère au sein de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Indépendante depuis 1960, la Côte-d’Ivoire a connu une croissance exceptionnelle jusqu’en 1980. Ce fut ce qu’on a appelé le « miracle ivoirien », une période marquée par de gros investissements français et une forte immigration de travailleurs de la sous régions et de commerçants Libano-Syriens. Cette croissance reposait sur trois piliers :

Ce début d’expansion économique a permis aux Libano-Syriens et à la petite bourgeoisie ivoirienne et africaine de s’enrichir. Mais ce sont surtout les entreprises françaises qui ont été les grandes bénéficiaires de ce développement.
La croissance de l’économie ivoirienne reposait, avant tout, sur la conjoncture internationale favorable, c’est-à-dire la montée des prix des matières premières exportées ainsi que l’accroissement des investissements étrangers. L’économie ivoirienne était extravertie, elle dépendait plus de l’extérieur que de la Côte-d’Ivoire elle-même.
A la fin des années 70, les prix des matières premières d’exportation ont subi une baisse drastique. Les investissements diminuèrent à leur tour. Ce fut le début de la crise économique. L’Etat de Côte-d’Ivoire fit, alors, appel au Fonds Monétaire Internationale (FMI). Cette institution appliqua au pays un remède de cheval qui, au lieu de guérir le mal, l’aggrava.
En effet, par les politiques d’ajustement structurel, le FMI imposa la privatisation des sociétés d’Etat, le dégraissement de la fonction publique, l’arrêt des investissements sociaux, la diminution des salaires ou leur gel. La crise sociale qui en découle sera aggravée par la disparition d’Houphouët-Boigny. La lutte pour sa succession commence dès le lendemain de l’annonce du décès, en décembre 1993. Elle oppose Henri Konan Bédié, le président de l’Assemblée nationale et dauphin constitutionnel, à Alassane Dramane Ouattara, le Premier ministre Bédié l’emporte et succède à Houphouët-Boigny, mais la lutte larvée continuait cependant. Bédié lance un mandat d’arrêt international contre Alassane Dramane Ouattara qui a dû s’exiler. En décembre 1999, la Côte-d’Ivoire connait son premier coup d’Etat. Bédié est chassé du pouvoir et Ouattara rentre dans l’espoir de récupérer le pouvoir. Mais c’est la déception. Le général Guéi, auteur du coup d’Etat, veut garder le pouvoir par devers lui. Il organise un référendum pour une nouvelle constitution dont l’article 35 ne permet pas à Ouattara de se présenter à l’élection présidentielle. C’est Laurent Gbagbo qui est élu en octobre 2000. En 2002, un coup d’Etat manqué contre le nouveau président se transforme en une rébellion qui coupe la Côte-d’Ivoire en deux et durera près de dix ans. La France et l’ONU s’interposent.
Les élections organisées en 2010 devaient mettre fin à cette longue et tragique crise. Malheureusement, elles ont plongé le pays dans un sanglant conflit postélectoral qui a fait des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés, des centaines de milliers d’exilés et des milliers de prisonniers. Le président Laurent Gbagbo est capturé et transféré à la Cour pénale internationale (CPI), pour y être jugé pour crime contre l’humanité. Alassane Dramane Ouattara est imposé, à la Côte-d’Ivoire, comme président, par la « Communauté Internationale », c’est-à-dire par la France, ses alliés et ses vassaux africains.

A QUOI BON SUIVRE LA LOI,TANT QUE LA FRANCE NOUS SUIT.

Cinq ans après, le désarmement n’est toujours pas réalisé. L’insécurité règne partout. La réconciliation ne peut pas se réaliser parce que, avec sa justice des vainqueurs, le camp Ouattara règne par la terreur. Pendant ce temps, la paupérisation des citoyens ne cesse de s’accroître. Plus de 50% des Ivoiriens vivent sous le seuil de pauvreté.
C’est cette Côte-d’Ivoire, dans un état lamentable, qui va aller à des élections présidentielles dans quelques jours, et la campagne électorale qui bat son plein, depuis des mois déjà, tourne uniquement autour des hommes qui ont la prétention de gérer demain le pays. Les candidats rivalisent : qui aura rendu visite à Gbagbo Laurent à la Haye ? ; qui se sera rendu à Paris un grand nombre de fois ? ; qui prétendra, le mieux, être l’héritier d’Houphouët-Boigny ?
Depuis plus d’un demi-siècle qu’ils sont indépendants, les pays africains francophones en général, et la Côte-d’Ivoire en particulier, ont de la peine à s’approprier leur potentiel naturel, humain, politique et culturel. C’est pourquoi, à notre avis, la problématique pour les prochaines élections présidentielles en Côte-d’Ivoire, le vrai débat, doit se situer au niveau de l’appropriation de notre souveraineté politique, économique et culturelle. C’est de ce débat que dépend l’avenir du pays et de ses populations, et non des qualités spécifiques des candidats. Ce que les Ivoiriens attendent, c’est une réflexion sur les choix politiques depuis Houphouët-Boigny jusqu’à aujourd’hui, pour comprendre pourquoi ces choix ont conduits à l’échec patent d’aujourd’hui ? C’est cette question que les candidats à l’élection présidentielle doivent poser, et c’est à cette question qu’ils doivent donner une réponse. Mais jusqu’à ce jour, aucun des prétendants au fauteuil présidentiel n’ose la poser, encore moins y répondre.

¤

En parcourant les 55 ans de notre indépendance, nous nous rendons compte que les programmes de développement de la Côte-d’Ivoire, comme ceux de la plupart des anciennes colonies françaises, ont été suggérés et conduits, dès le commencement, par la France.
Par les accords signés dès le lendemain de l’indépendance, la France a proposé et piloté la coopération et l’aide, par l’endettement. C’est encore elle qui, quand ce programme a montré ses limites, a conseillé à la Côte-d’Ivoire de confier son sort aux organisations de Bretton Woods que sont la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International. Les remèdes appliqués par ses deux institutions ont aggravé le mal au lieu de le guérir. En effet, l’intervention du FMI et de la Banque Mondiale est à l’origine de la crise économique et sociale qui a abouti à la rébellion de 2002.
Aujourd’hui, la Côte-d’Ivoire est un pays déchiré, sinistré dont la population est dans la détresse, parce que la politique menée depuis l’accession à l’indépendance a échoué.
Pourquoi ? Parce que la Côte-d’Ivoire n’a pas assumé sa souveraineté. Elle a laissé son destin entre les mains de l’ancienne puissance coloniale au plan sécuritaire, économique et culturel.

¤

Au plan sécuritaire, dès la proclamation de l’indépendance, les autorités ivoiriennes donnent à l’ancienne puissance coloniale le droit de maintenir son armée sur le territoire ivoirien. L’armée française a le droit de circuler librement sur tout le territoire, dans les espaces aériens et dans les eaux territoriales, d’utiliser les installations portuaires maritimes et fluviales. L’armée française peut se servir des infrastructures routières, ferroviaires, aériennes et des réseaux postaux et de télécommunication. N’est-ce pas abandonner sa souveraineté que de reconnatre à la France la libre disposition des installations civiles et militaires du pays ?
Contre quel ennemi la France prétend-elle assister la Côte-d’Ivoire ? Elle est plutôt là pour protéger ses propres intérêts. C’est pourquoi, au lieu de s’installer aux frontières, c’est dans la capitale que son armée est basée, prête à réprimer tout soulèvement du peuple contre le pouvoir en place qu’elle soutient.
La Côte-d’Ivoire doit-elle continuer à confier sa sécurité à un autre Etat ? Voilà la question à laquelle doivent répondre les candidats aux élections présidentielles en Côte-d’Ivoire.
Au plan économique, la colonisation était un régime d’expansion économique des puissances européennes, dont l’industrialisation nécessitait l’exploitation des matières premières des pays colonisés. Les colonies ont été pendant plus d’un demi-siècle des monopoles économiques pour chaque pays colonisateur. Les relations économiques entre colonies et métropole étaient basées sur le commerce inégal. Les colonies devaient fournir, à vil prix, les matières premières aux industries de leur métropole. Il était interdit aux colonies de transformer leurs matières premières ou de les vendre à d’autres pays. Les pays colonisés devaient se fournir, exclusivement, en produits finis par leurs métropoles. Il était interdit aux colonies de commercer entre elles, même quand elles dépendaient d’un même colonisateur.
L’indépendance n’a pas changé grand-chose en Côte-d’Ivoire, puisque dans les accords de coopération, la vente des matières premières et des ressources énergétiques est réservée en priorité à la France. Les multinationales et les entreprises françaises dominent l’économie ivoirienne. Les secteurs stratégiques tels que l’eau, l’électricité, les télécommunications et les ports sont entre leurs mains. La cerise sur le gâteau, c’est encore la France qui contrôle la monnaie utilisé en Côte-d’Ivoire, le franc CFA.
Puisque c’est la souveraineté économique qui conduit à une véritable souveraineté politique, n’est-il pas temps que la Côte-d’Ivoire s’approprie ses ressources naturelles et les exploitent aux bénéfices de ses populations ? Voilà le débat qui doit s’instaurer aujourd’hui, en Côte-d’Ivoire.

¤

Au plan culturel, la marginalisation des cultures traditionnelles de la Côte-d’Ivoire, commencée sous la colonisation, se poursuit encore, plus d’un demi-siècle après l’indépendance. Les dégâts sont très importants et même irréversibles. Comme au temps colonial, nos arts sont considérés comme du folklore pour distraire dans les manifestations publiques. Aucune des langues ivoiriennes n’a pu résister à la langue française qui règne en maître dans nos marchés et dans nos écoles. L’élite ivoirienne, celle qui détient les pouvoirs économique et politique, s’est détournée des cultures traditionnelles. Les enfants de cette classe sociale sont même envoyés dans les pays occidentaux pour mieux s’imprégner de la culture occidentale.
Les religions chrétienne et islamique ont petit à petit supplanté les religions traditionnelles, considérées comme démoniaques par les nouveaux fidèles.
La domination culturelle est plus pernicieuse et plus dévastatrice. En effet, elle impose un mimétisme qui stérilise les potentialités créatrices de la société en quête de développement.
Un débat s’impose sur le rôle que doit jouer la culture dans l’enracinement du développement de la Côte-d’Ivoire. Comme le disait Bernard Dadié :
 « La culture, ce n’est pas seu­lement une question de création ou de créa­tivité ; c’est tout l’homme. Et c’est pourquoi le problème de son développement se pose (...) Il nous faut donc travailler à la construction d’une nouvelle société qui intègre concrète­ment dans le processus global de son déve­loppement nos valeurs culturelles (...). Trop longtemps conçu en fonction de la seule réalité économique, le développement doit désormais être perçu comme un phénomène global dans lequel les éléments culturels jouent un rôle de premier plan. Considérer le développement culturel comme une dimension essentielle du développement intégral, c’est reconnaître que, si la croissance économique est un facteur fondamental du développement, ce sont bien des choix d’ordre culturel qui en déterminent l’orientation et l’utilisation au service des in­dividus et des sociétés, en vue de la satisfaction de leurs besoins et de leurs aspirations légi­times. Ainsi, la croissance économique, qui est certes la clé du développement, cesse d’être en elle-même une finalité. Elle devient un moyen permettant de satisfaire les besoins de tous, y compris celui d’une possibilité d’épanouisse­ment complet. » (Fraternité Matin 22 octobre 1985, p.6).
Si un pays sans souveraineté peut difficilement être maître de son destin, la souveraineté, à elle seule, n’est pas capable de relever tous les défis auxquels la Côte-d’Ivoire et les autres pays africains sont confrontés aujourd’hui. C’est pourquoi, nous sommes persuadés que tant que la Côte-d’Ivoire n’acquiert pas sa souveraineté, il lui sera difficile d’atteindre l’émergence dans quatre ans comme le prophétise Alassane Dramane Ouattara. Quel pouvoir aurait-elle face à la France et aux multinationales telles que Bolloré, Bouygues ou Total ?

¤

L’émergence de la Côte-d’Ivoire, qui est devenue l’antienne du régime actuel, est une illusion, sinon, une duperie. N’est-ce pas la relative prospérité de la Côte-d’Ivoire qui est à l’origine de la forte immigration, elle-même responsable de la crise politico-militaire dont les conséquences ne sont pas près de se dissiper ? Comment la Côte-d’Ivoire émergente pourra-telle contenir les jeunes Maliens ou Burkinabès à la recherche d’éducation, de soins et d’emplois ? Est-ce que les jeunes Africains qui n’ont pas peur du désert du Sahara et de la mer Méditerranée s’interdiront de traverser les frontières tout à fait artificielles de la Côte-d’Ivoire ? Certainement non !

¤

La Côte-d’Ivoire ne saurait être un pays développé au milieu de pays pauvres. Elle ne saurait être une enclave riche dans un océan de pauvreté, un point blanc sur une page noire. Aucun petit Etat africain n’ira seul au développement. Le défi d’accéder au développement passe par la formation de grands ensembles. Jamais des brindilles séparées ne formeront un balai capable d’éliminer la pauvreté que subissent les populations africaines. Les pays qui, à travers le monde, ont voulu résister à l’impérialisme ont dû payer le prix : Cuba et le Venezuela en Amérique latine, la Guinée de Sékou Touré et le Zimbabwe de Robert Mugabe en Afrique noire. Ceux qui refusent la domination de l’occident trouveront le succès dans leur volonté commune d’unir leurs forces contre l’impérialisme.

¤

Il est urgent que les pays africains s’unissent en grands ensembles capables de tenir tête à l’impérialisme international. L’Afrique est un continent riche. Elle dispose de grandes ressources naturelles et agricoles, de produits énergétiques tels que le pétrole, le gaz et d’un puissant réseau hydrographique, susceptibles de lui fournir une grande quantité d’énergie. Mais toutes ces ressources sont bradées par les responsables politiques des pays africains aux pays industrialisés. Si les pays africains demeurent isolés les uns des autres, les grandes puissances et les multinationales les briseront les uns après les autres comme les brindilles d’un balai. C’est une Afrique de grands ensembles, disposant d’un pouvoir de négociation plus puissant, qui obtiendra plus d’argent de ces ressources.
Si un ensemble comme la CEDEAO mettait en commun ses richesses, il sera capable de mettre sur pied un système monétaire commun, géré par une banque centrale. Il sera, alors, en mesure d’initier de grands projets de développement, tels que de grandes infrastructures de santé, d’éducation, de communication et d’énergie. Tous les Africains pourront, alors se soigner et recevoir leur formation en Afrique. Sa population de plus de 320 millions habitants est un immense marché doté d’une grande capacité d’épargne.
La création de grands ensembles réduit les frontières. Pour ce qui est de la CEDEAO, on passera de 38 frontières à 8. La CEDEAO pourra déployer son surplus de douaniers, de policiers et autres fonctionnaires dans d’autres services. Une diplomatie commune fera économiser des ressources qui seront affectées à des activités productives ou sociales.
En unissant les forces de tous les pays qui la composent, la CEDEAO sera en mesure de mettre sur pied un haut commandement de défense à même de protéger sa souveraineté contre les agresseurs extérieurs.
Tout cela ne sera possible que si ce grand ensemble a la volonté de quitter le système mis en place par l’Union européenne, les USA.et leurs alliés. Il faudra aussi accepter d’en payer le prix.
Au vu de ce qui précède, le vrai débat, aujourd’hui, doit porter sur les problèmes de souveraineté politique, économique et culturelle, se situer autour des changements qu’attendent les populations ivoiriennes et africaines pour sortir du sous-développement. Peu importe, mesdames, messieurs, que vous soyez grands ou petits, beaux ou laids. Peu importe le nombre de tours que vous pouvez faire à Paris dans le mois. Peu importe que vous ayez vu François Hollande ou Barack Obama. Ce qui intéresse les populations qui manquent de nourriture, de soins, d’éducation, de logements, de sécurité et de cohésion, ce sont les propositions nouvelles que vous ferez pour sortir de l’endettement, de la soumission et de l’humiliation pour une nouvelle Côte d’Ivoire, un nouvelle Afrique plus responsable et plus prospère.
Quelles que soient les qualités du futur président, quelle que soit l’idéologie de celui qui s’assoira dans le fauteuil présidentiel, rien ne changera s’il maintient le pays dans le même système qui humilie le peuple qui demeure le véritable dépositaire de la souveraineté nationale. Le peuple burkinabé vient de l’apprendre à Blaise Compaoré et à Diendéré.
Le développement de l’Afrique viendra de l’acquisition de son indépendance et de son unité par les peuples plus que des leaders et des institutions.


YOUKELI (09 octobre 2015)
Publié par CERCLE VICTOR BIAKA BODA à 10/13/2015 07:45:00 PM




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !