Pour maintenir la pression sur la CPI/ Les femmes prennent d'assaut la place Saint Michel à Paris

Tant que les fils dignes de l’Afrique seront arrachés leur terre pour être déportés dans les prisons des colonisateurs du continent, tant que l’Afrique sera toujours l’otage des intérêts mesquins de l’occident, la présidente Topo Léontine et les femmes patriotes de France n’entendent pas abandonner le combat de la mobilisation. Ce samedi 29 juin 2013, elles seront cette fois, à la place Saint Michel de Paris pour dénoncer l’injustice et l’arbitraire qui se jouent à la cour pénale internationale où est détenu arbitrairement Laurent GBAGBO.

Jeudi 27 Juin 2013 - 08:30


Pour maintenir la pression sur la CPI/ Les femmes prennent d'assaut la place Saint Michel à Paris

Mobilisation de tous les jours pour une cause juste. Les femmes patriotes de France organisent ce samedi 29 juin 2013, un giga sit-in à la place saint Michel de paris pour réclamer la libération de Laurent GBAGBO injustement détenu à la Haye. Ce énième défi, Léontine Topo et les femmes patriotes de France entendent le relever pour disent-elles : " Montrer à l’opinion publique que bien que détenu à la Haye, Gbagbo est le président élu de la Côte d’Ivoire…"martèle-elle.
 

Pour réussir cette sortie, la présidente Léontine Topo, qui a multiplié les réunions de mobilisation depuis plusieurs jours, annonce un millier de femmes à la place saint Michel de paris. La présidente des femmes patriotes de France lance un appel : " J’invite les ivoiriennes, les africaines, toutes les femmes éprises de justice et de liberté à venir ce samedi 29 juin 2013, nombreuses à la place saint Michel de Paris pour réclamer la libération de l’Afrique, de la Côte d’Ivoire, du président Laurent GBAGBO, mais aussi celle de nos sœurs et frères qui souffrent dans les prisons d’Alassane Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire. Les exilés souffrent. C’est pour eux aussi que je demande aux femmes de sortir massivement. N’oublions pas que c’est la femme qui porte l’enfant dans son ventre. Lorsque nos frères et sœurs sont privés de liberté, nos entrailles doivent souffrir…"

Quand on lui demande enfin d’analyser la situation de son pays, Léontine Topo pose un diagnostic atterrant : "Le renversement et la déportation du président Laurent GBAGBO à la Haye ont ramené la Côte d’Ivoire en arrière de plusieurs années. Aujourd’hui, alors que l’occident accusait le régime de Laurent GBAGBO de tous les maux, on voit maintenant dans quels camps se trouvent les vrais monstres. Sous Ouattara, les femmes sont continuellement violées, les jeunes sont emprisonnés, les ivoiriens sont contraints à l’exil. Plus personne ne mange à sa faim dans le pays, s’il n’est pas partisan d’Alassane Dramane Ouattara. Où va la Côte d’Ivoire ?"

De Augustin Djédjé eventnewstv




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !