Pour la réconciliation nationale: Banny va rencontrer Blé Goudé en Afrique du Sud

La rencontre Banny et Blé Goudé, la situation sécuritaire à l’ouest et le satisfecit des USA vis-à-vis la 1ère Dame ivoirienne constituent les sujets qu’évoquera notre revue de presse de ce vendredi 6 juillet 2012. Fidèles de linfodrome.com, je vous souhaite bonne lecture.
Rencontre Banny Blé Goudé

Samedi 7 Juillet 2012 - 09:07


Pour la réconciliation nationale: Banny va rencontrer Blé Goudé en Afrique du Sud
Il l’avait demandée pour se prononcer sur la réconciliation et il va l’obtenir. En effet, le président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) va accorder à Charles Blé Goudé la rencontre qu’il a souhaitée avec lui en Afrique du sud. En tout cas c’est ce que fait savoir L’Inter. Il note que ce n’est pas un canular mais bien une rencontre qui se prépare avec sérieux. Le président Banny et Blé Goudé vont en effet se rencontrer, sauf changement, en Afrique du Sud. Selon lui, le cabinet du président de la CDVR est en train d’étudier la faisabilité de cette rencontre même si pour le moment la date n’a pas été indiquée. Si le camp de Banny se prépare, celui du leader du Congrès Panafricain des Jeunes et des Patriotes (COJEP) est aussi en œuvre pour la réussite de ce rendez-vous pour la réconciliation, indique Le Temps. Des proches de Blé Goudé auraient affirmé qu’il est physiquement et moralement prêt pour donner sa recette au patron de la CDVR. Cependant, Le Nouveau Réveil demande à Blé Goudé que s’il n’a strictement rien à se reprocher dans les faits qui lui sont reprochés, qu’il prenne le courage de se présenter à la Cour Pénale Internationale (CPI).
 
L’ouest ivoirien toujours menacé
 
Ce n’est toujours pas la trop grande quiétude dans l’ouest de la Côte d‘Ivoire d’après le correspondant de L’Inter K.K. Théodore. Selon lui le problème foncier constitue une menace d’affrontements entre les populations. Ce qui vient saper le travail abattu par les forces de sécurités nationales pour ramener le calme dans cette partie du pays. Le sous-préfet de Bloléquin a interpellé le gouvernement à trouver rapidement des solutions idoines et urgentes avant qu’il ne soit trop tard, lit-on. Quant à l’insécurité à l’ouest, Notre Voie relève que la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), une agence des Nations Unies, a indiqué que la présence des chasseurs traditionnels dozos est vue par les populations comme une source d’insécurité. Parce qu’ils s’adonnent à des activités de sécurité en dépit de l’interdiction qui leur a été faite par le gouvernement d’ériger des barrages de contrôle. Quant à Le Nouveau Courrier, il s’étonne que le Colonel Yassine de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) affirme « n’avoir aucune connaissance de la présence de chefs de guerre burkinabè dans l’ouest ivoirien ». Alors que selon le journal, Amadé Ourémi, un milicien burkinabé pro-Outtara, a mis la main sur la forêt du mont Péko et exproprie, avec son concitoyen Issiaka Tiendrebéogo, les autochtones. Pour lui donc l’ONUCI protège les tueurs de l’ouest. En tout cas, c’est son titre à la Une. En ce qui concerne la sécurisation de cette région qui fait frontière avec le Liberia, la présidente de ce pays a dépêché des émissaires chez son homologue ivoirien. Selon le chef de mission, Dr. Edward Mc Clain, ils ont parlé de coopération de sécurité et du renforcement de renseignements entre les deux pays, a rapporté Le patriote.
 
La Côte d’Ivoire reçoit le satisfécit des USA
 
L’engagement du gouvernement ivoirien dans la lutte contre la traite des enfants, à travers la 1ère Dame, Dominique Ouattara, a payé. « Les USA sortent la Côte d’Ivoire de la zone rouge », titre Le Jour Plus. Quand son confrère L’Intelligent d’Abidjan écrit : « La Côte d’Ivoire retirée de la liste rouge. Les efforts de Mme Ouattara reconnus ». Et à Fraternité Matin de dire « La Côte d’Ivoire s’éloigne de la zone rouge et remonte à la catégorie 2 ». En effet dans son rapport 2012, le département d’Etat américain a salué les efforts de la Côte d’Ivoire dans la lutte contre la traite et les pires formes de travail des enfants. Ce qui fait qu’elle sort de la zone rouge pour être classée en catégorie 2. Une position, selon Fraternité Matin, qui est celle des pays qui font des efforts pour se conformer aux normes minimales de la loi sur la protection des victimes de la traite.

Par  César DJEDJE MEL
 
Source: L’infodrome
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !