Pour constituer son bétail électoral en vue de 2015, Ouattara naturalise Ivoiriens, 429.000 fraudeurs

Lundi 4 Mars 2013 - 07:59


Pour constituer son bétail électoral en vue de 2015, Ouattara naturalise Ivoiriens, 429.000 fraudeurs

Des sources concordantes proches du Rhdp sont formelles. Lors de leur rencontre au domicile du président du Pdci-Rda à Abidjan-Cocody, le lundi 11 février 2013, Ouattara et Bédié ont évoqué la question de la naturalisation en masse de plus de 429.000 personnes effectuée, il y a plusieurs semaines, par le régime Ouattara en dehors de toute norme républicaine et légale. Bédié aurait dit à Ouattara qu’il regrette de n’avoir pas été informé avant la prise de cette décision d’attribuer la nationalité ivoirienne à ces milliers de personnes. « Puisqu’il s’agit d’une question qui concerne la nation et les élections générales ainsi que présidentielles de 2015. A cette préoccupation de Bédié, Ouattara a répondu que ces 429.000 personnes sont des apatrides alors il fallait qu’il agisse rapidement pour régler leur cas », soutient une source proche du Rhdp. Qui précise que Bédié n’a pas été convaincu par l’argument d’Alassane Ouattara. D’ailleurs, au cours d’une rencontre avec des cadres du Pdci-Rda, plus tard, Henri Konan Bédié l’aurait affirmé. Les cadres du Pdci scandalisés, par cette naturalisation en masse de personnes soupçonnées de fraude sur la nationalité ivoirienne et écartées de la liste électorale en 2010, demandaient que le Pdci produise un communiqué officiel pour dénoncer l’acte d’Alassane Ouattara. Qui n’est rien d’autre que la constitution d’un bétail électoral pour son parti, le Rdr, et en perspective de la présidentielle 2015. Bédié a dit « non » pour un tel communiqué au motif qu’il ne voudrait pas qu’on l’accuse de ressusciter le concept de « l’ivoirité ». Cependant, précise notre source, « au Pdci, de nombreux responsables ne veulent pas être complices du bradage de la nationalité ivoirienne par Alassane Ouattara. Ils savent que Bédié est indolent parce qu’il bénéficie des largesses de Ouattara. Sinon, on ne peut pas naturaliser des milliers d’individus, soupçonnés de fraude, de surcroît, sans l’accord de l’Assemblée nationale ou un référendum».
En effet, en février 2010, l’actuel gouverneur du District d’Abidjan nommé par Alassane Ouattara, Robert Beugré Mambé, alors président de la Commission électorale indépendante (Cei), avait été démis de ses fonctions par le Président Laurent Gbagbo et la Cei dissoute suite à une affaire d’inscription de fraudeurs sur la liste électorale. Le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau d’alors, Raymond Tchimou, avait diligenté une enquête qui établissait clairement que Beugré Mambé avait mené une opération illégale pour inscrire frauduleusement 429 030 personnes sur la liste électorale. C’est à ces personnes qu’Alassane Ouattara a attribué aujourd’hui la nationalité ivoirienne sans que les soupçons aient été levés. Au dire de nos sources, le régime Ouattara serait entrain de s’activer pour naturaliser, toujours dans le flou, environ 1 million d’individus. L’argument fallacieux brandit pour camoufler la fraude, c’est l’apatridie.

Didier Depry
didierdepri@yahoo.fr.

Publié le lundi 4 mars 2013  |  Notre Voie





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !