Ping est perdu

Vendredi 16 Septembre 2016 - 22:32


Jean PING
Jean PING

Jean Ping est un malhonnête intellectuel et un irresponsable.” Ecrit Justin Koné Katinan, ministre Ivoirien. “Ping est un aventurier. Un irresponsable qui veut mettre le feu au Gabon.” A déclaré Banda Kani, opposant Camerounais, panafricaniste, et analyste politique pointu. Dans un article, Ping a été traité de “‘démon’ fait homme avec une ‘âme démoniaque’ par un Chinois dans la forêt équatoriale Gabonaise.” La Bestseller Calixthe Beyala de son côté écrit indignée, “J’ai jusqu’alors cru que Ping avait gagné ces élections. Je m’étais peut-être trompée.”

Sur ce fil conducteur, une foultitude de description est faite de Ping. Raison? Ping n’a d’arguments qu’un langage ordurier, insalubre, moulu dans des appels sans euphémisme à la violence, au crime et à la guerre. Tous ceux qui ont embarqué à bord de la pirogue Ping, ont ce langage grossier et répugnant, dans l’expression écrite ou orale de leur opinion ou observation de la scène politique Gabonaise.

 

Langage Ordurier

 

Ce langage ordurier que l'on retrouve dans leurs textes, commentaires, et vidéos, laisse à penser que Ping est plus vulgaire que politique/gentleman. Cette dérive langagière a fait écrire par Calixte Beyala ces mots de son cœur. “Franchement, je me suis peut-être trompée en croyant que Ping avait gagné ces élections. En effet à voir la réaction agressive de ses partisans sur le simple fait de retracer les liens familiaux des uns et des autres, je suis perplexe. Leurs injures et leurs menaces pour si peu, commencent à m’interroger.” Juste après ces mots, un dozo de Ping l’a traitée d’“intellectuelle ordurière et ménopausée.” Une pâle copie des propos de Me Verges à Christine Lagarde.

Cela ne devrait pas étonner. Les injures, la violence gratuite, la barbarie, la haine meurtrière, l’extrémisme, les actes terroristes–c’est leur marque déposée. Cependant, il est possible de descendre dans la poubelle avec des crétins sans se salir. Pour cela, il faut de la méthode. La plus simple c’est de rappeler à la mémoire de l’insensé ses propos.

 

Ping-cimetière

 

Agent de l’impérialisme utilisé pour tuer Kadhafi et envoyer Gbagbo en prison, Ping a mis en marche au Gabon le schéma qu’il a cautionné en Libye et en Côte d’Ivoire. “Appeler clairement à la guerre civile et à l’élimination d’une partie de la population Gabonaise, qualifiée de cafards.” Ping-Cimetière a parlé de “Réveiller des morts des cimetières d’Omboué pour aller combattre.” Pour ce franc-maçon dans les loges ténébreuses et sataniques, c’est possible de mettre des cadavres en ordre de bataille pour son pouvoir. “C’est une question de survie” a-t-il dit, qui nécessite “une expédition pour se débarrasser des cafards.” Ces propos, “expression d’une violence verbale sans précédent dans ce pays” ont brisé la cohésion sociale Gabonaise. Mis une barrière entre Gabonais d’origine et d’adoption. Niant ainsi à certains leurs droits. Le Gabon ne sera plus jamais le Gabon.

Initiateur de violence dans ce pays, Ping qui a traité Ali Bongo “de petit Hitler,” est revenu à la charge faisant l’apologie du terrorisme. “Je crains fort qu’un nouveau faux pas de la Cour constitutionnelle soit le facteur d’une instabilité profonde et durable du Gabon…Il ne fait aucun doute qu’en cas de non-respect de la réalité du vote des Gabonais par la Cour constitutionnelle, le peuple, qui n’aurait dans ce cas plus rien à perdre prendra son destin en mains.”

 

 Enseveli par le Totem de Famille

 

A ce discours guerrier, le président Ali Bongo a eu une attitude de sagesse. Il a appelé “les Gabonais à la vigilance et à l’esprit critique.” Puis a lancé cet appel. “Dites à Jean Ping que nous voulons la paix.”

Sera-t-il entendu? L’obsession démoniaque, les insanités, l’immoralité et l’a-moralité, font un pour et en Ping. Fils du prince de l’air. Comme Juda Iscariote, il a renié ceux qui l’ont fait. “C’est vrai que j’ai eu deux enfants avec sa sœur [Ali Bongo], mais je ne le considère pas comme un beau-frère.” Si Pascaline est la sœur de Bongo. Comment Ping, ses suivistes, et leurs maîtres Péan et Bourgi, ont-ils réussi leur tour de passe-passe “Bongo n’est pas Gabonais?” Non seulement il ne se reconnaît plus de la famille Bongo, il insulte son ancienne belle-mère de femme stérile, infertile, qui ne sera jamais maman.

Ping peut-il traiter ainsi un peuple qui l’a tout donné, malmené la femme de celui qui l’a protégé alors qu’en Chine on l’aurait tué à la naissance, et prétendre s’en sortir sans égratignure? Ping est perdu. Il est sa propre peste. Car un âne qui se moque du tas de foin qui l’a nourri hier est condamné à être abattu.

Feumba Samen

 

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !