Philippe Mangou devant les militaires du RDR: "Pourquoi j’ai fui pour me réfugier à l'ambassade d'Afrique du sud"

Dans une vidéo postée sur facebook hier, dans laquelle on voit l’ancien chef d’Etat-major de l’armée s’expliquer devant une foule de personnes ressemblant à des militants du RDR, Philippe Mangou a expliqué pourquoi il s’était réfugié à l’Ambassade d’Afrique du Sud avec femme et bagages.

Mercredi 16 Mars 2016 - 22:19


Philippe Mangou est-il pressé de témoigner ou, au contraire, l’annonce de son témoignage à la CPI le perturbe-t-il ? En tout cas, dans une vidéo qu’on a quelque mal à dater mais dans laquelle il évoque lui-même sa fuite vers l’ambassade d’Afrique du Sud, l’ancien chef d’Etat-major s’épanche devant une foule qui ressemble à une assemblée de militants du RDR. Tenue immaculée, micro en main et faisant de grands gestes, Mangou explique et tente de convaincre cette foule qui ne peut guère se concentrer en raisons des pleurs incessants d’enfants. Les mères tentant ensuite comme elles le peuvent pour les calmer. En vain. C’est donc dans cette ambiance, un tantinet chaotique, que le général de corps d’armée a tenté d’expliquer les derniers moments de sa vie de chef d’Etat-major des FDS. La caméra est fixe et ne permet pas de savoir si la cérémonie a eu lieu à Abidjan ou, au contraire, au Gabon, encore moins quelles sont les circonstances exactes. L’extrait, lui, parle des derniers instants de Mangou à la tête de l’armée. Il y explique donc qu’après avoir demandé au président Gbagbo de démissionner, celui-ci lui avait répondu qu’il a noté et qu’il a « sa petite idée làdessus », il a attendu les instructions de l’ancien chef de l’Etat. C’est en ce moment qu’il voit à la télévision une bande déroulante annonçant son discours. « J’attends des instructions qui ne viennent pas et après, je vois une bande déroulante sur la télévision annonçant que le chef de l’Etat va faire une déclaration. Je me dis, bon, il va peut-être annoncer sa démission. Et j’attends et rien ne se fait », explique Mangou. Alors, dit-il, il s’en ouvre à l’Amiral Vagba Faussignaux, venu le voir dans son bureau. « Je lui ai dit, Amiral j’ai discuté avec le président Gbagbo qui m’a dit de ne rien dire à personne. Mais comme, c’est toi  je vais te faire part de ce qu’il m’a dit. J’ai discuté avec le Président Gbagbo et  voici la réponse qu’il m’a donnée, c’est pour voir si tu es encore dans la confidence.  Et depuis, rien jusqu’à ce que  ma résidence soit attaquée  et c’est moi qui ai donné l’ordre aux militaires de quitter la ligne de front  pour rentrer chez eux, mais en ordre ». Mais dès cet instant, le chef d’Etat-major va nourrir le projet d’une demande d’asile. Il choisit l’Afrique du Sud dont il connait l’ambassadeur qu’il a déjà rencontrée chez Evariste Méambly, cadre PDCI rallié à l’poque à la mouvance présidentielle. « J’ai  quitté le palais  et j’ai  dit à mon épouse que je viens dans 15 minutes. J’ai aussi demandé qu’elle prenne ce qu’elle peut prendre comme affaires. De Cocody à Yopougon, tout était mélangé et j’ai croisé l’Ambassadeur de l’Afrique du sud chez Meambly. On était le 30 mars. Je lui ai demandé  si je pouvais demander un départ en exil en Afrique du sud. Je suis resté dans les locaux de l’ambassade du 1er au 3 avril » L’extrait de la vidéo s’arrête là. De sorte que l’on ne sait pas ce que Mangou a dit de son retour à la tête de l’armée après avoir été reçu par le président Gbagbo, quelques jours seulement avant sa chute. C’est pourquoi nous re-proposons le texte d’un officier des FRCI qui explique, selon lui, pourquoi Philippe Mangou s’est réfugié à l’ambassade d’Afrique du Sud avant de réapparaître. En attendant, l’extrait montre que l’ancien chef d’Etatmajor a déserté les rangs après avoir demandé aux soldats de quitter les lignes de front. Et qu’il est revenu chez Gbagbo après être parti. Pourquoi tous ces vaet-vient ? Assurément le contre-interrogatoire à la CPI va étancher notre soif de vérité. En attendant, Mangou a montré qu’il est resté dans la confidence de Gbagbo jusqu’au dernier jour. Il a pourtant fait croire qu’il y avait une hiérarchie parallèle qui le contournait. Mais le général de corps d’armée n’est pas à une contradiction près, puisqu’il a été l’un des premiers à avoir fait allégeance à Gbagbo avant de lui demander, selon ce qu’il raconte, de démissionner


Sévérine Blé

 

Mangou:« J’ai demandé à l’ambassadeur si je pouvais obtenir l’asile »


"(...) Il m'a dit simplement, j’ai noté. J’ai ma petite idée dessus. Et donc j’attendais les instructions qui  ne viennent pas. Après, je vois une bande déroulante qui passe sur la télé annonçant que le Chef de l’Etat va  faire une déclaration  à la nation. Je dis bon , il va peut-être annoncer sa démission  et j’attends et rien ne se fait . Et puis, c’est l’Amiral Vagba qui est venu me voir au bureau. Je lui ai dit Amiral, j’ai discuté avec le Président Gbagbo qui m’a dit de ne rien  dire à personne. Mais comme c’est toi,  je vais te faire part de ce qu’il m’a dit. J’ai discuté avec le Président Gbagbo et  voici la réponse qu’il m’a donnée, c’est pour voir si tu es encore dans la confidence.  Et depuis rien jusqu’à ce que  ma résidence soit attaquée. Alors c’est moi qui ai donné l’ordre aux militaires de quitter la ligne de front  pour rentrer chez eux , mais en ordre . Et j’ai  quitté le palais  présidentiel. Avant, j’ai  dit à mon épouse que je viens dans 15 minutes  et qu’elle doit prendre ce qu’elle peut prendre comme affaires. De Cocody à Yopougon, tout était mélangé. J’ai croisé l’Ambassadeur de l’Afrique du sud chez Méambly et c’est elle qui va faire le compte-rendu  à l’Union Africaine. On était le 30 mars, je lui ai demandé si je pouvais faire une demande d’exil en Afrique du sud. Je suis resté à l’ambassade du 1 au 3 avril. »
Source : vidéo mise en ligne sur facebook


Source; AUJOURD'HUI N° 1074 du mardi 15 mars 2016




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !