Peut-on en vouloir à ceux qui rentrent au pays après trois ans d'exil? Par Ben Zahoui-Dégbou

Lundi 3 Février 2014 - 04:33


Marcel Gossio, un ex-exilé politique sous le régime Ouattara
Marcel Gossio, un ex-exilé politique sous le régime Ouattara
Depuis quelques mois, des personnalités politiques d’envergure rentrent un à un au pays. Certains en fanfare avec l’appui logistique et médiatique du régime en place à Abidjan. D’autres par contre, rentrent presqu'en cachette. Ces derniers ont certainement raison, puisqu'ils sont partis du pays en cachette, sans tambour ni trompette. C’est une question de logique et de parallélisme des formes. Dans les deux cas, des amis politiques de longue date de Laurent Gbagbo retournent au pays pour, disent-ils, répondre à l’appel de Alassane Dramane Ouattara. Celui-ci leur demande de venir participer au processus de réconciliation nationale. Ceux qui répondent favorablement à cet appel, ont certainement des raisons respectables différentes, les unes des autres. Des raisons qui motivent leurs choix. Nous sommes face à une fraction impropre (pour exemple 10/3 en est une) où  le numérateur (10) est plus important que le dénominateur (3).
Le terme générique de participer à la réconciliation nationale que Ouattara veut, à tout prix sans Laurent Gbagbo, constitue le dénominateur commun des raisons qui expliquent officiellement le choix des exilés politiques  qui rentrent en ce moment au pays. Naturellement, dans cette affaire, le numérateur, de loin le plus important, dépend de plusieurs paramètres qui sont mis sous silence pour des raisons évidentes. Ces paramètres sont les suivant :
·         Les ambitions politiques personnelles. Certains se voient déjà ministres dans un gouvernement d’union nationale. D’autres, candidats à l’élection présidentielle de 2015 alors que la libération de Laurent Gbagbo doit être un préalable non négociable à la participation du FPI à cette élection. Il faut laisser Ouattara vaincre sans périr et triompher sans gloire avec ses Dozos et Frères Cissé (FRCI).
·         Le nombre de biens immobiliers et d’hectares d’hévéa, de palmier à huile, de cacao, etc. Il y en a qui ont au moins 1000 à 3000 ha de ces cultures de rente. Où ont-ils enlevé l’argent pour faire ces plantations industrielles ? Forcement dans les caisses de l’Etat. Nos parents, grands parents ou arrières grands sont tous d’origine paysanne. Il n’y a pas de tradition de « famille industrielle » en Côte d’Ivoire.  Les Billon, Arnaud, Brevet, Martin, Chirac et autres, sont des Français qui ont épousé des Ivoirienne et ont construit petit à petit leurs richesses depuis l’époque  coloniale.
·         Les contenus bien fournis des comptes bancaires avec la promesse ferme de leurs dégels comme  appât alléchant pour les « gros poissons ». Sur ce sujet, il faut rappeler que trois mois, après l’arrestation de Laurent Gbagbo par l’armée française, quelques uns de ses très proches collaborateurs bien connus, ont choisis sans état d’âme, leurs comptes bancaires et immenses biens matériels, au détriment de leur bienfaiteur de toujours, en allant se prosterner au pieds deOuattara. Il parait que l’un de ces traites n’aime pas le néologisme pro-Gbagbo. Ce qui est tout à fait normal, puisse qu’il ne l’est plus. Pro-Gbagbo veut tout simplement dire partisan de Gbagbo, qu’il soit ancien ou nouveau, FPI ou pas, riche ou pauvre, Ivoirien ou étranger.  
 Ouattara a personnellement donné des garanties  aux exilés politiques qui ont de gros intérêts de les retrouver une fois au pays, son intention étant bien évidemment d’isoler davantage, à tout prix, Laurent Gbagbo, soutenu par une grande partie des Ivoiriens qui ne jurent que par lui. Ses amis de la communauté internationale, notamment les Etats Unis d’Amérique se sont rendus à l’évidence. Ils ont maintenant compris que sans la libération des prisonniers pro-Gbagbo (environ 650), sans l’implication directe, de leur leader,  sans le retour au pays des exilés politiques et réfugiés, riches ou pauvres, dans le processus de réconciliation nationale, la paix en Côte d’Ivoire, à court et long terme, est impossible.  Ils savent aussi que sur le plan sociopolitique, le pays d’Houphouët Boigny,  est assis sur une grande bombe à retardement, à l’image de ce qui se passe actuellement en Centrafrique. Malgré les apparences trompeuses de sérénité du régime dictatorial d’Abidjan, la réalité est implacable. A tout moment, tout peu se dégrader et la présidentielle qui est déjà proche, peut servir d’élément déclencheur si les conditions d’un climat de paix ne sont réunies avant cette échéance.
Ouattara sait qu’il fonce tout droit dans le mûr et sa seule alternative, aujourd’hui, est de faire la paix avec les partisans de Laurent Gbagbo où qu’ils se trouvent. Il est obligé de libérer tous les prisonniers  et de favoriser le retour des exilés politiques. D’après son bras droit, Hamed Bakayoko, même Koné Katinan, porte parole de Laurent Gbagbo, qui, il n’y a pas longtemps, a été traqué physiquement et psychologiquement, pendant deux ans  à Accra, peut maintenant rentrer au pays, sans danger. Cette bonté soudaine et débordante, difficile à croire, souffre naturellement d’une suspicion  légitime.
Dans la situation actuelle, Ouattara doit certainement regretter d’avoir déporté Laurent Gbagbo à la CPI.  L’avenir du célèbre prisonnier de la Haye, contre qui, la désormais tristement célèbre procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a du mal à réunir des preuves tangibles,  ne dépend plus de lui.  Il est maintenant obligé, malgré lui, d’entreprendre des négociations directes avec son opposition significative, et de faire des démarches souterraines pour faire rentrer au pays des cadres LMP et FPI. Rappelons en passant que dans un passé très récent, les plus « résistants et dangereux » parmi ces exiles, étaient enlevés et  ramenés de force au Dramanstan, au mépris des règles du droit international,  avec des menottes aux bras, torturés sans état d’âme avec du fer rouge et du courant électrique, à la DST,  sous le fallacieux délit d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Que s’est-il donc passé, entre temps, pour que Ouattarachange du coup, de méthode d’approche pour asseoir son pouvoir dictatorial. Son attitude actuelle ne peut que s’expliquer par son impuissance à diriger la Côte d’Ivoire, la pression de la communauté internationale et la recherche vaine d’une certaine légitimité auprès des Ivoiriens.

OUATTARA TOUJOURS A LA RECHERCHE VAINE D’UNE CERTAINE LÉGITIMITÉ.

Après trois ans au palais présidentiel, Ouattara a toujours du mal à asseoir sa légitimité.  Selon Le Petit Larousse, «  la légitimité  est la qualité de ce qui est fondé en droit, en justice ou en équité ». A partir de cette définition, on peut affirmer sans risque de se tromper que nôtre « Président », n’a jamais eu le droit avec lui, pour la simple raison qu’il est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat sanglant. Il n’a pas, par conséquent, la légitimité qui s’appuie sur l’autorité de celui qui est élu par le peuple. Cette autorité que donne le peuple à son élu, à son leader, est justement assise sur des bases juridiques, éthiques ou morales. La légitimité permet donc à l’élu de recevoir le consentement du peuple. Les Ivoiriens aiment Laurent Gbagbo et il a toujours eu leur consentement car  c’est un homme du peuple. C’est aussi un grand Tribun de la Plèbe.
Depuis le coup d’Etat du 11 Avril 2011, Ouattara, quant à lui, n’a que le consentement réel de 27 %  des Ivoiriens.Ce chiffre sort des résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2010. Le soutien des militants du PDCI/RDA qui ont voté pour lui, au deuxième tour, n’était que circonstanciel. D’ailleurs, aujourd’hui, ils doivent certainement regretter leur choix avec la politique du « rattrapage ethnique » de Ouattara qui ne privilégie que les ressortissants du Nord du pays. Les militants du plus vieux parti politique de notre pays, ont vu la manière arrogante et méprisante, avec laquelle, Ouattara a géré leur partenariat aux élections législatives, municipales et régionales.  Dans le fond, l’élu de la communauté internationale est toujours à la recherche de sa légitimité auprès du peuple d’Eburnie dont une partie significative est en exil en Afrique et en Europe.
Cette frange de la population qui est à l’extérieur du pays, constitue sans aucun doute, une force politique. Elle met davantage en mal la légitimité déjà sérieusement effritée du président du Rassemblement de Républicains (RDR).  Ouattara a aussi, la pression de la France et des Etats Unis qui lui demandent de créer les conditions d’une paix durable en Côte d’Ivoire. C’est pour cela qu’il est obligé de faire la chasse aux « grosses têtes » de son opposition en exil. N’oublions pas qu’avant son virage à 190°, Ouattara est passé par des intimidations de toutes formes et des tentatives d’assassinats. Pour exemple, la police ghanéenne en a déjoués une bonne partie. Il y a eu des morts suspectes à Accra et à Lomé. Les preuves existent et des témoignages ont été faits dans ce sens. Pour mémoire, un rapport d’experts indépendants des Nations Unies a parlé des tentatives d’assassinats, il y a quelques mois.

LE RETOUR AU PAYS EST DEVENU UN ACTE POLITIQUE.

Ouattara utilise donc tous les moyens pour atteindre ses objectifs et  aujourd’hui, chaque retour au pays d’un cadre LMP ou FPI, est considéré comme une victoire politique pour lui et son camp, même si la constitution est claire sur cette question. Aucun Ivoirien ne peut être contraint à l’exil. Le fait qu’il y a encore de nombreux exilés politiques et militaires dans les pays de la région ouest africaine, notamment au Ghana, fragilise le pouvoir d’Abidjan et  enlève une certaine légitimité à Ouattara.  Le retour au pays devrait en principe, s’inscrire dans le cadre global des résultats des discutions de la direction du Front Populaire Ivoirien  (FPI) avec le gouvernement. Ce qui est en ce moment  gênant, c’est que le retour au pays des amis de Laurent Gbagbo se fait de façon individuel et désordonnée.  Sur cette base, il  peut être considéré à juste, comme une trahison de la cause commune qui est  la libération de tous les prisonniers politiques, notamment de Laurent Gbagbo et l’instauration d’une justice impartiale et d’une véritable démocratie en Côte d’Ivoire.
 Ouattara « pêche de gros poissons » dans le marigot du célèbre prisonnier de la Haye  et parade avec eux dans les couloirs de la présidence, dans une ambiance de compromissions  souterraines. La direction du FPI ne fait que constater malheureusement les dégâts. Laurent Gbagbo est encore en détention et ses amis qu’il a pour la plupart «  fabriqué  de toute pièce », c’est peu le dire, devraient en principe tenir compte de sa situation, avant de poser tout acte qui, de toutes les façons ne peut qu’avoir une connotation hautement politique visible. Ce serait une sorte de reconnaissance légitime et surtout,  une affirmation rassurante des idéaux qu’ils ont défendus ensemble, avec leur leader qui, soit dit en passant, n’a jamais reconnu sa défaite à l’élection présidentielle de 2010.
Tout le monde sait, qu’en politique tout est question de rapport de force. Et justement, au Ghana, la communauté des exilés, constitue une force extérieure qui pèse lourd dans le dialogue gouvernement-FPI. Le Dr Assoa Adou, le responsable politique de cette communauté et son équipe, au pays de Kouame N’Kruma, en lien avec la direction du FPI à Abidjan qui a envoyé récemment une mission à Accra et à Lomé, n’a encore donné aucun mot d’ordre dans le sens du retour au pays. Et c’est une bonne attitude car le sujet doit être traité politiquement.
 De toutes les façons, les exilés et réfugiés pro-Gbagbo qui, pour la plupart broient du noir dans les camps du HCR,  ne veulent pas rentrer en Côte d’Ivoire, tant que Laurent Gbagbo est encore en prison et tant que Ouattara est au pouvoir. Deux raisons fondamentales, intimement liées qui donnent à ces hommes et femmes de conviction, la force morale et psychologique de résister à toute épreuve, hors de leur pays natal. Logiquement, le fait de rentrer au pays, est un acte  libre et individuel. Mais aujourd’hui il est devenu politique. Ceux qui considèrent ce retour comme une haute trahison, ont  le droit et la liberté de le juger sur la base de leurs propres choix qui est celui de rester en exil.  Dans les conditions actuelles,  ils ont raison. La Côte d’Ivoire est comme une grande cocotte minute. La seule solution viable et  qui peut faire baisser la pression en Côte d’Ivoire de façon considérable et durable, est sans aucun doute, une loi d’amnistie générale et la libération de Laurent Gbagbo.


Ben Zahoui-Dégbou
Géographe, Journaliste Spécialiste de Géopolitique et de
Médiation Institutionnelle

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !