Pendant que les travailleurs souffrent Ouattara achète des armes

Jeudi 11 Avril 2013 - 09:03


Pendant que les travailleurs souffrent Ouattara achète des armes
Plus  de 30 milliards de Fcfa dans les dépenses militaires. Un budget au cœur duquel les achats d’armes occupent une place de choix. Pendant que les Ivoiriens souffrent, Ouattara se surarme, pour protéger son fauteuil. Des sommes immenses investies pour se maintenir au pouvoir, alors que le régime Ouattara n’a toujours pas d’argent pour faire face aux revendications des enseignants, des fonctionnaires, des médecins… Mépris? Face à la presse récemment, à l’occasion du bilan de ces 100 jours à la Primature, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, par ailleurs ministre de l’Economie et des Finances, a pendant près de deux heures d’horloge, indiqué la bonne santé de l’Economie ivoirienne. Avec des prévisions de croissances qui font rêver. Mais en face, dans le bas peuple et dans le monde du travail, les fonctionnaires ivoiriens à qui promesses de revalorisation salariale avaient été faites, attendent et continuent d’attendre. Las d’attendre et de lancer des préavis de grèves, les travailleurs de la Fonction publique, précisément des  secteurs de la santé, de l’Education et formation ont décidé de paraly - ser non seulement l’Ecole publique depuis le 08 avril 2013, mais aussi la  Fonction Publique à partir du 22 avril 2013. Dans un contexte où le gouvernement Duncan peine à concrétiser ses promesses, qu’une source bien introduite au sein de la Banque mondiale et du Fmi fait des révélations de tailles. Entre autres révélations, un dépassement «l’affaire de 30, 20 milliards de Fcfa  au niveau des dépenses de fonctionnement des services» , comme constaté par la dernière mission du Fonds monétaire International et la Banque Mondiale. Quand on interroge des membres du gouvernement sur ce dossier, dans un premier temps, ils bottent la question en touche en disant que M. Michel Lazare, le Chef de la mission avait déjà répondu à cette question «en disant qu’il n’avait pas vu un tel chiffre lors de la mission». Et pourtant, il est écrit dans une note conjointe  du Fonds monétaire international (Fmi),de la Banque mondiale (Bm) et du gouvernement ivoirien, à l’issue de la dernière mission d’évaluation : «Les dépenses de fonctionnement des services ont enregistré un dépassement (+30,2 milliards de Fcfa) lié essentiellement à des dépenses additionnelles pour la sécurité. Les dépenses d’investissements, en nette progression par rapport à 2011 (+323,6 milliards de Fcfa) sont ressorties à 615,8 milliards de Fcfa contre un objectif budgétaire de [667,5] milliards de Fcfa (soit un taux de réalisation moyen de [92,2]%), dont 506,7 milliards de FCFA d’investissements financés sur ressources intérieures». Ce qui voudrait dire qu’il y a de l’argent et qu’on peut répondre à certaines revendications des travailleurs. Un leader syndical que nous avons approché après avoir pris connaissance de ces chiffres, ne manque pas de dénoncer la mauvaise foi du gouvernement qui est en train de les mener en bateau. «Face à nos revendications, le gouvernement nous mène non seulement en bateau en déplaçant les problèmes et en faisant des ponctions sur nos salaires. Mais nous sommes sereins et très déterminés à aller jusqu’au bout. Gnamien Konan parle même de la nouvelle grille salariale et nous attendons de voir clair». En effet, l’une des diligences de la dernière mission d’évaluation du Fmi et de la Banque mondiale a été d’avoir des explications sur la gestion de la masse salariale de la Fonction Publique. Précisément «L’effectif des enseignants bénévoles intégrés à la Fonction publique et les perspectives de recrutement au niveau du secteur éducation-formation. Le point des recrutements au niveau des autres corps de métier en 2012. L’impact financier de la réforme de la Cgrae en 2012 et 2013. L’état d’avancement du cadre stratégique des réformes administratives» (…) La réponse du gouvernement aux Institutions de Bretton Woods, laisse entrevoir que pour l’instant, il n’a pas de solution aux revendications des fonctionnaires et agents de l’Etat. Notre source, très formelle, donne la réponse du gouvernement Duncan qui est la suivante : «S’agissant des arriérés, le Gouvernement souhaite payer l’intégralité des engagements à l’horizon 2014. Concernant la seconde catégorie des revendications, il est envisagé d’accorder 400 points d’indice aux médecins et 150 points d’indice aux autres agents de la santé. Pour éviter une généraliation des revendications salariales, le gouvernement envisage d’adopter une nouvelle grille salariale plus équitable (à année d’étude égale et diplôme égal, accorder un salaire de base égal). Un audit de la masse salariale est envisagé par le ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative (Mfpra)». Spéculation politicienne ou fuite en avant ?  

Bamba Mafoumgbé

Le Temps  N ° 2 8 7 3  du  M E R C R E D I  1 0 AV R I L  2 0 1 3




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !