Pendant que les Ivoiriens ont faim / Hamed Bakayoko sable le champagne et arrose des DJ de billets de banque

Vendredi 25 Octobre 2013 - 07:35


Pendant que les Ivoiriens ont faim / Hamed Bakayoko sable le champagne et arrose des DJ de billets de banque
Il  n’a eu de cesse de dire que Ouattara ne vise que le bien- être des Ivoiriens. Mais au vu de telles images, on voit enfin la réalité de la vie que mènent ceux qui prétendent travailler pour nous. De toutes façons, il n’y a pas un seul jour qui n’apporte son lot de détournements, de passation de marchés dans des des gré à gré devenus la norme de passation de marchés publics en Côte d’Ivoire. Or, aucune de ces personnalités prises la main dans le sac n’a jamais été sanctionnée. L’arrivée de Ouattara au pouvoir dans notre pays symbolisait pourtant la fin de l’impunité en Côte d’Ivoire et des passe-droits. Du moins dans la bouche des journalistes occidentaux et ceux de la ouattarandie. Cela dit, le cliché montrant le ministre d’Etat « travailler sur un DJ » révèle aussi l’insouciance de ceux qui nous gouvernent. Dans un pays où l’insécurité continue d’être une préoccupation quotidienne, avoir un sécurocrate qui affectionne autant les virées nocturnes dans des boîtes de nuit n’a rien de rassurant. Surtout qu’avant-hier, des clans rivaux de FRCI se sont tirés dessus au camp militaire BAE de Yopougon et que le groupe d’insurgés s’est évanoui dans la nature avec des armes de guerre. D’ailleurs le chef de l’Etat encourage visiblement ce genre d’attitudes puisqu’il s’est permis, en début de mandat d’acheter 40 nouvelles mercedes rutilantes à ses ministres alors que la plupart de ses cadres avaient déjà mis la main sur tous les véhicules administratifs qu’ils utilisaient. Au - cune des personnalités ayant travaillé avec l’ex-président n’avait en effet subtilisé quelque véhicule que ce soit. La suite, on la connait. La ville d’Abidjan fut alors envahie de hammer de toutes sortes et d’autres grosses cylindrées. Cette tentation à la fête a aussi  été dénoncée par un rapport du FMI qui a pointé les folles dépenses de communication dans les ministères. Le gouvernement peine pourtant à assurer le quotidien de la nation. Les dirigeants de la fédération ivoirienne de football ont organisé hier une conférence de presse pour déplorer la situation d’extrême urgence dans laquelle ils sont plongés en raison des retards accusés dans la mise en place des bud - gets destinés aux financements des compétitions auxquelles participe la Côte d’Ivoire. En juillet dernier, le gouvernement n’a viré les salaires des fonctionnaires que le dernier jour du mois, créant un vent de panique  jamais expérimenté dans le pays. Les caisses de l’Etat sont donc exsangues et les voyages du chef de l’Etat ne suf - fisent plus à rassurer les Ivoiriens qui craignent pour leur avenir.  C’est pourtant ce moment que le clan au pouvoir a choisi pour se montrer à des fêtes privées arrosées de champagne. D’ailleurs Hamed Bakayoko serait lui-même propriétaire de nombreuses boîtes de nuit de ce type. Preuve que la morale n’est pas une préoccupation du pouvoir. Pourtant, la chantre  atti - trée de la ouattarandie et ancienne ministre de la salubrité avait mis un point d’honneur à détruire « La rue princesse » de Yopougon. Cette rue déjà célèbre, avait valu toutes sortes de réflexions désagréables à Laurent Gbagbo qui, voulant démontrer à ses amis socialistes qu’il était possible de se promener à Abidjan la nuit, y avait fait un tour en leur compagnie. Ce qui l’avait condamnée à la destruction. Ainsi, Anne ouloto et son équipe n’avaient pas fait de quartier à leur arrivée, détruisant la rue au grader. Un tel pouvoir peut-il, logiquement,  laisser ses cadres écumer les boîtes de nuit ? Le fait est qu’avec ce régime, le double discours donne lieu de vision politique globale. ▄

Sévérine Blé

Source: Aujourd’hui / N°489 du Jeudi 24 Octobre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !