Passation des marchés publics Coulibaly Non Karna, ANRMP : «Je préfère un gré à gré sincère à un appel d’offres...»

Le président de l’Autorité nationale de régulation des marchés publics (ANRMP), Coulibaly Non Karna, a décliné samedi 10 août 2013, au siège de l’ONG ALACO sis à la Riviera Palmeraie, les grandes lignes des actions de sa structure en vue d’assurer la transparence dans les marchés publics.

Mardi 13 Août 2013 - 19:35


Passation des marchés publics Coulibaly Non Karna, ANRMP : «Je préfère un gré à gré sincère à un appel d’offres...»
«Les marchés publics sont-ils bien passés en Côte d’Ivoire ? Y-a-t-il des acteurs pour en assurer la bonne gouvernance ?» C’est par ce questionnement que M. N’Zi Nicaise Alexandre Moro, président de la ligue africaine contre la corruption (ALACO) a planté le décor, relevant que le secteur des marchés publics – qui gouverne notre politique d’investissement donc de création d’emploi – donne parfois des frayeurs quand on regarde ce qui y est fait par moments.  Répondant à ces questions, le président de l’ANRMP s’est employé tout le long de son exposé à montrer que sa structure est «un instrument de bonne gouvernance dont les principes sont la primauté du droit, l’obligation de rendre compte, l’efficacité et l’efficience, la transparence.» Le marchés publics sont régis par des procédures rigoureuses que l’ANRMP est tenue coûte que vaille de faire res - pecter, à entendre Coulibaly Non Karna qui cite en exemple quelques unes des 64 décisions prises en deux ans par sa structure annulant entre autres des actes ministériels. «Nous agissons sans état d’âme. Bien que nous prenions des coups, nous sommes chaque jour debout pour nous aussi en donner. Personne ne peut nous empêcher de parler. C’est par les actes que allons lutter efficacement contre la corruption et non par des affiches», soutient-il, désavouant au passage le secrétariat national à la bonne gouvernance et au renforcement des capacités qui entreprend actuellement une campagne de communication évaluée à plus de 81 milliards de FCFA.
«L’appel d’offres ouvert est la règle générale» Interrogé sur le gré à gré qui devient la norme en matière de passation des marchés publics sous le régime Ouattara, en lieu et place de l’appel d’offres ouvert, le président de l’ANRMP a indiqué qu’avant de se prononcer sur la question, tous les contrats mis à l’index sur la période 2011-2013 seront audités par sa structure. Après quoi l’ANRMP pourra faire des propositions pour amé - liorer la loi sur les passations de marchés publics. Mais il prévient déjà que si l’appel d’offres est la règle générale, ce n’est pas toujours que cette procédure est productive. L’administration qui passe la commande peut opter pour l’appel d’offre restreint dans certains cas ou être amener à faire du gré à gré. Une telle décision peut être gui- dée, au dire de Coulibaly Non Karna, par une situation de monopole au niveau des entreprises susceptibles de soumissionner ou des cas d’urgence impérieuse ou la disponibilité de l’investissement préalable qui porte sur des montants importants. C’est ce dernier cas qui a prévalu en Côte d’Ivoire ces dernières années, selon lui. «Je préfère le gré à gré à un appel d’offres pour faire bien. Parfois il y a de faux appels d’offres qui font plus mal», conclut-il.
Faire de la bonne gouvernance une religion 53 ans après les indépendances, interpelle le président de l’ONG ALACO, N’Zi Nicaise Alexandre Moro, le développement auquel aspirent les Etats africains, notamment la Côte d’Ivoire, reste hypothétique. Et il y a de quoi perdre espoir parfois, au regard des richesses dont disposent les Etats du continent. Tant au plan humain, économique que financier et social. Aujourd’hui, fait-il remarquer, les populations souffrent, particulièrement la jeu - nesse qui est confrontée à d’énormes difficultés en matière d’emploi. «Des solutions sont possi- bles. Il s’agit en effet de faire de faire de la bonne gouvernance une religion. Cela suppose que nous devons lutter efficacement contre la corruption et respecter les règles établies en matière de gestion des deniers publics», soutient N’Zi Nicaise Alexandre Moro.

Par Emmanuel Akani

Source: Le Nouveau Courrier N° 850 Du Lundi 12 Août 2013





Dans la même rubrique :
< >

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !