Palabres au sein du Rhdp: Les enjeux d’un divorce menaçant

Le partage des têtes de liste en vue des élections locales a mis au grand jour les profondes divergences au sein du Rhdp. Notamment entre le Pdci et le Rdr.

Lundi 18 Mars 2013 - 00:15


Palabres au sein du Rhdp: Les enjeux d’un divorce menaçant
Les partis membres de l’alliance politique dénommée Rhdp vont en rangs dispersés aux élections locales. Ils n’ont pas pu s’entendre sur le partage des têtes de liste aussi bien pour l’élection des conseils régionaux que des mairies. Le Pdci n’a pas accepté cette fois-ci le diktat du Rdr. En réalité, les cadres du Pdci ont tenu tête à Bédié qui, lui, s’est senti contraint à plier une fois encore l’échine devant Ouattara en acceptant de donner les têtes de liste au Rdr dans les zones qui sont traditionnellement favorables au parti d’Houphouet. Le secrétaire général par intérim du Rdr, Amadou Soumahoro, s’était d’ailleurs montré très arro - gant pendant les négociations entre le deux alliés : « Le Pdci ne représente plus rien sur le terrain », avait-il martelé pour contester au Pdci ce que ce parti appelle ses zones traditionnelles. De sorte qu’on a l’impression que le Rhdp ne pourra pas survivre aux élections locales prochaines.

Le Pdci peut-il se défaire du Rdr ?


Mais le Pdci peut-il se défaire du Rdr et sortir du pouvoir avec la perte de tous les avantages y afférents ? C’est la question que nombre de personnes se posent. Si on se réfère à ce qui s’est passé lors du vote de la nouvelle loi sur le mariage, cette question se justifie. Quand le projet de loi est arrivé sur la table de l’Assemblée nationale, le Pdci avait décidé de ne pas la voter en l’état et avait, par conséquent, convenu de faire des amendements. Mais, dès que le Rdr a menacé de dissoudre le gouvernement, le Pdci est entré dans sa coquille. Il a immédiatement retiré son projet d’a - mendements et a voté la loi en l’état sans autre forme de procès. Le Pdci a eu peur de perdre les avantages que lui procurent les couloirs du pouvoir qu’il serpente quotidiennement aux côtés du Rdr. Cette attitude du Pdci lors du vote de la nouvelle loi sur le mariage donne raison à ceux qui émettent des réserves sur la capacité du plus vieux parti de la Côte d’Ivoire à se défaire des griffes du Rdr.

Faire preuve de sursaut d’orgueil


Cependant, si cette réserve est justifiée, il n’est pas à exclure que le Pdci se ressaisisse et fasse preuve de sursaut d’orgueil pour mettre fin aux diktats du Rdr. Mais, pour cela, il lui faudra au préalable gagner les élections locales. Notamment les élections régionales qui reflètent mieux le suffrage universel. Une fois qu’il aura gagné ces élections, le Pdci prendra conscience de la force politique qu’il représente encore sur le terrain, contrairement à ce que déclare Amadou Soumahoro. Et le Rdr sera alors moins arrogant et comprendra que la perte du soutien du Pdci peut jouer sur la stabilité et la solidité de son régime.  
Les grandes questions qui divisent Des sujets opposent les deux “alliés”. Ce sont les questions de la nationalité et du foncier rural. S’agissant de la question de la nationalité, même si le fondateur du Pdci, le président Félix Houphouet-Boigny, est à l’origine de la création de la quasi-totalité des organisations sous-régionales, l’ambition première de ce parti qui a conduit la Côte d’Ivoire à l’indépendance a toujours été la fondation d’une Nation ivoirienne forte ayant sa propre identité à l’instar de toute nation digne de ce nom. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Pdci a refusé au président Houphouet-Boigny la double nationalité. Il serait donc difficile à ce parti de justifier demain, face aux Ivoiriens, son soutien et sa complicité dans le bradage de la nationalité ivoirienne. Il en est de même pour la question du foncier rural. C’est sous le régime du président Henri Konan Bédié que l’Assemblée nationale d’alors, qui était composée des principaux partis, dont le Pdci, le Fpi et le Rdr, a voté la loi sur le foncier rural. Et ce, après une large consultation nationale. Qu’est-ce qui pourrait alors expliquer que le Pdci se rende du Rdr d’un parti qui veut modifier cette loi qui garantit les intérêts de nos paysans tout simplement pour contenter des gens qui n’ont pas le droit d’être des propriétaires terriens en Côte d’Ivoire? Que dira-t- il demain au peuple ivoirien pour se justifier? Si, à ces questions fondamentales, on ajoute l’arrogance du Rdr, on peut affirmer que le mariage est menacé.

Boga Sivori

bogasivo@yahoo.fr

Notre Voie N°4368 du vendredi 15 mars 201 3





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !