Ouverture de la Convention extraordinaire du Fpi: L’Ombre de Gbagbo a plané sur les festivités

La 8ème convention extraordinaire du Fpi s’est ouverte hier au palais des sports d’Abidjan-Treichville dans une ambition d’espoir.

Samedi 22 Février 2014 - 22:01


Rassemblement de la 8 ème Convention
Rassemblement de la 8 ème Convention
La chanson « libérez Gbagbo notre président !» de Gadji Céli et les artistes résistants, a été le morceau choisi pour l’ouverture de la 8ème convention extraordinaire du Fpi tenue, hier, au palais des sports de Treichville (Abidjan). Le décor était ainsi planté. A savoir que loin des yeux, le président Gbagbo était, ce vendredi 21 février 2014, près du cœur des milliers de militants, sympathisants du Fpi et leurs invités présents. L’esprit de Laurent Gbagbo planait donc  sur la 8ème convention du parti dont il est le père-fondateur. Après cette note de gaieté sur fond de souvenir douloureux lié à l’incarcération arbitraire de Laurent Gbagbo à La Haye, la présidente de la 8ème convention extraordinaire du Fpi, Mme Agnès Monnet, a pris la place qui est la sienne à la table de séance. Elle est suivie de toute son équipe. Les travaux de la  convention pouvaient alors commencer. C’est l’allocution de bienvenue de la fédération Fpi Abidjan-sud, hôte de la céré- monie, lue par le fédéral Deloh Wognin qui ouvre la liste des intervenants. Il est relayé à la tribune par la pré- sidente de la 8ème convention extraordinaire, Agnès Monnet. Elle se réjouit d’abord de la forte mobilisation des militants et sympathisants du Fpi venus de toutes les contrées du pays. Mme Monnet adresse ensuite des salutations émouvantes à tous les militants rentrés d’exil. Elle situe l’importance du thème de la 8ème convention extraordinaire qui est : « Un Fpi engagé, fort pour une Côte d’Ivoire solidaire, libre, démocratique et souveraine ». Pour la présidente de la convention, ce thème revêt un intérêt capital. C’est ainsi que pour mieux le maîtriser, elle a fait appel aux compétences de l’ex-ministre, le professeur Kaka Kéké pour assurer la présidence du comité scientifique de la convention. Agnès Monnet s’est félicitée de toute l’équipe qui l’en- toure. Avant de demander l’indulgence des participants pour les désagréments qui pourraient être constatés ça et là. Le président du Fpi, le Premier ministre Pascal Affi Nguessan a dès l’entame de son intervention tenu à saluer la présence du corps diplomatique et de l’Onuci. Pour lui, leur présence à la convention du Fpi est un signe d’encouragement à poursuivre ses actions en faveur de la réconciliation. Le président Affi s’est également félicité de la présence des partis politiques « frères » et des mouvements de la société civile. Pour lui, il importe aujourd’hui de poser des actes forts montrant que la guerre est passée. Aussi a-t-il exhorté les acteurs de la classe politique à se donner la main et  prendre toute la mesure de la crise que traverse le pays, de regarder l’état actuel de la société pour donner un élan nouveau à la culture de paix au sein de la société ivoi- rienne. Le président du Fpi a, par- dessus tout, invité le gouvernement Ouattara à s’investir sérieusement dans la réconciliation en traduisant en actes concrets toutes les an- nonces faites  notamment celles indiquant qu’aucun exilé ne sera arrêté s’il décide de rentrer au pays. Pascal Affi N’Guessan a eu une pensée particulière pour le président Gbagbo ar- bitrairement détenu à la Cpi et à tous les autres prisonniers politiques dont Simone Gbagbo, Blé Goudé et Dibopieu Jean-Yves. Il a appelé à leur libération immédiate et au retour apaisé des exilés politiques.
Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr

 Source: Notre Voie N°4649 des samedi 22 & dimanche 23 février 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !