Ouattara inapte à gérer un Etat moderne

CIVOX. NET
Vendredi 3 Janvier 2014 - 08:40


Que de sang et de boucan.  Pour arriver au pouvoir ! Malgré son inaptitude à diriger un Etat moderne, du fait de son incompétence, de son impopularité, de sa préférence pour l’étranger plutôt que pour l’Ivoirien perçue très tôt et à cause de l’irrégularité de son cas vis-à-vis de la loi, Alassane Ouattara, président du Rassemblement des républicains (Rdr), est resté loin du fauteuil présidentiel de la Côte d’Ivoire pendant longtemps. Surtout, il a constitué durant plus d’une décennie, le cauchemar de ce pays, qui tardait à comprendre que la paix des armes était synonyme de sa présence au Palais présidentiel. Il a convaincu la communauté internationale, notamment la France, qu’il savait mieux gérer que Henri Konan Bédié, Robert Guéi, et Laurent Gbagbo. Son prétexte : avoir été directeur général adjoint du Fonds monétaire international (Fmi). Poste qui lui a permis de tisser des relations de complaisance avec des dirigeants africains courtisans, en quête de prêts pour sauver leurs Etats vivant dans la précarité. Se prenant de ce fait pour un dieu, Ouattara a voulu forcer la main aux Ivoiriens qu’il veut gouverner à tous les prix. Sinon, il va « mélanger le pays » , le « rendreingouvernable» . Promesse qu’il a proprement tenue, selon son principe de ne tenir que les promesses de destruction. Le coup d’Etat du 24 décembre 1999, a été réalisé pour corriger un Henri Konan Bédié qui lui faisait la guerre à coups de mandats d’arrêt internationaux. Le Général Robert Guéi qui a pris le pouvoir, essuiera plusieurs feux pendant sa présidence, parce qu’il n’a pas fait la part belle à Ouattara qui avait promis de frapper le pouvoir Bédié quand il sera « mûr » et il tombera. Laurent Gbagbo qui gagne les élections de 2000, s’est vu coller une rébellion sanglante après la tentative de coup d’Etat du 19 septembre 2002. Une rébellion qui, durant près de dix ans, a été pour Ouattara, l’instrument de pression, de terreur et de conquête du pouvoir que, selon le Conseil constitutionnel, les urnes ne lui ont pas donné.  La Côte d’Ivoire a donc connu un drame particulier pour que Ouattara, candidat exceptionnel grâce au Président Laurent Gbagbo, arrive au pouvoir. C’est pourquoi le sang versé et le traumatisme vécu par les Ivoiriens méritaient une gestion et une gouvernance élégante du nouveau chef de l’Etat qui se présentait d’ailleurs, comme étant le candidat-Solution des présidentielles 2010. Mais au bout des trois années qu’il a passées à la tête du pays, seul le cercle de profiteurs de la politique de « rattrapage » de Ouattara, dira qu’il lui a apporté un changement qualitatif. Il a excellé en dictature, avec de graves violations des droits de l’Homme, sans cesse dénoncées par des organisations de défense des droits humanitaires. Plusieurs charniers ont été découverts, no- tamment à l’Ouest, sans que cela n’ait fait l’objet d’une enquête achevée, ou même d’une déclara- tion vraiment émue du gouverne- ment. Les dozos et éléments Frci souvent responsables de ces crimes ne sont pas inquiétés, d’autres mêmes sont promus. L’injustice, l’impunité et «la justice des vainqueurs » règnent en Côte d’Ivoire. Si la situation sécuritaire est si délabrée, on pouvait espérer qu’au plan économique, où il jouit d’une présomption d’expérience, Ouattara fasse preuve de talent annoncé. Que non ! A ce niveau, les blâmes sont tous azimuts. Ce sont les femmes « Dioula » , les commerçantes, qui, sur les marchés, ont inventé le concept de « Gbagbokafisa » , c’est-à-dire « Gbagbo est mieux » . Parce que sous Ouattara, l’homme-solution, le commerce nourrit difficilement le commerçant, le panier de la ménagère étant devenu un sachet de condiments. Concernant la grande économie, le chef de l’Etat manque d’inspiration et de prouesse. Il endette le pays au-delà du raisonnable. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (Fmi) ne font que lui infliger des désaveux cinglants, allant jusqu’à des restrictions de décaissement, sous leur tutelle ! Lorsqu’une personne se plaint, souffre même pour obtenir un poste, le bon sens aurait voulu qu’elle fasse ce pourquoi elle avait tant bataillé. Mais après trois ans de pouvoir, on se rend compte que Ouattara n’a rien fait de noble pour les Ivoiriens, l’argent ne circulant qu’entre les mains et dans les poches des étrangers qui ont les gros marchés. A moins que son intention cachée fût de lutter pour l’épanouissement des étrangers au détriment des nationaux, il est décevant de voir le chef de l’Etat de Côte d’Ivoire  dégager ce sentiment. La rue même se plait à dire que Ouattara passe plus de temps sur la banquette de l’avion et à l’étranger, qu’au Palais présidentiel dans le pays pour gérer nos vrais dossiers. Alors que les Ivoiriens l’attendent encore sur le terrain de la réalisation de ses promesses de campagne, voilà Ouattara en campagne pour solliciter leur suffrage en 2015. Hallucinant ! Il est parvenu à désarticuler l’ancien chef de l’Etat, Henri Konan Bédié qui, pour des intérêts personnels, a enlevé toute âme au Pdci-Rda, devenu un club de soutien au Rdr. Au regard de tout cela, et de son irritabilité face à des propositions de débats majeurs, tels les Etats généraux de la République, on peut dire que Alassane Ouattara, président du Rdr, est inapte à gouverner un Etat moderne. Car le pays en souffre. Enormément.

 Germain Séhoué g s 05895444 @ yahoo.fr
L e Temps N ° 3088 du jeudi 2 janvier 2014





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact


CPI-Le Juge-président Cuno Jacob Tarfuser recule après sa décision inique. Panique du Bureau du Procureur ! Le Procès Laurent Gbagbo/ Charles Blé Goudé: Un témoin privilégié de la crise post-électorale Ivoirienne n'est pas présent à la CPI: Et si la procureure, Fatou Bensouda  faisait appel à monsieur Charles Konan Banny, ex-président de la CDVR ? CPI-Procès de Laurent Gbagbo: L'heure est grave !Existence d'un plan commun pour condamner les Accusés. Les juges viennent de prendre une décision consacrant le dogmatisme des témoignages à charge. Si la CPI ne veut pas tenir compte du résultat des élections de 2010, qu'est-ce qui a donc provoqué la crise post électorale ? Procès Laurent Gbagbo- Charles Blé Goudé : Quand Bensouda Colporte et défend les préjugés racistes des occidentaux contre l'Afrique et les africains.  Par le Ministre Lazare Koffi Koffi. Gbagbo Devant la CPI: Qui Juge-t-on? Vidéo / Propos des intervenants à la manifestation de soutien à Laurent Gbagbo et Blé Goudé en procès à la CPI depuis le 28 janvier 2016 Un procès long et inquiétant ! Le procès de Gbagbo risque de se terminer comme celui de l'officier Français,Alfred Dreyfus. Par Liadé Gnazégbo Procès de Gbagbo: Pascal Logbo (pr du NPR) et Christian Vabé (pr du RPCI) donnent leurs avis avant le procès


 

Libérez les prisonniers politiques







civoxinfos : CPI-Le Juge-président Cuno Jacob Tarfuser recule après sa décision inique. Panique du... https://t.co/yHxyd6UIJr https://t.co/rgPW1c6qJ1
Vendredi 5 Février - 18:13
civoxinfos : Le Procès Laurent Gbagbo/ Charles Blé Goudé: Un témoin privilégié de la crise... https://t.co/Fp1517TUmH https://t.co/TZeCmN7Uwx
Jeudi 4 Février - 16:28
civoxinfos : CPI-Procès de Laurent Gbagbo: L'heure est grave !Existence d'un plan commun pour... https://t.co/aNCSYVoHN8 https://t.co/jrQzW1U88C
Jeudi 4 Février - 13:46
civoxinfos : CPI-Procès de Laurent Gbagbo: L'heure est grave !Existence d'un plan commun pour... https://t.co/V40VlATH6g https://t.co/mq2m0VRo1A
Jeudi 4 Février - 13:36
civoxinfos : CPI- Me Gert -Jan Knoops et Me Claver Ndri, les avocats de Blé Goudé sur EventnewsTV https://t.co/nD8LswWXfd
Jeudi 4 Février - 11:32
civoxinfos : Le fait que la CPI ne veut pas aller au delà de la crise post électorale, va biaiser le... https://t.co/qHzGWIQs8b https://t.co/A8k5KGAOzS
Jeudi 4 Février - 11:17
civoxinfos : Si la CPI ne veut pas tenir compte du résultat des élections de 2010, qu'est-ce qui a... https://t.co/YY2Whgbq9M https://t.co/pRNzCnn9AV
Jeudi 4 Février - 11:07