Ouattara - Gbagbo - Bédié : Ils ne se détestent pas

Lundi 5 Août 2013 - 08:33


Image d'archives-Gbagbo, Bédié et Ouattara
Image d'archives-Gbagbo, Bédié et Ouattara
Entre Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, ce n’est pas de la détestation. Ce n’est ni une obsession ni une haine politique : entre les trois hommes c’est tout simplement ‘’un problème de personne’’, avec des coups bas, dans un jeu d’orgueil politique dont Ouattara Gbagbo et Bédié ont le secret. Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont toujours opté pour le principe de précaution. Ouattara ne peut appeler Henri Konan Bédié que ‘’cher aîné’’. Il reste poli. Et Laurent Gbagbo face à Bédié et Ouattara, c’est la loyauté politique et constitutionnelle. C’est Laurent Gbagbo qui a fait rentrer Ouattara et Bédié d’exil. Du coup, Laurent Gbagbo le cadet est très poli, et politiquement bienveillant. Qu’on arrête de se planter en coyant que Bédié, Ouattara et Gbagbo se méprisent ou se détestent. Les trois hommes sont tout simplement frustrés de vieilles rengaines de la vie politique. Ce sentiment de ‘’destruction ‘’ habite aujourd’hui en Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. A l’analyse, le Président Bédié est entré en pleine contradiction politique avec lui-même, confirmé depuis le coup d’Etat en 1999. Un vrai gâchis politique. A ce titre exceptionnel, Bédié n’a pas oublié cet arrêt brusque de son pouvoir exécutif par les militaires. Chez Alassane Ouattara, il y’a une forte rengaine de frustration de toutes sortes depuis 1993, 2000, où Ouattara avait été éloigné du fauteuil présidentiel après le décès de Félix Houphouët Boigny. Sur le plan politique, Laurent Gbagbo est le plus intelligent, où un fossé d’expériences le séparen de Ouattara et Bédié. Habile politique, au plus fort de son opposition contre le PDCI, il a eu le courage de juger confiscatoire, toute la gestion économique, politique de la Côte d’Ivoire, par Félix Houphouët Boigny. Que l’opinion nationale qui connaît peu les trois hommes, arrête de se planter que Ouattara, Bédié, Gbagbo se détestent ou se méprisent. Les trois hommes sont tout simplement un ‘’modèle’’ du genre différent. Ouattara, Bédié et Gbagbo sont ‘’des docteurs’’ dans des différents domaines. Laurent Gbagbo a écrit plusieurs livres consacrés à sa vie d’homme politique. J’ai lu ‘’Agir pour la liberté’’ où Laurent Gbagbo avait décortiqué les ‘’maux’’ qui rongeaient la Côte d’Ivoire. J’ai aussi lu ‘’les chemins de ma vie’’, d’Henri Konan Bédié, plein d’émotions, consacré à son parcours d’homme de valeur exemplaire. J’ai aussi lu le livre de Cissé Bacongo sur Alassane Ouattara, intitulé ‘’Une vie singulière’’. une auto biographie qui permet de comprendre pourquoi Alassane Ouattara voulait absolument être Président de la République de Côte d’ivoire. Trois hommes d’un ’’modèle’’ du genre chacun. Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont travaillé sous le couvert politique de Félix Houphouët Boigny : l’un président de l’Assemblée nationale, l’autre Premier ministre. Ils étaient tous les deux membres du bureau politique du PDCI. Ils avaient des difficultés à se ‘’parler’’ à cause de la restructuration de l’économie ivoirienne, dominée à l’époque par la privatisation. Laurent Gbagbo n’a jamais ‘’révendiqué la tutelle ou l’école politique’’de Félix Houphouët Boigny. En matière de gestion de l’Etat ivoirien, les trois hommes sont un ‘’modèle du genre différent’’. Ouattara n’est pas le souverainiste affirmé politique. Economiste et banquier, il aime se détacher du reste de l’économie ivoirienne, les vrais problèmes sociaux, brocardant parfois les erreurs économiques de son prédécesseur Laurent Gbagbo pour expliquer la hausse du taux de chômage. Henri Konan Bédié n’avait jamais accordé une interview à la presse ivoirienne, et n’acceptait jamais une autocritique sur son programme de société « le progrès pour tous, le bonheur pour chacun ». La démocratie, c’est le vaste sujet que Laurent Gbagbo aime dans le rôle de l’homme politique qui a organisé en Côte d’Ivoire, le seul forum de dialogue élargi aux militaires, etudiants, société civile, institutions républicaines : le général Guéi, Ouattara, Bédié ont parlé. Au bilan, on ne peut dresser un plan de retour à l’équilibre politique sans une réconciliation de vérité entre Gbagbo, Bédié et Ouattara qui ont leurs responsabilités morales et politiques, dans l’effondrement de la Côte d’Ivoire. La politique en général est une vie ordinaire. Mais en Côte d’Ivoire elle manque de tolérance mutuelle. C’est ce sentiment de rengaine politique qui rythme la vie ordinaire entre Bédié, Ouattara, et Gbagbo.

Par Ben Ismaël
 
 
Publié le lundi 5 aout 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !