Offensive internationale du FPI: Le jeu dangereux de Miaka

Jeudi 20 Décembre 2012 - 06:36


Offensive internationale du FPI: Le jeu dangereux de Miaka
Sylvain Miaka Oureto, le président par intérim du fpi, revient donc en Côte D’Ivoire, après une longue tournée internationale qui l’a conduit d’abord à Paris en France puis à La Haye en Hollande, à Genève en Suisse et enfin à Dakar au Sénégal.L’on se rappelle que le président par intérim du front populaire ivoirien était accompagné dans sa tournée par une importante délégation du parti.
Si l’accueil de Miaka Oureto à l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan a été très enthousiaste avec la présence très remarquée de plusieurs cadres et militants du fpi, force est de reconnaître que le feu couve sous la cendre au sein de l’ex-parti au pouvoir et pour cause.Ce qui a véritablement été dit et discuté entre Miaka et certaines personnalités qui l’ont reçu ici et là, souvent en toute discrétion et en l’absence des autres membres de sa Délégation, continue en effet de susciter une grande polémique.
Il reste vrai que la libération du président Laurent Gbagbo, celle des détenus politiques et le retour sécurisé des exilés ont été au centre des différents échanges.Le but de l’offensive diplomatique de Miaka Oureto en Europe était d’ailleurs affiché d’avance et assez bien connu.Reste la méthode.Sur ce terrain en effet, les initiatives de Miaka Oureto et les actes qu’il a enchaîné avant et pendant sa tournée continuent de soulever de réelles inquiétudes dans les hautes instances de son parti.
Ils sont donc aujourd’hui nombreux, les membres du Comité central du fpi et de la Direction intérimaire qui reprochent au président intérimaire ses décisions souvent unilatérales et hasardeuses, ses fréquents coups de colère et sa grande prédisposition au compromis qui frise parfois la compromission et la naïveté.Beaucoup avaient d’ailleurs déjà émis de sérieuses réserves à l’annonce de la tournée européenne de Monsieur Miaka Oureto.La plupart des membres de la Direction intérimaire qu’il dirige, se demandaient s’il allait parler et agir conformément à la feuille de route qui lui avait été remise, s’il saurait aborder et poser les problèmes réels qui préoccupent, s’il saurait quelles concessions faire et en échange de quoi en retour.
Le fpi est en effet aujourd’hui à la croisée des chemins.Le parti est surpris par l’ampleur du drame qui s’est abattu sur la Côte D’Ivoire et il se trouve actuellement pris dans le jeu obscur des intérêts françafricains.Le désir de souveraineté nationale est désormais étouffé et la France dont la main-mise sur la Côte D’Ivoire était décriée et combattue mène désormais la danse avec toutes les cartes en main, manipulant Ouattara, l’Onu, la CPI et maintenant Miaka Oureto.
Le président par intérim du fpi, en croyant faire de la diplomatie politique (ou de la politique diplomatique), est donc au contraire devenu une marionnette entre les mains des occidentaux.Ceux-ci n’en demandaient d’ailleurs pas mieux.La France tient en effet à sortir du bourbier ivoirien la tête haute et elle ne ménage aucun effort dans ce sens.Il lui fallait au fpi un leader qui soit maléable, assez docile et capable de piétiner sans état d’âme les rétissances de ses camarades pour accepter les compromis et assumer les compromissions.Tout le contraire d’un leader comme Laurent Gbagbo jugé très réfractaire et même infréquentable.
Bien avant son départ pour la France, Miaka Oureto était d’ailleurs aller rencontrer seul Bert Koenders, le Représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu à Abidjan.Avec lui, Miaka Oureto a discuté des grandes articulations de la mission qu’il allait entreprendre en Europe. Déjà, en adhérant pleinement à l’idée de négociation sans préalable prônée par Dramane Ouattara, Miaka avait clairement confirmé son manque de confiance en ses camarades de la Direction intérimaire du parti.Et la stratégie globale était alors d’écarter ou de faire taire tous ceux qui pourraient s’opposer à cette nouvelle orientation des choses.
Considéré comme un syndicaliste radical, Laurent Akoun, le Secrétaire Général et Porte-parole du parti, avait ainsi été arrêté et jeté en prison où il a rejoint son Adjoint Alphonse Douaty.Brigitte Kuyo, la Représentante du fpi en France,a été humiliée, limogée et remplacée.
Avec les services de Philippe Konhon du site Eventnews TV, Miaka a ensuite et durant tout son séjour à l’extérieur distillé au grand public des informations de première main dont ses camarades de la Direction intérimaire ont souvent pris connaissance en même temps que tout le monde.
Faisant croire que tout ce qu’il dit et fait vient directement de Laurent Gbagbo à partir de La Haye en Hollande et que les choses avancent grâce à cela, Miaka ignore désormais les bienfaits de la concertation interne et de l’action concertée.La grave situation actuelle appelle pourtant à une gestion colégiale des relations et des contacts pour une meilleure efficacité dans les discussions aussi bien au niveau national qu’au niveau international.
Les frustrations ne manquent donc pas de se signaler au sein de la Direction intérimaire du fpi et du comité central, avec le risque que les choses échappent très bientôt à Miaka, même si la Coordination du fpi en exil semble le soutenir à un certain niveau à travers la présence d’Assoa Adou et de Ahoua Don Mello aux négociations de Dakar.Cette présence avait d’ailleurs pour but de colmater les possibles brèches et de parer à toute éventualité devant les prévisibles divagations de l’inénarable président par intérim du parti de Laurent Gbagbo.Ainsi va le fpi, sans Gbagbo et sans Affi.

Aya Rosine Kouamé
ayarosine@yahoo.fr




Tags : FPI, Miaka, Oureto

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !