Offensive communicationnelle en France: Des envoyés de Ouattara confondus à Paris

Des émissaires d’Alassane Ouattara, conscients de ce que leur mentor commence à perdre du terrain en Europe parce que, dit-on, «la vérité finit toujours par rattraper le mensonge», y mènent une vaste campagne de communication sur ses actions.

Jeudi 10 Avril 2014 - 11:43


Touré Mamadou, Conseiller d'Alassane Ouattara
Touré Mamadou, Conseiller d'Alassane Ouattara
Le samedi 4 avril dernier,  une conférence a été co-animée dans un hôtel de Paris par des conseillers de Ouattara. Touré Mamadou, conseiller chargé des questions de jeunesse et sports, Touré Ali, représentant de la Côte d’Ivoire auprès des organisations internationales chargées des produits de base, Jean-Louis Moulod, conseiller en charge de l’Union européenne et Félix Tanon, conseiller à la présidence chargé des questions diplomatiques se sont prêtés à un exercice lié au thème : «Réconciliation et Développement économique : Quel enjeu pour la Côte d'Ivoire ?» Touré Mamadou et ses collègues, à chaque intervention ont dépeint une situation reluisante en Côte d’Ivoire. La réconciliation nationale, la sécurité, l’économie…, tout va bien, à les attendre parler. Alassane Ouattara, selon eux, aurait réalisé en moins de trois ans ce que le président Laurent Gbagbo n’a pas pu faire en dix ans de pouvoir. «Plus de 32% des objectifs ont été réalisés en ce qui concerne les résultats sur le cours terme dans le domaine de la reforme du secteur de la sécurité, 44% en cours et les 24% qui restent sont en cours de formulation», ont-ils indiqué. La Radiodiffusion et télévision ivoirienne (Rti) permet, selon les envoyés de Ouattara, à toutes les opinions de s’exprimer. L’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny a retrouvé toute sa notoriété qu’elle aurait perdue. Les pompes villageoises sont construites et réhabilitées, les routes ont été reprofilées, des écoles primaires et les logements des maîtres sont construites grâce au Projet prési- dentiel d’urgence (Ppu)… Pour le porte- parole de la délégation, Touré Mamadou, Alassane Ouattara à crée les conditions du retour de la paix et la stabilité socio-politique. Koné Ladio Issa Sankara, militant du Front populaire ivoirien (Fpi), présent dans la salle où les participant à cette conférence se comptaient du bout des doigts ne s’est pas fait prier pour porter la contradiction aux hommes de Ouattara. «Quand je vous écoute, le tableau que vous dépeignez est trop idyllique. J’ai l’impression que vous- mêmes vous n’aimez pas la Côte d’Ivoire et vous faites semblant de l’aimer. Dans votre intervention, parlant de la justice des vainqueurs, vous faites allusion à la France en disant qu’après la guerre, les partisans de De Gaulle n’ont pas été sanctionnés, mais ce sont les collabos. J’aimerais rappeler que ce n’était pas à l’issue d’une guerre franco-française. Il ne faut pas prendre des exemples qui ne sont pas conformes à la réalité que nous vivons en Côte d’Ivoire», a rappelé le militant du Fpi de la diaspora, avant de revenir aux « prétendus ouvrages » de Ouattara. «Gbagbo n’a fait que deux ans et vous avez attaquez la Côte d’Ivoire. Est-ce que la solution pour la Côte d’Ivoire était la prise des armes ? Gbagbo, pendant les dix ans est rentré partout pour rechercher la paix. Pendant ce temps, la Côte d’Ivoire ne pouvait pas se donner véritablement de budget d’investissement puisqu’elle était coupée en deux. Les rebelles exploitaient les ressources au nord et il n’y avait que la zone sud qui supportait les dépenses de l’Etat. En plus de cela, vous (Rhdp) étiez au pouvoir avec lui, depuis 2002 jusqu’à sa chute. Le Rdr, le Pdci, l’Udpci étaient au pouvoir, donc vous devez être honnêtes et assumer aussi le bilan», a déclaré Koné Ladio Issa Sankara. «Selon les chiffres que la Cei a proclamés à l’hôtel du golf, Ouattara aurait gagné avec 54% et Gbagbo 46%. Le corps électoral étant de 5 millions d’électeurs, ce qui ferait 3 millions de voix pour Ouattara, Bédié, Mabri et Anaky Kobena et près de 2 millions de voix pour Gbagbo. Pensez-vous que Ouattara peut diriger la Côte d’Ivoire en ignorant ces voix (électeurs) de Gbagbo ?» a interrogé Ladio Koné avant de confier une mission aux conférenciers. «Dites à Alassane Ouattara que s’il veut vraiment la paix, qu’il libère les prisonniers politiques, permette le retour des exilés.»

Par Gilles Naismon

Source: Le Nouveau Courrier  N° 1002 Du Mercredi 09 Avril 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !