Odienné : Simone Gbagbo tance ses geôliers

Lundi 19 Novembre 2012 - 09:04


Odienné : Simone Gbagbo tance ses geôliers
L’ancienne Première dame Simone Gbagbo détenue à Odienné depuis la fin de la crise postélectorale, en avril 2011, n’a rien perdu de son autoritarisme. Ses gardes l’ont appris à leurs dépens.

Simone Gbagbo n’est pas femme à cacher ses humeurs. Et sa garde l’aura appris à ses dépens, quelques jours avant l’arrivée des magistrats, lundi 12 novembre dernier pour l’auditionner. Ce jour-là, les éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) postés au portail de la résidence de l’ex-Grand chancelier Youssouf Koné ont essuyé le courroux de celle qu’ils sont chargés de surveiller. « Je ne peux pas accepter une telle défiance. Quand je donne des ordres, vous êtes tenus de les respecter », a asséné l’ex-Première dame à ses geôliers, avant d’ajouter : « ce n’est pas vous, c’est Dieu », a rapporté un témoin qui a suivi la scène. Que s’était-il passé pour que Simone Gbagbo sorte ainsi de ses gongs contre les éléments des Frci ? Selon une source proche de sa sécurité, Mme Gbagbo avait besoin de draps. Ainsi, elle commet l’un de ses ‘’laquais’’ pour lui en trouver au marché d’Odienné, lui précisant de conduire à elle le vendeur de draps avec la marchandise, pour lui permettre de faire un choix à sa convenance. La vendeuse de draps conduite par l’envoyé de Simone Gbagbo se heurte à l’obstacle de la garde qui refuse de laisser passer la commençante. Informée, l’épouse de Laurent Gbagbo intime l’ordre aux gardes de laisser la dame entrer. La garde refuse de se plier aux injonctions, arguant qu’elle a reçu instruction de ne laisser personne franchir le portail. L’ex-vice présidente du Front populaire ivoirien (Fpi) entre aussitôt dans une colère noire. « Vraiment, elle était fâchée. C’est la première fois que je la voyais dans un tel état », confie l’un des témoins de la scène. « Elle est venue elle-même à la porte pour sermonner les éléments Frci », poursuit le témoin. « Moi je demande qu’on laisse entrer quelqu’un et vous refusez. Là je ne suis pas d’accord », a-t-elle martelé. La garde finit par obtempérer après s’être rassurée que la commerçante ne portait pas sur elle un objet dangereux.


Ténin Bè Ousmane

Source: Nord-sud




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !