Nicolas Sarkozy : Un esprit agité-Une âme errante-Une bouche en embardée-Une main bouchère

Vendredi 25 Mars 2016 - 07:28


Dans l’imaginaire collectif africain, peut-être même occidental aussi, tel se résume le personnage. Il est nain dans la tête pour sa vision de la grandeur dont les peuples aspirent légitimement en ce troisième millénaire et nabot du physique. Pour ce faire, il s’embarrasse d’un complexe de nanisme vis-à-vis d’un Barak Obama, d’un Gbagbo Laurent ou d’un Mouammar Kadhafi.

En effet, Nicalas Sarkozy est venu en Côte d’Ivoire, pour dit-on verser des larmes de crocodile. Cette arrivée est intervenue quelques heures seulement après la boucherie du dimanche 13 mars 2016, subie par la plage de Grand-Bassam et ses occupants. De source lacustre, on en dénombre plus de 150 victimes arrosées en pleine nage, plus d’une soixantaine au parking de la paillote et de nombreuses autres sur la terrasse de l’étoile du sud. Sarkozy vient souvent en Côte d’Ivoire pour assouvir ses soifs de mondanité aux côtés de son frère terroriste Alassane Dramane Ouattara. Rien ne m’oblige à accorder intérêt à cette affiche nauséeuse de ces deux pyromanes à col blanc, si cela ne transpirait des relents injurieux à la mémoire des victimes, à leurs familles et au digne peuple de Côte d’Ivoire. Diantre, au mépris des usages protocolaires basiques en diplomatie, ADO et sa garde républicaine ont offert le flonflon qui peut entourer un accueil présidentiel assorti du tapis rouge à Nicolas Sarkozy. Au surplus, une telle arabesque cérémonielle, tirée à la forge par ADO, se peut-elle discuter quand l’on sait que Nicolas Sarkozy est le vrai tenant du gouvernail de la maudite gouvernance ivoirienne. Alassane Dramane Ouattara n’est que le pantin qui exécute les instructions. Ainsi à bonnes périodes de l’année et chaque fois, Sarkozy vient prendre son salaire évalué en sacs d’argent  : de l’argent souillé du sang des Ivoiriens tombés sous les bombes sarkoziennes d’il y a cinq ans. A l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Nicolas Sarkozy s’est livré à ses envolées simiesques de bambin agité en ces termes  : « Nous avons le même ennemi, le terrorisme djihadiste. Je trouve que l’ensemble des démocraties du monde ne combat pas avec assez de fermeté la barbarie du terrorisme ».
 
Selon Nicolas Sarkozy, il y a lieu de mener cette guerre contre le terrorisme, celle-ci ne doit pas être uniquement militaire bien que l’emploi de la force soit indispensable. Mais, il va falloir regagner les consciences et les cœurs, ‘’c’est le succès de l’Afrique et son développement qui feront reculer le cancer djihadiste’’. Par ailleurs, il n’a pas manqué d’affirmer du bout des lèvres, son amour pour la Côte d’Ivoire, invitant les autorités ivoiriennes à faire participer l’opposition dans la consolidation de la stabilité politique. Cependant, a-t-il indiqué que les défis de la Côte d’Ivoire sont énormes, dont le premier est celui de la réconciliation, ensuite la sécurité et l’emploi  : « Il faut convaincre l’opposition de reprendre toute sa place dans la vie politique et citoyenne de Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire a besoin de l’opposition comme composante indispensable de la nation et que la pays a besoin de sa voix pour faire vivre le débat politique ». Nicolas Sarkozy, ivre de ses turpitudes ne s’est pas arrêté à ces propos aussi débiles que puériles. Il a poussé son cynisme jusqu’à dire qu’Alassane Dramane Ouattara est le père de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Pour le fier Ivoirien que je suis, de tels propos d’un esprit embrouillé comme Sarkozy ne sauraient me laisser sans m’interroger.

Nicolas Sarkozy sait-il qu’à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’où il crachait ses sornettes, de nombreux étudiants ont vu leurs années académiques invalidées par fautes de matériels élémentaires de travail  ? Et ce, depuis 2012 qu’il a installé ADO, à coup de bombardements, à la tête de la Côte d’Ivoire  ? Alors que l’acquisition de ces matériels de travail qui ne coûtent que 200 Millions de Francs CFA est nécessaire en laboratoire pour lancer l’année académique  ! Quand on sait qu’à côté de cette broutille, le trésor public ivoirien a dégagé 200 Milliards de Francs CFA pour réhabiliter et régler tous les problèmes des Universités, on ne peut que s’arracher les cheveux  ! Cette somme destinée à la réfection des Universités, tombée dans les mains de la paire mafieuse SIDI Kagnassi-CISSE Ibrahim Bacongo a été purement et simplement détournée au profit d’ADO. Quelle consolidation de la stabilité politique peut-il y avoir quand des étudiants, par le fait du régime, perdent leur avenir vont grossir les rangs des désœuvrés et des désespérés  ?  Nicolas Sarkozy sait-il qu’ADO a choisi son opposant, en la personne du prisonnier Pascal Affi N’Guessan  ? Que celui-ci n’est ni représentatif de son parti politique d’origine (FPI) avec quoi il est en rupture de ban, ni des autres partis d’opposition du paysage politique ivoirien encore moins, de la société civile  ? Face à une telle arrogance et un tel mépris souverain qu’Alassane Dramane Ouattara témoigne à tous ceux qui ne réfléchissent pas comme lui dans notre pays, par quels mécanismes doit-on convaincre l’opposition de reprendre toute sa place dans la vie politique et citoyenne de Côte d’Ivoire  ? La Côte d’Ivoire a besoin de l’opposition comme composante indispensable de la nation et que sa voix est indispensable pour faire vivre le débat politique. Certes mais ADO parvenu sur le tard, à la tête d’une moisson heureuse dont il n’a jamais su par quoi et comment les fondamentaux ont été défrichés, sarclés et entretenus pour en arriver-là peut-il intégrer une telle logique cardinale dans une vie démocratique moderne  ?

Nicolas Sarkozy sait-il que la dette intérieure augmente, que les endettements auprès des bailleurs internationaux crèvent le plafond et qu’un Ivoirien sur deux s’offre deux repas par jour  ? Nicolas Sarkozy sait-il que les libertés individuelles et collectives sont confisquées, que la coalition RHDP est en pleine implosion du fait du déficit de légitimité, de l’impopularité de la politique et de la mauvaise gouvernance d’ADO  ? Nicolas Sarkozy sait-il que de nombreux Ivoiriens sont en exil, d’autres en prison sans jugement et d’autres encore ont leurs avoirs gelés, juste pour les museler et museler l’expression libre d’opinions et d’actions sur la vie de la Nation  ? Nicalas Sarkozy sait-il que la loi sur la libéralisation des média n’a jamais été mise en œuvre en Côte d’Ivoire, et que la seule Télévision publique (RTI) est monopolisée pour les louanges d’ADO au mépris des questions vitales pour la Nation  ? A preuve, pendant que les assassins hébergés et nourris en Côte d’Ivoire massacraient à Grand-Bassam, la RTI diffusait un match de football pour empêcher les Ivoiriens d’être informer en vue de prendre des dispositions de sécurité  ?  Quelle légèreté dans la politique de communication  ? En pareille situation, c’est toute la chaine de commandement qu’il faut démettre. Le ministre de la communication n’était-elle pas sur le sol ivoirien, s’est-elle souciée de savoir si la RTI était connectée sur Grand-Bassam  ? On me dira que le DG était hors du pays, mais où met-on l’importance de l’autoroute de l’information et la mondialisation dont l’épine dorsale est la communication  ? Le pauvre directeur de l’information avait-il droit à l’initiative dans cette jungle qu’est la RTI où le plus fort broie les brindilles  ? C’est dégueulasse tout ça  ! Par ses propos et gesticulations, NICOLAS SARKOZY n’est qu’Un esprit agité-Une âme errante-Une bouche en embardée- et Une main bouchère  !


Nicolas Sarkozy sait-il que le procès qui se déroule à l’Haye est dans un total cul de sac parce qu’il ne reflète pas la vérité des faits  ; et que c’est lui et son compère Alassane Dramane Ouattara qui devraient y être pour servir la bonne cause du Droit  ? De ce procès, doit-on comprendre que les grandes puissances, la France et l’ONU en tête, sont à la remorque du diktat de Nicolas Sarkozy et suivent le tissu de mensonges d’Alassane Dramane Ouattara via sa justice des vainqueurs  ? Seul le rapport de la CDVR reste l’esprit, la lettre et la clé d’un procès équitable qui peut sortit la CPI de ses errements. La CDVR, dans sa mission de trois ans a fait le tour du pays, elle a rencontré toutes les parties prenantes, les victimes, les bourreaux, les acteurs et exécutants des crimes, elle a filmé les atrocités, elle a faits des audiences bien documentées. De ce fait, son rapport est absolument l’instruction et le support fiables pour connaitre des crises ivoiriennes en matière de justice saine et équitables. Les fervents orfèvres qui ont fait les travaux de la CDVR sont des contemporains encore vivants, prêts pour le service, pourquoi continuer de s’empêtrer dans un procès alambiqué, fut-il de la CPI  ? Remettre le Rapport de la CDVR au menu du jugement à la CPI est la seule voie réfléchie qu’il faut emprunter  si l’on veut d’une réconciliation vraie en Côte d’Ivoire ! Non la voie du salut de notre pays n’est pas ADO, il est le Plus Grand Commun Diviseur de notre pays, il est le cancer de notre Nation. D’ailleurs des Ivoiriens étaient indifférents face au folklore de Grand-Bassam, le 13 mars 2016, parce qu’Alassane Dramane Ouattara, dans sa soif illimitée de braquer la Côte d’Ivoire leur a fait voir pires atrocités que cela depuis 1999.

Nicolas Sarkozy sait-il qu’en larguant ses bombes sur la Liby et sur son rival sexuel Mouammar Kadhafi, ce sont de nombreuses populations libyennes qui ont cessé de se nourrir, d’aller à l’école, de travailler, de se soigner, de boire de l’eau et de vivre  ; et que du vivant de Kadhafi tout y allait à merveille  ?  Est-ce de la faute à Kadhafi si ta sulfureuse femme aux cuisses légères s’est entichée du guide libyen  ? Cela ne figurait-il pas aussi les conditionnalités du financement de ta campagne présidentielle par le pauvre Mouammar Kadhafi  ? Nicolas Sarkozy refuse le départ immédiat de Bachar El Assad  et qu’il ne peut avoir de solution en Syrie sans la Russie puis, la clé du problème migratoire se trouve dans la stabilité de la Syrie. Et pourtant Sarkozy, en ramenant des questions d’enjeux hautement importantes du monde à ses problèmes de bas de ceinture, apparait être un terroriste et une misère morale qui  rabaisse la grande France du général Charles De Gaulle. Ne sait-il pas que son assassinat perpétré sur Mouammar Kadhafi et le no man’s land qu’est devenu la Liby est la cause principale de la crise migratoire, du djihadisme et du terrorisme  ? Nicolas Sarkozy sait-il qu’en bombardant le palais présidentiel de Côte d’Ivoire, ce n’est pas Laurent Gbagbo qu’il a visé, mais que c’est l’âme de notre pays qu’il a détruite  et qu’il doit en porter toute la responsabilité devant l’histoire où il ne rentrera jamais ? Dans sa débilité, Nicolas Sarkozy prétend se comparer à Barak Obama qui ne serait pas un homme d’actions. Barak Obama rentre dan l’histoire par la grande porte en allant réparer des torts commis à Cuba avant sa naissance. Barak Obama a 55 ans et les faits pour lesquels il s’est déplacé totalement (avec épouse et enfants) et une forte délégation d’hommes d’Affaires américains remontent à 88 ans. Il rentre grandement dans l’histoire mondiale en Allant en Argentine, après 40 ans, en tant que Président des Etats Unis d’Amérique Barak Obama n’y va pas en cannibale ou en pensionnaire pyromane pour toucher sa paye sur les cadavres de la guerre de son Poulin Raoul Castro. Or, lui Sarkozy, vient en Côte d’Ivoire pour se faire payer les honoraires saignants après avoir bombardé la Côte d’Ivoire et ses habitants pour installer le terroriste ADO au pouvoir. Non à mon sens,   la paix n'est possible entre les hommes que dans la mesure où, il y a des hommes de paix, des artisans de paix. La paix n'est pas donnée comme par enchantement. Elle se construit, non pas en se contentant de dire de façon obscène et tronquée à la sarkozienne "faisons la paix", mais en vivant ensemble des actions communes qui permettent aux personnes de trouver une harmonie.  De ce point de vue, Nicolas Sarkozy et son alter égo ADO ne sont pas des modèles achevés, ils sont des terroristes qui ne méritent que la prison à vie pour sauver l’humanité.
En Côte d’Ivoire, ADO soumet les citoyens par la force de ses appareils répressifs (Radio/télé, coupures d’eau et d’électricité, CCDO, Rebelles, Microbes, Justice à la solde, Prisons, Tribalisme, exclusion, ostracisme,…)  pour conserver son pouvoir. Une conservation juste pour défendre  ses intérêts et ceux des siens. Cela est une chose de moindre importance que de pouvoir contenir, limiter, et contrôler la violence sur les populations en général et sur une vraie opposition en particulier. Ces entités sont les vraies détentrices de l’animation de la vie de l’Etat. Alassane Dramane Ouattara sera-t-il fier de s’asseoir aux côtés de Patrice Talon, président élu du Bénin  et de Lionel Zinsou qui même vaincu a su sortir dans l’honneur. Et ensemble, par leur élégance démocratique, ont su préserver leurs populations de toute aventure meurtrière ? Il y a lieu de souligner que le citoyen, quelles que soient ses prises de positions, ne doit pas être toujours victime d'une violence dite  légitime  qui remettrait perpétuellement en cause la paix civile. La violence doit être, de ce fait, limitable et contrôlable pour ne pas se dérober des limites de la réprobation morale  ; sans quoi, elle est condamnable du point de vue de la raison morale. Avec Alassane Dramane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire, jamais ce pays n’a jamais été autant divisé. Concernant les attaques de Bassam, faut-il parler d’agresseurs ou d’assaillants au lieu de terroristes  ? Qui et que viseraient ces terroristes s’ils en avaient été  ? Le vendredi 21 mars 2016, le couple Ouattara a offert un Gala dînatoire luxueux et de haut prestige comprenant près de 1000 estivants avec de nombreux Occidentaux. Le lendemain 22 mars 2016, le même couple a offert un festin jouissif et licencieux sur la station balnéaire d’Assinie, non loin de Grand-Bassam avec presque le même nombre et la même qualité de convives. Ces deux événements festifs n’étaient-ils pas de meilleures cibles d’attaques terroristes que les pauvres familles qui sont juste allées se baigner sur la plage  ? Une simple question  !  Si Nicolas Sarkozy et ADO pouvaient méditer ce que René Descartes faisait dire à des invalides de guerres  que celui qui voit comme nous sommes faits et pense que la guerre est belle, ou qu'elle vaut mieux que la paix, est estropié de cervelle. Cette paire nuisible est estropiée de cervelle parce qu’elle a toujours pensé que le terrorisme est beau parce qu’il les nourrit mieux que la stabilité politique et sociale dans un pays.


                                                                                                                                Clément Bley Douley
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !