Nationalité, Gbagbo, Prisonniers politiques, Bédié, Pdci-Rda… Ces signes qui font peur

ette fois, il n’y aura pas de chaînon manquant qui retarderait le compte à rebours déjà enclenché. Côté puzzle, la dernière pièce qui manquait vient d’être apportée par le président du Pdci-Rda qui, selon le langage des Ivoiriens devient ‘’garçon’’ et rejoint le peuple.

Samedi 27 Juillet 2013 - 08:36


Nationalité, Gbagbo, Prisonniers politiques, Bédié, Pdci-Rda… Ces signes qui font peur

Bédié de retour dans le peuple ?


Henri Konan Bédié, selon le confrère Notre Voie , depuis la capitale française où il séjourne, encourage ses députés pour avoir rejeté à la saint glinglin, la loi d’Alassane Ouattara sur la nationalité et le foncier. «Le Président Bédié nous a clairement dit que les lois sur la nationalité et le foncier ne font pas partie du programme du gouvernement du Rhdp. Il a salué notre vigilance et la justesse de notre combat qu’il soutient.» Bédié a flairé le coup du poignard que son allié Ouattara voulait lui planter. Assurément, il s’agit ni plus ni moins pour le Rdr de contourner les caprices du Pdci en distribuant la nationalité ivoirienne à des apatrides estimés 950.000 dont il espère tirer profit par la reconnaissance. En prenant la haute mesure du péril impérialiste qui guette son pays, l’ancien chef d’Etat ivoirien - les Ivoiriens le pensent de plus en plus -, ravale sa vielle colère contre «l’intrus Gbagbo» qui a ravis le ‘’likê’’ (*la propriété du clan) aux fils d’Houphouët-Boigny. Son retour manqué au pouvoir en 2010 qu’il avait qualifié de «dernier combat» à la tête du Pdci-Rda, change ainsi de contexte pour être plus proche du peuple. Bédié veut revenir à la source du nationalisme qui avait inspiré son concept ‘’Ivoirité ‘’ consigné dans son livre ‘’Les chemins de ma vie’’ qu’il n’agirait pas autrement. 79 ans et donc forclos par la limite d’âge pour la présidence du Pdci-Rda et pour la présidence ivoirienne, que reste-t-il au vieux sphinx de Daoukro, si ce n’est sa gratitude envers sa Patrie ? Cette fierté d’appartenir à une Nation qui lui a tout donné au plan social, politique, économique et financier devrait, selon les confidences de ses proches, l’affranchir d’une alliance saugrenue avec le Rdr. Et lui permettre de changer de fusil d’épaule. Rideau sur une alliance de dupes !

L’os appelé gbagbo et le couac de Bensouda

Reste désormais à Alassane Ouattara de ne compter que sur ses propres forces. Ce qui reste une autre paire de manche pour le champion du Rdr. L’homme du 11 avril 2011 prend l’eau de toute part. Le dossier Gbagbo à la Cour pénale internationale (Cpi) demeure pour lui un os dur dans la
gorge. La Gambienne Fatou Bensouda procureure de la juridiction internationale et héritière du dossier après la mise à la retraite de l’Argentin Luis Moreno-Ocampo sur qui toute la stratégie de musellement du champion de Lmp avait été bâtie, donne déjà des signes d’essoufflement. De passage à Abidjan Mme Bensouda n’a pas mieux fait que son prédécesseur Ocampo. Après qu’elle soit renvoyée à ses copies pour «insuffisance de preuves» , par les juges de la Chambre préliminaire I, la procureure de la Cpi retourne bredouille à La Haye où elle risque encore de décevoir les attentes. Le rendez-vous de février 2014 avec la Défense du Président Laurent Gbagbo pourrait définitivement la mettre hors jeu et signer sa reddition dans une bataille où elle avait précédemment laissé des plumes lors des audiences de confirmation ou d’infirmation des charges. Pour la plupart des observateurs «le dossier Gbagbo est vide» , reste à présent à trouver les contours de l’arrangement pour une liberté qui ne sera pas forcément «conditionnelle» vu la vacuité des accusations. La libération provisoire ou conditionnelle -, du fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi) pourrait définitivement sonner le glas du régime d’Abidjan. Un régime dont la forte concentration de haine tribale devient, ironie du sort, l’élément de ralliement de tous les Ivoiriens de quelque région et de quelque religion, soient-ils. Avec environ 700 prisonniers politiques dont Simone Gbagbo l’ex-première Dame de Côte d’Ivoire, y compris des militaires qui ont occupé des postes de responsabilité dans le pays, c’est pratiquement chaque Ivoirien qui se sent touché par la méchanceté du pouvoir Ouattara. A ce jeu, le palais d’Abidjan pourrait être bien plus vaste que l’hôtel du Golf, que ne l’avait espéré Alassane Ouattara. La peur d’un isolement est de plus en plus présente et pesante. Chaque jour qui passe, son armée composée majoritairement d’ex-rebelles nordistes qui constitue la colonne vertébrale de son système, se met à dos la population. Cette armée n’est pas plus unie que laissent croire les apparences. Le gain facile, la course à l’enrichissement des subalternes qui veulent approcher, rattraper ou même dépasser les anciens com-zones à l’instar de Issiaka Ouattara pour ne citer que cet exemple, devenus plus riches que Crésus avec le pactole des zones Cno (Centre nord et ouest) annexées, et surtout cette indiscipline mortifère, ont fini par faire le lit d’un mécontentement généralisé.

une population désabusée par 30 mois de pagaille

Après seulement 30 mois de présence, le régime Ouattara souffre déjà d’un mal qui frappe généralement les vielles dictatures. La corruption, le vol des deniers publics, le syndro - me de concession gré à gré de marchés publics, si l’on y ajoute la pagaille causée par les Frci avec son lot de violences impunies et le mal chronique des licenciements abusifs et collectifs depuis 11 avril 2011, la situation du pays pourrait monter, à tout moment, d’un cran. Celui de la déflagration sociale. Reste au régime d’Abidjan, un seul levier. Celui de la Communication : le quatrième pilier du pouvoir. Un secteur dans lequel il excelle déjà mais qui pourrait souffrir du mal de l’outrance ou de la surdose. En effet, le monde étant devenu un village planétaire depuis l’effervescence de l’outil internet et ses artilleries que sont les réseaux sociaux, les campagnes de communication à l’international qui ont pour effet de reluire l’image de l’homme du 11 avril 2011 et de le débarrasser de ses scories héritées d’un destin national négocié dans la douleur du peuple, ont fini par montrer leurs limites. Tout ce qui se fait en Côte d’Ivoire en bien, mais surtout en mal (un mal qui constitue le plus dominant de cette gouvernance) est su à l’instant «T» aux confins du monde. Le régime Ouattara dont les ouailles pouvaient assassiner et exproprier en toute impunité est suivi comme de l’huile sur le feu. Et même si sa chute ne viendra pas de l’extérieur – il ne faut même pas y compter au risque de se laisser désabuser – il reste le fait que le président du Rdr ne peut plus miser sur la cohésion et l’unité nationale. Deux pièces essentielles de gouvernance que son prédécesseur Laurent Gbagbo a habilement manié et qui reste son talon d’Achille. Le temps de son pouvoir est celui d’un couvercle. Les nuages qui se sont accumulés dans le ciel ivoirien depuis ‘’l’intrusion d’Alassane Ouattara sur la scène politique’’ selon le Fpi, ont à partir du 11 avril 2011, formé un gros flocon qui n’a pas forcément besoin de tempête pour fondre sur le régime. Il en est si conscient que depuis un mois, par le truchement de ses médias, il prépare les esprits de ses administrés, à un remaniement ministériel. Gage espère- t-il, d’un nouveau bond de sympathie dans les cœurs. Mais suffit-il de remercier ses ministres pour faire bonne figure ? Cet acte courageux soit-il, ne serait- il pas interprété par les familles de ces ministres comme une ingratitude notoire après les tri - stes moments passés ensemble au Golf Hôtel ? Ceux-ci pourraient basculer dans le camp déjà rempli de détracteurs. A ce niveau, il se peut que M. Ouattara fasse mauvais calcul. A mi-chemin de son mandat, les Ivoiriens qui n’ont que trop souffert de son concept de rattrapage ethnique, veulent entendre un autre son de cloche. Ils veulent peut-être expérimenter un autre concept ou ré-expérimenter l’ancien qui était là avant lui et qu’il a chassé à coups de bombe.  

Simplice Allard

sallard05@yahoo.fr

Source:  LG infos  N ° 4 9 7  D U  J E U D I  2 5  J U I L L E T  2 0 1 3




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !