Mutinerie, Grève des fonctionnaires – Le RPCI-AC interpelle le Président Ouattara: « Acceptez les revendications des fonctionnaires comme celles des soldats mutins »

Samedi 14 Janvier 2017 - 22:03


Mutinerie, Grève des fonctionnaires – Le RPCI-AC interpelle le  Président Ouattara: « Acceptez les revendications des fonctionnaires comme celles des soldats mutins »
DECLARATION:

Importante déclaration  du RPCI-AC concernant l’Etat de la Nation, les mutineries dans l’armée, et la grève des fonctionnaires

  Le rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire demande avec insistance au Président Alassane Ouattara d’accepter toutes les revendications des fonctionnaires ivoiriens dont la grève démarrée depuis lundi 09 janvier 2017 est largement suivie sur toute l’étendue du territoire national.

Les fonctionnaires ivoiriens exigent l’annulation de la reforme controversée des retraites et le paiement d’arriérés.

Le RPCI-AC met en garde le chef de l’Etat contre toute radiation des fonctionnaires parce qu’ils font la grève, ou toute arrestation arbitraire qui risquerait de mettre de l’huile sur le feu.
Le RPCI-AC a bien vu l’extrême urgence avec laquelle le Président Ouattara a reçu favorablement les revendications des soldats mutins armés lors de leur soulèvement populaire les 6 et 7 janvier 2017, les emmenant le ministre de la Défense les rencontrer, les rencontrant lui-même, et se fendant ensuite d’une déclaration à la nation.
Les revendications des mutins (10 millions de Fcfa et une villa chacun  pour renverser le Président Laurent Gbagbo), couteront au moins 476 milliards de Fcfa au contribuable ivoirien et seront payés dès cette semaine par le chef de l’Etat.

Le RPCI-AC exige que la même célérité soit utilisée avec les fonctionnaires, car ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas armés qu’ils ne doivent pas être pris au sérieux.

Le RPCI-AC lance un Appel solennel au peuple de Côte d’Ivoire qui a vaincu la peur,  à se préparer à descendre dans la rue pour soutenir les fonctionnaires et les étudiants de Côte d’Ivoire dans leurs revendications syndicales légitimes.

Au vu de la dernière mutinerie à Bouaké, Abidjan, et dans les grandes villes du pays, le RPCI-AC conclut  que les actuelles institutions de la 3e République ne sont que pure pacotille car en réalité, c’est une junte militaire qui dirige la Côte d’Ivoire. Cette junte encagoulée a  pour chef Alassane Ouattara et pour chef d’Etat-major Guillaume Soro, le véritable détenteur des pouvoirs.

En conséquence :

    Le  RPCI-AC exige la dissolution des institutions fantaisistes de la 3e République, que le peuple a rejeté à 95% au dernier référendum, mais promulguée avec la complicité active de la commission électorale indépendante. Malgré cela, le peuple se reconnait toujours dans le 2e République.
    Le RPCI-AC exige également la mise en place d’une transition politique par la mise en place d’un gouvernement civil dans le respect de la constitution de la 2e République votée à 86% à référendum, en 2000, par l’ensemble de la population.
    Le RPCI-AC félicite le peuple de Côte d’Ivoire qui a vaincu la peur en 2016 et l’appelle à se tenir prêt pour ses prochains mots d’ordre.


Vive la Côte d’Ivoire
Vive la Constitution de la 2e République
Vive le peuple de Côte d’Ivoire
Que Dieu bénisse et protège la Côte d’Ivoire

Fait à Paris le 11 janvier 2017

Pour le RPCI-AC
Le président Christian Vabé

Marienta N’Gouabi
Directrice de Cabinet du Président
Christian Vabé Président du RPCI-AC




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017