Minés par le complexe de l’esclave

Jeudi 10 Mai 2012 - 04:50


 Minés par le complexe de l’esclave
Ils n’ont pas voulu le montrer. Mais ils n’ont pas pu nous empêcher de le voir. L’aigreur qui se mêlait à la raillerie face à la joie des autres de voir Hollande élu en France a pris les couleurs d’un désespoir mal contenu. Au-delà, nous notons qu’ils ont une haine viscérale pour la démocratie et confondent le plaisir qu’on peut tirer d’un bon « match » de démocratie à l’expression d’un sentiment de vengeance. En fait, ils ont rarement ressenti quelque chose d’autre. Et ils pensent que leur mentalité est universelle. Le désespoir est tel que pour leur remonter le moral leur canard idéologique a sorti des archives une vieille interview de François Hollande qu’on a pris soin d’antidater et de manipuler pour le coller à l’actualité. Hier Le Patriote barrait sa Une du titre suivant : « Pendant que les refondateurs fêtent sa victoire ; Hollande sans pitié pour Gbagbo ». A l’intérieur une interview dont on peut bien douter de l’authenticité et une réaction du porte parole du RDR qui résume un Etat d’esprit bien particulier : « la victoire de Hollande ne changera rien à la situation du FPI et Gbagbo ». Qu’est-ce que l’élection de François Hollande a à voir avec le sort du président Laurent Gbagbo ? Et pourquoi ce dernier représente-t-il dans leur subconscient le justicier désarmé qui ne fera finalement plus rien pour mettre fin à la longue liste de leurs crimes. En termes plus simples : « Ne vous réjouissez pas parce qu’en définitive Hollande viendra parachever l’œuvre de Sarkozy Ị » Si Hollande est le continuateur de l’œuvre de son adversaire politique, pourquoi sont-ils si tétanisés au point de défoncer une porte déjà ouverte et se triturer les méninges pour assener des “évidences”. Pour notre part, il y a des raisons qui justifient la joie des démocrates du monde entier. N’en déplaise à ceux qui sont victimes du complexe du hors-la-loi. Il y a un sage grec qui a dit en substance que la même personne ne peut se baigner deux fois dans la même eau qui coule. Une façon pour lui de conceptualiser le devenir et dire que tout change. Aussi faut-il admettre que le François Hollande d’une interview sortie des archives n’est plus le même que celui qui vient d’être élu. Les eaux ont coulé sous le pont. En sus, l’élection de François Hollande signifie à coup sûr la fin du sarkozisme. Rien que ce changement suffit au bonheur de toutes les victimes des pseudo-démocrates qui ont pour seul argument politique l’assassinat des chefs d’Etat, le bombardement des palais, la séquestration et l’élimination des opposants politiques. Enfin, François Hollande est un socialiste qui remplace Sarkozy. On ne lui fera pas l’injure d’accéder au pouvoir pour copier bêtement une politique libérale sauvage. Pour les progressistes le changement en France est une avancée. Nous ne sommes pas naïfs pour penser que F. Hollande a été élu par nous et pour nous. Nous refusons d’ailleurs par simple principe de souveraineté que ce soit ainsi. Nous saluons simplement à travers cette élection la victoire de la démocratie et l’avènement d’un esprit ouvert, d’une oreille désormais sensible à notre aspiration à la liberté totale. Nous comprenons que nos frères d’en face, encore minés par le complexe du Blanc ne soit pas très enthousiastes à l’idée que l’esclavage va prendre fin.

Joseph Marat




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !