Menaces sur L’opposition: Voici comment le régime veut décapiter le Fpi

Le régime qui ne digère pas la libération d’Affi N’Guessan, le président du Fpi, met des stratagèmes en places pour le mettre en difficulté. Et pourquoi pas, le mettre à nouveau aux arrêts.

Vendredi 7 Février 2014 - 08:18


Pascal Affi N'Guessan, Président du FPI, en plein meeting
Pascal Affi N'Guessan, Président du FPI, en plein meeting
Une grande démocratie passe nécessairement par une opposition forte. Ouattara qui s’est présenté au monde entier comme un grand démocrate ne veut pourtant pas d’une opposition forte. Il l’a veut juste à sa solde. C’est pourquoi, depuis le 11 avril 2011, il ne fait que traquer le Fpi, l’empêcheur de piller qu’il veut par tous les moyens, faire disparaître. Affi N’Guessan, le président du Fpi et plusieurs autres cadres pro- Gbagbo qui croupissaient dans les goulags du nord ont été libérés dans la journée du 06 août 2013, avec l’épée de la «liberté provisoire » sur la tête. Ouattara pensait ainsi faire taire le président du Fpi avec une telle menace. C’est pourquoi, face à ses critiques très pertinentes de la gestion de l’Etat  par le régime, le Rdr n’a trouvé mieux que de répondre par des menaces d’emprisonnement. « Affi doit savoir qu’il est en liberté provisoire » , ressassait à souhait, Joël N’Guessan, le porte-parole du Rdr par manque d’arguments. Ce même discours est aussi repris avec beaucoup de bruit, par Amadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim du Rdr qui aime plus voir les opposants à Ouattara dans les cimetières que sur la scène politique. Malheureusement pour eux, il se trouve que le grand chef n’aime pas trop ça. Car il sait d’où viennent les pressions qui l’ont poussé à ouvrir les portes des prisons pour libérer ces cadres pro-Gbagbo. N’empêche, le régime veut forcément mettre Affi N’Guessan en difficulté sur la scène politique. Sur ce point dans la cours de Ouattara, on ne se pose pas de question. Le pouvoir fait alors appel à ses officines de faux.  Plusieurs complots sont alors fomentés dans le but de présenter le président du Fpi comme un semeur de désordre. Plusieurs scénarii ont été pour l’occasion, mis à l’épreuve. Premièrement, il est question d’installer la peur dans le camp du Fpi. Selon des fuites en provenance de plusieurs hommes du régime, il est en tout cas, de plus en plus question de provoquer des attaques ciblées du cortège du président du Fpi pendant ses tournées à l’intérieur du pays. Et là, le régime qui aura pourtant forcément ses mains derrière ces attaques ciblées, tentera maladroitement de se laver les mains, en faisant croire à des règlements de comptes entre de prétendus « miliciens pro - Gbagbo » qui en voudraient à Affi N’Guessan. Pour quelles raisons ? Seul le pouvoir le dira peut-être un jour. Mettra-t-il ce plan à exécution ? Avec ce régime qui n’excelle que dans le faux, tout est possible. Surtout qu’il est acculé de toutes parts. D’ailleurs, les tournées du président du Fpi ont déjà été attaquées à plusieurs reprises par les hommes du pouvoir, notamment dans les villes d’Oumé et de Doropo. Mais il n’y a pas que ça. Et il n’y a pas que Affi N’Guessan qui est dans le viseur du régime. Le professeur Sangaré Aboudrahamane que le monde politique appelle «le gardien du temple » du Fpi, donne de sérieuses insomnies au régime qui regrette aujourd’hui de l’avoir libéré. Comme Affi, il hume l’air frais de la liberté avec toujours la même épée «liberté provisoire » qui pend sur sa tête. On se rappelle que dans le goulag de Katiola, des hommes du régime l’avaient approché pour qu’il rallie la cause de Ouattara. Mais à la fin, ils sont tous revenus bredouilles à Abidjan. Car ce compagnon du Président Laurent Gbagbo leur a simplement répondu que « c’est une entreprise qui ne peut pas prospérer. Car l’élection présidentielle de 2010 a un vainqueur … » . Mais bien plus que ça, après sa sortie de prison, le professeur Sangaré enfonçait encore le clou face au pouvoir. « Aucune kalache ne peut nous faire taire » , avait-il alors enfoncé. Le régime qui ne supporte pas la contradiction décide de lui faire payer son attachement au combat du Président Laurent Gbagbo. Là aussi, plu- sieurs scénarii macabres sont mis en place. Le pouvoir qui ne fait pas dans la dentelle dans les ma- nipulations sanglantes décide de passer à l’offensive dans sa « guerre » contre Affi et Sangaré. Surtout que déjà la presse à la solde de Ouattara fait bien le travail qui lui est demandé. A savoir présenter ces deux hommes comme des va-t-en-guerre qui refusent la réconciliation. On se rappelle à ce niveau qu’un confrère très vert, haut parleur attitré du régime ne s’était pas empêché de titrer « L e s faucons sont de retour » en parlant de la libération de Sangaré Aboudrahamane, Affi N’Guessan et Laurent Akoun et leur retour sur la scène politique. Le pouvoir reste donc dans sa logique d’anéantissement de l’opposition en Côte d’Ivoire. Plusieurs hommes du régime ont décidé de passer à l’offensive avec des at- taques ciblées contre plusieurs intérêts français. Et pour l’occasion, des activistes du pouvoir ont été mis à contribution. Ce sont eux qui sont chargés d’exécuter la sale besogne. Dans ce lot, des ressortissants français pourraient même être aussi attaqués. Car au final, il est question d’accabler le Fpi en le présentant comme l’auteur de ces actes tout en le dépeignant comme un parti foncièrement anti-français. Fait notable, des présumés auteurs de ces actes pourraient être pris sur le champ. Ils se feront passés pour des militants du Fpi qui ont décidé de venger le Président Laurent Gbagbo. Certains feront des aveux pour mettre directement en cause le président Affi et le professeur Sangaré. L’assassinat de Guy Lambin est là pour le prouver. Ce riche homme d’affaires français résident en Côte d’Ivoire a été assassiné pendant la crise postélectorale. Sans la moindre enquête, l’Elysée avec Sarkozy en tête soutenu par le régime ivoirien, ont directement accusé le Président Gbagbo d’être à la base de cet assassinat. Alors que cet homme lui est resté fidèle jusqu’au bout pendant que la Droite lui faisait la guerre. Pourquoi pendant que Sarkozy lui faisait la guerre, le Président Gbagbo se permettrait de faire tuer quelqu’un qui lui est resté fidèle jusqu’au bout ? Au sein de la mafia qui attaque la Côte d’Ivoire, on ne se pose pas de question quand il s’agit de faire le faux. C’est pratiquement ce même schéma que le régime ivoirien se propose d’appliquer. Surtout que du côté de Paris, des voix se lèvent désormais pour mettre en cause, l’action de Sarkozy en Côte d’Ivoire. Le régime ivoirien pense ainsi dire aux Français, « Voici ceux que vous voulez défendre chez vous. Ils ne vous aiment pas. Ils s’attaquent à vos biens et à vos ressortissants ». C’est ce message caractérisé par le faux que le pouvoir se propose d’envoyer à l’Hexagone. Puisqu’il lui manque des arguments politiques pour convaincre. A côté de ce scenario purement anti-français, le régime a décidé de confier une autre mission à ses activistes. Il sera question à ce niveau, de semer des troubles à Abidjan, toujours en accusant le Fpi d’être à la base. Certains activistes pourraient même commettre des crimes en se faisant passer pour des envoyés du Fpi. Bien évidemment, dans les rangs du Rdr et même parmi des proches et soutiens au régime, des indignations qui en fait, sont des pièces de théâtre mal montées se feront entendre pour demander l’arrestation des dirigeants du Fpi. Le régime veut s’offrir ainsi, bien d’autres illusions pour sévir. Il n’y a que ça qu’il sait faire. Le député Abel Djohoré l’avait d’ailleurs déjà dit  à Mama aux parents du Président Gbagbo qui ont refusé de recevoir Soro Guillaume. « Vous connaissez notre capacité de répression » , les avait-il menacés. Ouattara est-il au courant de tout ça ? Ou alors veut-on le mettre devant le fait accompli ? Dans tous les cas, on sait désormais qui est le vrai problème de la Côte d’Ivoire.

Guehi Brence   gbrence 020 63193 @ yahoo.fr

L e Temps N ° 3117 d u j eudi 6 février 2 014




Tags : démocratie, FPI

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !