Menacés par la CPI: Le plan secret des ex-chefs de guerre pour tomber le régime

Mercredi 23 Avril 2014 - 06:52


Image d'archives: Ouattara saluant ses ex-chefs de guerre
Image d'archives: Ouattara saluant ses ex-chefs de guerre
La récente décision gouvernementale de transférer Charles Blé Goudé à la Haye n’a pas fait que des heureux dans les rangs des partisans du régime. Au nombre de ceux qui n’ont pas forcément sauté au plafond, se trouvent de grosses têtes du régime actuel, telles Guillaume Soro, Chérif Ousmane, Issiaka Ouattara dit ‘’Wattao’’, Fofié Kouakou, Losseni Fofana, pour ne citer que ces têtes fortes de l’ex-rébellion ivoirienne. Pas que les uns et les autres soient de grands amis à Charles Blé Goudé au point de se pâmer au sol et verser des larmes pour lui, mais en raison de la porte qui est désormais ouverte pour que la cour pénale internationale (CPI) pioche enfin dans le camp Ouattara pour s’offrir une petite couche de vernis d’impartialité dans la gestion du dossier de la crise ivoirienne. Une perspective, qui naturellement, a, de bonnes sources, installé depuis lors, une crise de confiance entre les gouvernants et ceux qui se vantent de les avoir fait rois. Et les premiers, par le biais des ministres Ahmed Bakayoko, Paul Koffi Koffi et autres Coulibaly Gnénéma, ont beau rassurer les seconds qu’ils ne trouveront aucun malheur en chemin, sous la prési- dence Ouattara, les ex-chefs de guerre restent sur leurs gardes, convaincus de la perfidie des hommes politiques qui n’hésiteront pas à les offrir en sacrifice si la pression de la communauté internationale devient intenable. Une éventualité à laquelle se prépareraient, dans le silence, ces galonnés des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), qui n’entendraient pas payer seuls la note en cas de lâchage de la part du régime. Pour cela, des dispositions particulières auraient été prises par ces derniers. Ainsi en dehors des enregistrements et autres documents compromettants pour le régime, compilés et mis en « lieux sûrs », les anciens commandants de zones (com’zones), auraient entrepris discrètement de sensibiliser les soldats qui se reconnaissent en eux, dans les casernes, sur « l’ingratitude » du régime envers eux. Sur la question, nos sources indiquent que pour mieux chauffer à blanc, les soldats, les frondeurs ont ainsi brandi à leurs éléments, la menace d’une radiation de l’armée au cas où, eux étaient arrêtés et transférés devant la cour de la Haye. Cette seule perspective d’un retour à la vie de coxers, de transporteurs et autres paysans, aurait, confie la source, eu un effet immédiat sur les concernés, qui ont alors juré de s’opposer par tous les moyens au transfèrement de leurs chefs à la CPI. Dans un tel schéma, des points focaux seraient déjà installés dans la plupart des casernes, à l’effet de  coordonner le mouvement de mauvaise humeur qui pourrait suivre la descente aux enfers des ex-chefs de guerre. Des armes auraient même déjà été planquées par les commanditaires du mouvement de colère, pour servir la cause. En somme, une situation de désordre qui mettrait ainsi en réel danger, le pouvoir Ouattara. A en croire nos sources, le mouvement de révolte pourrait être « spontané et éclair » afin de prendre de cours l’Onuci et les troupes de l’armée française basées à Abidjan et qui veillent sur le régime depuis le 11 avril. Le pouvoir a-t-il eu vent de cette velléité de déstabilisation venant de son propre camp ? C’est probable si on en juge par tous les efforts faits par l’exécutif pour ne pas toucher, jusqu’à présent, à un seul cheveu des ex-chefs de guerre. Pour ne pas créer, visiblement, une situation qui pourrait s’avérer incontrôlable par la suite. A moins que la stratégie ne soit finalement, de réunir d’abord tous les moyens de contrer la menace des ex- comzones, avant d’entrer ouverte- ment en guerre contre ces derniers, qui constituent aujourd’hui, un boulet au pied dont le pouvoir Ouattara aimerait bien se débarrasser. Cela, pour faire bien aux yeux de la communauté internationale. Comment s’y prendra le régime pour désamorcer cette bombe programmée par ses propres hommes ? Les prochains jours nous éclaireront.▄

Géraldine Diomandé

Source: Aujourd’hui / N°624 du Mardi 22 Avril 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !